Irlande, nuit froide de Deirdre MADDEN

Irlande, nuit froide
de Deirdre MADDEN

10/18 (domaine étranger),
2000, 278 p.

Première Publication (vo) : 1996


Pour l’acheter : Irlande, nuit froide


Deirdre Madden est née en 1960. Elle est titulaire d’un BA de Trinity College à Dublin et d’un MA de l’Université d’East Anglia. Hidden symptoms (1986), son premier roman, obtient le prix Rooney de littérature irlandaise en 1987, suivi de Les oiseaux du bois innocent, lauréat du prix Somerset Maugham en 1988. Auteur également de Rien n’est noir (1994), Irlande, nuit froide (1996) ou Authenticité (2002), Deirdre Madden partage son temps entre l’Irlande et Paris. (Babelio)


♣ ♣ ♣


A travers l’histoire de quatre femmes – une mère, Emily, et ses trois filles, Cate l’élégante journaliste, Helen l’avocate austère et Sally l’institutrice discrète et réservée – , à travers l’histoire de leurs relations et, au-delà, de leur famille et des drames qui l’ont endeuillée, Deirdre Madden évoque l’Irlande tumultueuse depuis les années 70, une Irlande où la mort semble frapper aveuglément, atteindre plus d’innocents que de coupables, et semer dans les familles des blessures incurables.


Je ne sais plus où j’ai découvert ce livre, peut-être que notre rencontre n’a été que le fruit du hasard… Mais quelle merveilleuse rencontre !
Elle ne paye pas de mine cette couverture toute grise, toute triste et peu attrayante ; mais à l’intérieur, les pages renferment l’émotion. Celles de quatre femmes, une mère et ses trois filles, victimes collatérales du conflit nord-irlandais.

C’est l’histoire d’une famille unie installée près de la ville de Derry. Les trois sœurs grandissent dans les années 60/70, choyées et aimées, entourées de leurs deux parents, d’oncles, tantes et grands-parents. Dans ces petits hameaux, tout le monde se connaît et se côtoie.
Mais les troubles se multiplient, les voisins et certains membres de la famille commencent à prendre position (pour ou contre les actions de l’IRA, la présence des forces britanniques, les protestants…). On voit les images à la télévision, on les entend à la radio ou alors on connaît un proche qui faisait partie d’une des manifestations qui a dégénéré.
Le militantisme s’installe petit à petit dans la vie des trois sœurs ainsi que la mort, qui peut survenir n’importe où… Pourtant, rien ne laissait présager le drame qui les frappe et qui semble les poursuivre, alors même qu’elles sont chacune devenues adultes.

“Dans cette société, ce sont les gens qui n’hésitent jamais, les gens qui savent exactement ce qu’ils pensent et ce qu’ils ressentent qui sont les plus dangereux.”

Les quatre femmes, malgré des quotidiens et des convictions différentes, restent unies, meurtries par leur passé commun. Chacune a évolué dans une voie différente : l’avocate qui défend les terroristes, la journaliste impliquée, l’institutrice discrète et réservée… On découvre leurs souvenirs partagés ou solitaires et leur présent, intimement mêlés.
C’est un roman contemplatif, assez lent, sur la famille et l’impact qu’un conflit (armé) peut avoir dans le quotidien. C’est particulièrement réaliste et palpable, à la fois tout en pudeur mais aussi tout en émotions.

Avec Irlande, nuit froide, Deirdre Madden nous offre son regard sur les troubles nord-irlandais et toute l’ambivalence de son ressenti : elle aime profondément son pays mais ne peut pas comprendre les évènements sanglants qui ont marqué le XXe siècle irlandais. Elle ne juge pas, n’accuse pas mais est profondément touchée par cette Histoire ; et pour nous lecteurs, c’est beau, poignant.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error

Vous avez aimé ? Dites-le !

RSS
Follow by Email
YouTube
Instagram