Le Mystère du Pont Gustave Flaubert de Pierre THIRY

lemystèredupontgustaveflaubertLe Mystère du Pont Gustave Flaubert
de Pierre THIRY
Books On Demand (BOD),
2012, p. 310

Première Publication : 2012

Pour l’acheter : Le mystère du pont Gustave-Flaubert

 

Pierre Thiry a publié deux romans : Ramsès au pays des points-virgules (2009) et Le Mystère du pont Gustave Flaubert (2012) ainsi qu’un conte pour enfants : Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceau-les-Mines (illustré par Myriam Saci). Il a été administrateur de théâtre, vendeur de disques, programmateur de concerts. Il aime flâner chez les bouquinistes, jouer du violoncelle, écrire le soir à la lueur d’une chandelle.
Son Site

Ramsès au pays des points-virgules
Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceau-les-Mines

 

 

Ce récit évoque quelques impressions sur des personnages réels : Gustave Flaubert, Giovanni Bottesini, Rouen, le pont Gustave Flaubert… Un grand écrivain, un compositeur de musique oublié, une ville normande, un pont levant peuvent-ils s’emmêler dans la même intrigue ? Giovanni Bottesini (1821-1889) et Gustave Flaubert (1821-1880) se sont-ils rencontrés ? Ce « roman », très imaginaire, où il est question : d’un vélo volé, d’un opéra disparu, du détective privé Jules Kostelos, d’une bibliothécaire portant le nom de Salammbô, du chat noir Charles Hockolmess et d’un rassemblement de vieux grééments à Rouen en 2017, apportera-t-il une réponse ?

Après Ramsès au pays des points-virgules et Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceau-les-Mines, voilà le troisième livre de l’auteur et troisième livre que j’ai la chance de découvrir. Mais que se cache derrière ce nouveau titre à rallonge ?
Alors que les deux premiers étaient plutôt destinés aux plus jeunes lecteurs (le deuxième étant illustré, qui plus est) même si les adultes pouvaient parfaitement y trouver leur compte, Le Mystère du Pont Gustave Flaubert est définitivement destiné aux lecteurs adultes et aguerris, à mon sens. Plus long et plus complexe, il mérite une approche différente. Cependant, on retrouve une nouvelle fois ce qui a fait et fait le succès de Pierre Thiry : un style particulier, des jeux de mots en veux-tu en voilà et toujours tout un tas de références culturelles extérieures.

J’ai cru voir un avis positif chez Méloë et un avis désappointé chez Mina. De mon côté, j’ai pris du plaisir à cette lecture mais comprends aussi la « déception » de Mina. Lorsqu’on lit la quatrième de couverture et lorsqu’on feuillette les premières pages, on pourrait croire, grâce à la mention « d’un détective privé », « d’un vélo volé » et « d’un opéra disparu », qu’on s’apprête à suivre une enquête policière. Alors certes, énigme il y a, curieuse énigme même, mais Pierre Thiry laisse vite celle-ci de côté pour partir vers d’autres horizons. Tout est évidemment intimement lié et l’intrigue « policière » reste en toile de fond, mais si vous vous attendez à lire une enquête à la Hercule Poirot, ouvrez plutôt un Agatha Christie.
Une fois passée cette légère déconvenue, j’ai pris énormément de plaisir à lire les nombreuses digressions de l’auteur. Dans ce troisième livre publié, Pierre Thiry rend hommage à un célèbre auteur (je pense que vous devinez lequel) mais également à sa ville, Rouen. De Gustave Flaubert, je ne connais que Madame Bovary que j’ai lu deux fois et apprécié lors de ces deux lectures. De Rouen, c’est bien simple, je ne connais absolument rien. C’est donc avec énormément de curiosité que je tournais les pages du Mystère du Pont Gustave Flaubert, avide de découvrir de nouvelles anecdotes sur l’un et sur l’autre. Je suis sortie de ma lecture repue (peut-être même avec une légère indigestion… il faut le temps de tout assimiler) et bien décidée à lire d’autres ouvrages de Gustave Flaubert, auteur que je ne verrai sans doute plus jamais de la même façon (j’avais uniquement en tête avant cette lecture, le célèbre portrait de trois-quarts de l’auteur, un peu rond et possédant une grosse moustache).
Je comprends parfaitement que cette affluence d’informations et surtout, leurs apparitions assez peu linéaires dans le texte, puissent déstabiliser certains lecteurs. J’ai parfois eu du mal à me « placer » dans le texte, ne sachant plus quelle était l’action présente et dans quel contexte se plaçait l’anecdote en cours. Le Mystère du Pont Gustave Flaubert demande une lecture assez concentrée tant elle regorge de petites choses. Je suis persuadée, à l’instar de Méloë, que je suis passée à côté de nombreuses citations et références littéraires (et culturelles en général) et me ferai donc un plaisir, dans quelques années, lorsque j’aurai lu d’autres œuvres de Flaubert et aurai une plus grande maturité, de relire ce fameux Mystère… je suis sûre que j’en ressortirai avec des sentiments différents et retirerai d’autres choses de ce titre.

