La Machine, Tome 1 de Katia LANERO ZAMORA

 

La Machine,
Tome 1
de Katia LANERO ZAMORA

ActuSF,
2021, 360 p.

Première Publication : 2021

Pour l’acheter : La Machine, T. 1

 

Katia Lanero Zamora, née le 5 mars 1985 à Liège en Belgique, est une autrice belge d’origine espagnole. (Wikipédia)


Nés dans le confort de la famille noble des Cabayol, Vian et Andrès sont deux frères inséparables. Mais dans un pays où la révolution gronde et où les anciens royalistes fourbissent leurs armes pour renverser la toute jeune République, ils vont devoir choisir leur camp… Grande fresque familiale où les batailles politiques rejoignent les bouillonnements personnels, La Machine est une œuvre forte, absolue et puissante.


La Machine est un des derniers titres lus à l’occasion du Prix Imaginales des Bibliothécaires au printemps dernier. Ce n’était pas celui que je redoutais le plus de la sélection mais je dois avouer que je n’en attendais pas grand chose. Finalement, ni déception ni enthousiasme débridé : la lecture a été fluide, l’aventure plutôt sympathique mais je n’y ai pas trouvé beaucoup d’originalité. Tout m’a semblé être exactement là où je l’attendais. Classique mais pas désagréable donc.

Deux frères que tout oppose

La machine c’est un nouveau parti révolutionnaire où chacun est un rouage, une pièce qui sert l’ensemble pour une société plus égalitaire. C’est dans cette société largement inspirée de la guerre civile espagnole que l’on va faire la rencontre de deux frères que tout oppose. Nés dans la famille noble des Cabayol, Vian et Andrès n’ont aucune aspiration ni vision communes. L’un va suivre les traces familiales royalistes, l’autre joue les rebelles et s’investit dans le nouveau parti populaire qu’est la République.
Bien sûr, tout n’est tout de même pas si manichéen puisque chacun doute de ses convictions et de l’avenir qui s’offre à lui. La famille fait forcément peser un poids sur les épaules et toute la question est de savoir si l’on suit la route que nos parents ont tracée pour nous ou si, au contraire, on cherche à tout prix à s’en défaire…

Une immersion plutôt réussie

Rien de bien neuf sous le soleil avec cette fratrie déchirée par l’environnement familial et politique mais c’est une thématique toujours d’actualité et qui fonctionne. Si l’intrigue n’est pas d’une grande originalité, les descriptions offertes par Katia Lanero Zamora permettent une immersion facile, on s’y croit et c’est agréable. Je retiens surtout les scènes dans le passé qui nous donnent à voir l’enfance – tumultueuse – des deux frères. Ce sont des flashbacks très réalistes car à la fois dures et pleins de tendresse, dont l’émotion est plus authentique à mon goût ; ce sont sans doute les passages que j’ai préférés !
Pour le moment, les personnalités des deux héros – mais aussi celles des personnages qui gravitent autour d’eux – manquent un peu de subtilité et de développement mais j’imagine que l’autrice a prévu de les enrichir dans le second et dernier tome prévu que je lirai certainement à l’occasion même si le chemin que Katia Lanero Zamora semble emprunter est là aussi une évidence (cf scènes finales).

La Machine n’a pas été la plus mauvaise lecture de la sélection du prix Imaginales des Bibliothécaires 2022. Ni la meilleure. La découverte n’a pas été désagréable mais fut loin d’être inoubliable. La moyenne donc.

 

Une réflexion sur “La Machine, Tome 1 de Katia LANERO ZAMORA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error

Vous avez aimé ? Dites-le !

RSS
Follow by Email
YouTube
Instagram