Court mais bon ! de COLLECTIF

Court-mais-bon-est-fier-de-son-nom...-et-de-son-visage1-209x300

Court mais bon !
de COLLECTIF
ShortEdition
2013, p. 139

Première Publication : 2013

Pour l’acheter : sur le site !

ShortEdition c’est une maison d’édition nouvelle génération qui anime une plateforme littéraire dédiée au format court (pour des lectures de 1 à 20 minutes) et à la révélation de talents.

Merci à Elo Marly et à ShortEdition pour leur confiance !

Court mais bon !, c’est le meilleur de 26 auteurs régionaux en 31 nouvelles, BD courtes et micro-nouvelles.
Du rire, des larmes, de la colère, de l’étonnement, un peu de malaise parfois aussi… et tout cela, en tranches fines de moins de 20 minutes. En texte ou en images.
A prendre par la fin, par le début, par le milieu… ou par ailleurs.
La lecture libre et légère. De l’air du temps.

J’avais déjà eu vent de la petite maison ShortEdition il y a quelques mois mais ne m’étais jamais penchée davantage sur le sujet. C’est donc avec beaucoup de curiosité et un grand plaisir que j’ai découvert que la maison publiait des revues (Court mais bon ! étant le dernier numéro) et était en plus basée à Grenoble !
Si la couverture m’a laissée un peu sceptique (bien qu’elle attire l’œil sur les présentoirs, je n’en doute pas !), je suis très agréablement surprise par la diversité et la qualité des textes et planches proposés. Avec son concept entièrement basé sur la brièveté (les différents travaux proposés sont à picorer dans les transports en commun, dans la file d’attente à la Poste, entre deux clients au bureau…), ShortEdition est une structure à suivre, à n’en pas douter !

Ce numéro comporte 31 nouvelles et courtes BD de 26 auteurs différents, tous vivants dans la région Rhône Alpes. D’abord publiés sur le site, les histoires ont subi le vote du public et voilà les 31 qui ont reçu l’accueil le plus enthousiaste de la part des internautes.
Si je n’ai pas été séduite par tous les textes et planches proposés, je ressors de ma lecture avec une impression plus que positive. Il y en a pour tous les goûts : de l’humour, du polar, des faits de société, du carrément glauque, du léger ou de la gravité…

Je retiens surtout la première nouvelle (qui n’excède pas les cinq pages) – Un homme bien regardant – signée Bruno Pradal, qui ouvre le bal avec beaucoup d’humour et de finesse. Une histoire de pilosité encombrante qui gâche la vie d’une jeune femme. Excellente chute !
Un café au goût amer (par Régine Raymond-Garcia), bien qu’assez peu surprenante dans le fond, reste bien menée et sort du lot puisqu’est tournée vers le polar (une histoire de meurtres dans un petit village).
Veranda m’a séduite avec ses deux textes – Encore un p’tit mois et Tango-Charly – qui, dans des registres différents, reviennent sur deux évènements fréquents dans nos vies. J’ai particulièrement apprécié la chute du premier, que je n’avais pas vu venir !
Pour terminer avec les mots, je retiens le poème Les verrues plantaires persistantes de Bernadette Soupirail signé Mégadingue qui, par son fond bourré d’humour, me réconcilierait presque avec la forme rimée !

l-ile-a-le-pirate-2012-04-05-10-25-37 debylooBien d’autres nouvelles (parfois micro, n’excédant jamais la dizaine de pages) cohabitent dans cette revue, de l’histoire dramatique de la petite fille battue, à La confession d’une môme du 21e siècle en passant par le mal-être d’un ancien soldat aujourd’hui dans un fauteuil roulant… les auteurs diffèrent mais la contemporanéité des faits de société semble primer : les enfants battus, les jeunes qui tombent dans la drogue, le racisme, l’adultère… de quoi sourire parfois et souvent réfléchir, entre deux arrêts de bus.
Finalement, du côté des textes « purs », ceux qui m’ont le moins charmée sont les poèmes, au nombre de quatre (à part Les verrues plantaires…). La qualité n’est pas en cause, je suis seulement moins réceptive à cette forme.

Du côté des courtes BD (présentes à onze reprises dans le recueil), je n’ai eu aucune mauvaise surprise mais retiens tout particulièrement les trois planches de Debyloo pour lesquelles j’ai eu un petit coup de cœur. A chaque fois on suit un petit pirate dans une nouvelle aventure, sur son île ou non. Simple (quasiment aucune bulle) mais carrément efficace !
J’ai également bien apprécié la tranche de vie en trois planches offerte par Murielle Piccoli (Ma petite obsession). Peut-être un peu plus féminine dans le thème, mais tout aussi efficace. Attention, cependant, entre le bas de la deuxième planche et le haut de la troisième, une vignette apparaît en double.
Les autres BD, sur des thèmes et dans des styles différents, m’ont également séduite, mais je ne peux toutes les citer. Petit clin d’œil, malgré tout, au style épuré d’Andrew De Vitis avec son musicien dans Fable comix !

De la diversité au niveau du format (nouvelles plus ou moins longues, BD courtes et poèmes) mais également dans le fond (de la gravité à la légèreté il n’y a qu’un pas !), je suis sûre que tout le monde y trouvera son compte.
A noter que les planches de BD sont en couleur et qu’à part la répétition d’une vignette dans l’une d’elle, je n’ai noté aucune coquille ! Le format de la revue est idéal (un peu plus petit que les formats YA) et celle-ci, très souple, permet un confort de lecture évident (sans oublier qu’ainsi, la tranche ne se plie pas lorsque vous tournez les pages).
Je pense que vous pouvez jeter un œil sur le site pour vous faire une idée des histoires proposées… et si vous voulez sauter le pas, vous pouvez soit vous offrir un numéro unique, soit vous abonner à l’année (quatre numéros).

Image : L’île au pirate – Touristes par Debyloo.

Une pensée sur “Court mais bon ! de COLLECTIF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

f9864f2f2ff18c55025d329577ba65dc44444444444444444444