Fedeylins, Tome 4 : L’Ombre des pères de Nadia COSTE

 

Fedeylins, Tome 4 :
L’Ombre des pères
de Nadia COSTE

Gründ romans,
2012, 398 p.

Première Publication : 2012

 

Pour l’acheter : Fedeylins, T. 4

 

Nadia Coste ou N. B. Coste, née en 1979 à Villeurbanne, est une écrivaine française pour la jeunesse. Elle s’est surtout fait connaitre par sa série fantastique Les Fedeylins et par Ascenseur pour le futur. Longtemps membre actif de CoCyclics, un collectif de jeunes auteurs qui s’entraident pour améliorer leurs manuscrits grâce à la relecture critique, elle est membre de la Charte des Auteurs et Illustrateurs Jeunesse. (Wikipédia)

♣ Fedeylins, Tome 1 ♣ Tome 2 ♣ Tome 3 ♣
♣ Le PremierRhizome


Cahyl touche au but. Il lui reste à traverser le désert, éviter tous ses pièges et ses dangers, survivre à la faim, à la soif. Il lui reste à accomplir l’ascension du Rajmalaya, la montagne sacrée des Fedeylins jusqu’à la brèche qui lui permettra de rejoindre le peuple fondateur. Il lui reste à comprendre ce qu’il va découvrir pendant son initiation. Il lui reste à revenir sur les rives du Monde pour convaincre les Fedeylins de partager avec lui le grand secret de l’amour ardent.


J’ai profité de cet été 2022 pour me lancer un challenge de lecture et pour relever quelques défis… notamment celui de terminer une série ! Voilà qui est chose faite avec L’Ombre des pères qui m’a ravie !

Un héros en quête de réponses…

Cahyl continue son chemin. Dans ce quatrième et dernier tome (ou presque… puisque Nadia Coste a ensuite publié un spin-off baptisé Jivana, du nom d’un personnage secondaire découvert ici), il part en quête de réponses (et de sa mère) dans les montagnes du Rajmalaya, seulement accompagné de son ami Sperare. Là-haut, il espère rencontrer le peuple fondateur et trouver un sens à son existence (et à celles des Fedeylins de façon générale).

Dans un désert rempli de dangers

Les deux créatures ailées vont affronter bien des dangers dans le désert : des prédateurs impressionnants, des conditions climatiques extrêmes, la faim, la soif, la maladie… mais finalement, le plus dangereux ne vient peut-être pas de l’extérieur ?
Entre Cahyl et Sperare il est question d’amitié et de confiance mais il semblerait qu’un lourd secret se cache entre eux. Ce dernier tome le révèle au grand jour. J’avoue que si je ne l’avais pas deviné dans les volumes précédents, ça m’a en revanche semblé être une évidence assez tôt dans celui-ci. L’occasion pour Nadia Coste de complexifier un peu la relation des deux amis et amener encore d’autres thématiques intéressantes.

Où il est question du destin…

Fedeylins est une série de fantasy jeunesse (que je conseille aussi fortement aux plus grands !) qui parle du destin qui nous est attribué (dès la naissance ?) mais surtout de ce qu’on choisit d’en faire : l’accepter sans sourciller, le modeler à sa convenance ou carrément le repousser.
C’est aussi, à mon sens, une aventure qui parle des dérives possibles des religions/des sociétés : tout le peuple des Fedeylins suit les directives de quelques pères fondateurs et tout le passé, toute l’histoire de ces petites créatures est basée sur des mensonges ou tout du moins sur une vérité largement arrangée au profit de cette poignée de « sages ».

…mais existe-t-il vraiment ?

Cahyl, différent des autres Fedeylins, va évidemment se questionner sur ce passé et sur le sens de tout ça ; c’est un jeune héros très attachant et débrouillard (peut-être un poil trop parfait ?). Je me souviens encore l’émotion que j’avais ressentie à sa naissance dans la mare, lors de ma lecture du premier tome il y a environ 10 ans maintenant.
Je suis heureuse du chemin qu’il a parcouru, des choix qu’il a faits malgré les obstacles et les chagrins, et de l’adulte qu’il est devenu alors qu’on le quitte en tournant la dernière page.

Une immersion totale !

Un grand merci à Nadia Coste qui sait toujours planter son décor et offrir des scènes visuellement impeccables. On voit ce que voient les personnages et on ressent ce qu’ils ressentent. Cette incursion dans un monde « minuscule » m’a fascinée d’un bout à l’autre. J’avais l’impression de mesurer quelques centimètres de haut et de découvrir le désert et ses dangers à cette hauteur. Fascinant !

Avec L’Ombre des pères, Nadia Coste offre une conclusion plus que satisfaisante à sa série qui restera pour moi, une des plus dépaysantes et des plus marquantes du genre. J’ai une tendresse toute particulière pour les Fedeylins depuis ma découverte du premier tome, la lecture de tous les autres tomes n’a déçu aucune de mes attentes. Laissez-vous tenter, plongez dans la mare.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error

Vous avez aimé ? Dites-le !

RSS
Follow by Email
YouTube
Instagram