Ce que murmure le vent de Amy HARMON

Ce que murmure le vent
de Amy HARMON

Editions Charleston,
2021, 479 p.

Première Publication (vo) : 2019

 

Pour l’acheter : Ce que murmure le vent

 

 

Dès sa plus tendre enfance, Amy Harmon a su qu’elle voulait écrire, partageant ainsi son temps entre l’écriture de ses chansons et celle de ses histoires. Elle est l’autrice de plusieurs romans figurant au palmarès des meilleures ventes du USA Today, du New York Times et du Wall Street Journal, dont Nos faces cachées qui a bouleversé de très nombreux lecteurs de tous âges. Ce que murmure le vent, déjà vendu à plus d’un million d’exemplaires et en cours de traduction en plus de 20 langues, est un véritable bestseller international.

 

♣ ♣ ♣

 

Pour respecter les dernières volontés de son grand-père adoré, Anne Gallagher fait le voyage de Brooklyn jusqu’à Dromahair, un petit village du nord de l’Irlande, afin de disperser les cendres de son aïeul sur sa terre natale. Avalée par le brouillard au milieu du lac où elle lui fait ses derniers adieux, elle est victime d’une mystérieuse attaque…
Quand Anne se réveille, elle est en 1921, dans le domaine de ses ancêtres où tous semblent penser qu’elle est son arrière-grand-mère disparue lors de la sanglante Insurrection de 1915. Perdue au coeur des heures les plus sombres de l’histoire irlandaise, alors que grondent déjà la guerre civile et le chaos, la jeune femme du XXIe siècle doit tout réapprendre.
Déchirée entre son désir de retrouver la vie qui était la sienne et la folle liberté que lui offre ce nouveau départ, Anne réussira-t-elle à trouver sa place ?


J’appréhendais un peu la lecture de ce roman vendu comme le “Outlander irlandais”, ce qui, personnellement, me fait plus fuir qu’autre chose. Je redoutais que l’histoire d’amour prenne toute la place (au détriment de l’aspect historique) et qu’elle ne soit absolument pas satisfaisante (je n’ai lu que la première intégrale de la saga de Diana Gabaldon et j’ai été dérangée par la relation qui lie les deux héros). Finalement avec Ce que murmure le vent il n’en est rien et c’est tant mieux. Amy Harmon offre un titre documenté et des personnages touchants. C’est une excellente surprise, je suis convaincue de A à Z.

Quand je lis un livre qui parle d’Irlande, j’ai envie d’être transportée au cœur du pays, encore plus quand l’aspect historique est mis en avant. Mes doutes se sont bien vite envolés, Amy Harmon réussissant à me faire voyager dès les premiers instants.
Que l’action se déroule en 2001 ou en 1921, l’autrice a en effet su retranscrire l’âme irlandaise. Le paysage évidemment, mais aussi l’atmosphère et l’esprit du pays. Tous les dégradés de vert, marron, bleu et gris, l’odeur de la pluie et de la tourbe, les petites routes bordées de haies, les hameaux reculés mal indiqués mais que tout le monde connaît… Je m’y croyais et je me revoyais lors de mon dernier séjour, alors que je marchais sur les traces de Yeats dans la région de Sligo. Quel bonheur et quelle envie d’y retourner une énième fois !

Mise à part une erreur de date dans la quatrième de couverture qui est sans doute plus du fait de l’éditeur que de l’autrice (les Pâques Sanglantes se sont déroulées en avril 1916 et non en 1915), le texte proposé par Amy Harmon est documenté et BIEN documenté.
Lorsque des auteurs étrangers s’attaquent à des sujets précis qui ne les concernent pas directement, c’est toujours un peu à double tranchant : ils peuvent vouloir tellement bien faire et se documenter que c’en est indigeste et peu crédible ou au contraire, manquer cruellement de connaissances sur le sujet et passer à côté. Amy Harmon réussit parfaitement l’exercice.

Avec Ce que murmure le vent, l’autrice n’explore pas seulement un pays et une époque… elle rend surtout visite à son propre passé (!) puisqu’on l’apprend dans l’épilogue, l’histoire d’Anne est un peu la sienne, ses propres arrières-grands-parents ayant vécu dans ce hameau qu’elle décrit avec tant de justesse.
Bien sûr, elle édulcore et invente les blancs dans l’Histoire irlandaise et dans l’histoire de sa famille, mais elle se base sur des faits et des personnes ayant véritablement existé ce qui ajoute une touche résolument réaliste et émouvante à l’ensemble.
Tous prennent vie sous nos yeux avec facilité et l’on se surprend à côtoyer un Michael Collins blagueur ou une Comtesse Constance Markievizc charismatique. J’ai adoré me retrouver au cœur de cette époque tourmentée et chaotique où les irlandais cherchent à retrouver leur indépendance mais en viennent à se déchirer entre eux, n’arrivant pas à se mettre d’accord sur la façon de faire et sur le traité proposé.
Amy Harmon nous offre des portraits humains, des histoires de vie au milieu de la grande Histoire. Les personnages qu’elle met en scène évoluent au cœur du conflit, prennent partie, agissent… et vivent aussi leurs petites et grandes émotions n’ayant aucun rapport avec le pays même si, évidemment, la cause irlandaise les habite et occupe une grande partie de leur esprit.

N’étant pas une lectrice de romances, j’avais quelques doutes en ouvrant Ce que murmure le vent. Je redoutais d’y trouver des niaiseries, des grands sentiments un peu mièvres et une histoire d’amour un peu ridicule… oh que non !
Le cœur du récit – et on le comprend dès les premières pages – est l’amour qui lie une petite-fille à son grand-père irlandais et, par extension, l’amour qui unit les membres d’une même famille.

J’ai aimé la thématique du cercle, du cycle de la vie, de la mort et du renouveau. J’ai aimé la pureté et l’intensité des émotions. J’ai aimé les citations de Yeats en tête de chapitres, les références irlandaises nombreuses mais dispersées subtilement tout au long du roman. J’ai aimé les personnages, bien croqués, attachants et crédibles. J’ai aimé l’atmosphère, le voyage dans l’Histoire et le chemin qui se dévoile au fil des pages. J’ai tout aimé de ce roman et je vous invite, si l’Histoire irlandaise vous interpelle, à vous y plonger à votre tour.

Pour aller plus loin sur le sujet de la guerre civile irlandaise, des films comme Le Vent se lève et Michael Collins pourraient vous intéresser. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error

Vous avez aimé ? Dites-le !

RSS
Follow by Email
YouTube
Instagram