KW129207Je félicite Pierre Thiry qui a réussi à insérer des passages plus ou moins longs de l’œuvre de Flaubert dans son propre texte et à le faire bien. Ce n’est pas lourd et ne paraît pas « artificiel ». On sent ainsi tout le travail qui se cache derrière le Mystère du Pont Gustave Flaubert et les nombreuses connaissances ayant servi à la rédaction de celui-ci. Monsieur Thiry est un passionné, c’est palpable et communicatif. Je l’ai déjà dit, mais c’est évident, je vais me lancer sérieusement dans la découverte de l’œuvre du Papa d’Emma Bovary !
Outre ces nombreuses citations Flaubertiennes bien agréables à parcourir, l’on retrouve le style de Pierre Thiry, toujours généreux en jeux de mots et en musicalité. L’auteur travaille la forme. Entre mes lectures souvent plus « Young adult » et donc, malheureusement souvent plus « simplistes » (du moins dans la forme), c’est agréable de lire un auteur qui prend soin de la langue française et joue avec elle.

Un dernier mot pour remercier l’auteur, non seulement de me permettre de découvrir ses livres, de me faire passer un bon moment à chaque fois, mais également pour le remercier de sa gentillesse, de sa disponibilité et du clin d’œil qu’il a fait au Bazar de la Littérature (entre autre) dans ce Mystère du Pont Gustave Flaubert !

Tout d’abord légèrement désappointée par le chemin pris par l’intrigue (car je m’attendais à une enquête policière), j’ai ensuite pris énormément de plaisir à découvrir les nombreuses anecdotes et références littéraires, musicales et historiques laissées par Pierre Thiry. Le Mystère du Pont Gustave Flaubert m’a divertie mais m’a surtout beaucoup appris. Grâce à cette lecture, j’ai une furieuse envie de m’atteler à l’œuvre de Flaubert… la preuve que ce dernier-né de Monsieur Thiry a un impact, et un bon !

« Fasciné, il regardait la silhouette du pont Gustave-Flaubert qui le narguait. Dans le brouhaha des badauds et des bateaux, il lui semblait que les câbles qui descendaient des quatre papillons du pont étaient de gigantesques cordes de contrebasse, vibrant d’un ronflement prodigieux, subjuguant la foule de leurs pizzicati invraisemblablement graves. »

« La présence de nombreux « colombiers » dans les campagnes normandes est une preuve suffisante de l’origine normande de Christophe Colomb sans qu’il soit besoin d’en ajouter d’autres. »

9 pensées sur “Le Mystère du Pont Gustave Flaubert de Pierre THIRY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

27c326f5965569770c5c9c561c51c9fe(((((((((((((((((((((((((((