Le Chant des sorcières, Tome 1 de Mireille CALMEL

Le Chant des sorcières,
Tome 1
de Mireille CALMEL

Pocket,
2009, 395 p.

Première Publication : 2008

 

Pour l’acheter : Le Chant des sorcières, T. 1

 

Née en 1964, Mireille Calmel écrit depuis l’âge de huit ans. Ses romans aux héroïnes entières, fières et courageuses connaissent un immense succès : rappelons Le Lit d’Aliénor, Le Bal des Louves, Lady Pirate, Le Chant des sorcières, La Reine de lumière et Aliénor, vendus à près de trois millions d’exemplaires et traduits dans quinze pays. Tous ses ouvrages sont publiés chez XO. Mireille Calmel vit en Aquitaine avec son mari et ses enfants. (Lisez !)

 

♣ ♣ ♣

 

En 1483, dans le Vercors, la jeune Algonde fille de l’intendante du château de Sassenage, échappe miraculeusement à la mort après être tombée dans un torrent. Sous le choc, elle confie avoir été sauvée par la fée à queue de serpent, Mélusine… Désormais, pour la fière Algonde, rien ne sera plus comme avant. Afin d’échapper à une redoutable prophétie, elle doit percer les secrets du château: Quel mystère entoure la mort de la baronne? Pourquoi la plus haute chambre du donjon est-elle condamnée? Et surtout, d’où lui vient cette ressemblance troublante avec la fée? La jeune fille s’apprête à combattre des puissances aussi mystérieuses que maléfiques…


Mireille Calmel c’est l’alliance souvent réussie du roman historique, du merveilleux (souvent médiéval) et d’héroïnes fortes qui se relèvent de toutes les difficultés. C’est une autrice qui a marqué mon adolescence et qui a en partie construit celle que je suis : Le Lit d’Aliénor est un des gros déclics dans ma vie de lectrice. J’ai arrêté de lire Mireille Calmel à la fin des années 2000 mais elle, elle a continué, au fil des années, à nous proposer de nouvelles aventures.
J’ai eu envie, avec 15 ans de plus, de me replonger dans son univers et j’ai profité du challenge des Reliques de la PAL organisé par Carolivre et du Pumpkin Autumn Challenge pour sortir ce premier tome du Chant des sorcières… mais malheureusement, la magie n’a pas opéré.

Mireille Calmel a l’habitude de baser ses intrigues sur des réalités historiques et Le Chant des sorcières ne fait pas exception à la règle puisqu’il mêle l’Histoire de la famille de Sassenage (basée dans le Vercors) à la légende de Mélusine qui semble elle aussi être attachée aux lieux (on retrouve sa trace dans des sculptures, notamment).
L’autrice s’est largement documentée sur la géopolitique de l’époque (1483), ainsi que sur les lieux et ses habitants qui semblent avoir réellement existé pour la plupart. Elle offre de nombreux détails (descriptifs) qui raviront les amateurs du genre sans noyer le novice sous un vocabulaire trop spécifique. L’immersion contextuelle est donc réussie.

On découvre en parallèle l’histoire d’Algonde, la fille de l’intendante qui, après une quasi-noyade, révèle une filiation étonnante et celle de Philippine, la fille de Jacques de Sassenage (le maître des lieux) qui découvre les « joies » de la séduction et est courtisée par deux hommes ennemis : Laurent de Beaumont et Philibert de Montoison. D’autres protagonistes évoluent dans l’entourage des deux jeunes héroïnes, à commencer par deux autres femmes assez énigmatiques (et dangereuses ?) : Dame Sidonie, la nouvelle femme de Jacques de Sassenage et sa servante, l’antipathique Marthe.
Enfin, d’autres chapitres mettent en avant le Prince Djem gardé prisonnier par l’Ordre des Hospitaliers à la demande de son frère (le sultan Bayezid) suite à une guerre intestine et évidemment des désaccords pour la succession de leur père. Pion dans les complots entre l’empire ottoman et les souverains occidentaux, on se demande bien ce que fait le Prince Djem dans cette histoire… et l’autrice ne nous apporte finalement que peu d’éléments de réponses dans ce premier tome. Tout semble évidemment être lié et s’entremêler mais tout est dense et finalement assez obscur.

Malheureusement, si la magie Calmel opérait lorsque j’étais adolescente, elle n’a pas fait mouche ici. Je n’ai pas réussi à m’attacher aux héros, je me suis ennuyée. Trop de personnages peut-être, une aventure principale diluée dans tout un tas de ramifications ou tout simplement pas le bon moment pour moi ? Je ne sais pas.

J’avais tant envie de retrouver les émotions fortes et la passion ressenties à ma lecture du Lit d’Aliénor, du Bal des Louves ou même de Lady Pirate… Mais, qu’il s’agisse du destin prophétique d’Algonde, des premières amours chaotiques de Philippine ou des complots politiques en lien avec l’ordre des Hospitaliers et le Prince Djem… rien n’a réussi à m’accrocher et je suis restée très en retrait tout du long. Quel dommage !


Livre lu dans le cadre du Pumpkin Autumn Challenge et des Reliques de la PAL !

 

2 réflexions sur “Le Chant des sorcières, Tome 1 de Mireille CALMEL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error

Vous avez aimé ? Dites-le !

RSS
Follow by Email
YouTube
Instagram