Danse, Isadora ! de Evelyne BRISOU-PELLEN

Danse, Isadora !
de Evelyne BRISOU-PELLEN

Scrineo,
2020, 141 p.

Première Publication : 2020

 

Pour l’acheter : Danse, Isadora !

 

Évelyne Brisou-Pellen, née le à Guer dans le Morbihan, est une romancière française. (Wikipédia)

Le Manoir, Tome 1  Tome 2 Tome 3

 

♣ ♣ ♣

 

Sacré phénomène, Isadora Duncan ! À six ans, elle improvise une petite école de danse, à onze, elle donne de vrais cours, inventant ce qui deviendra la danse moderne.
En attendant le succès qui, elle en est sûre, l’emmènera loin de San Francisco, elle doit faire des prouesses pour trouver de quoi manger, mais aussi payer le loyer pour éviter que sa famille ne se retrouve à la rue. Car bien qu’elle soit la plus jeune, elle est la plus débrouillarde…


Isadora Duncan est une figure dont vous avez peut-être déjà entendue parler, pour peu que vous vous intéressiez un peu à la danse (contemporaine). Je connaissais sa vision surprenante du mouvement, son avant-gardisme, les drames qui ont ponctué ses maternités et sa fin tragique mais je ne savais pas grand chose des premières années de sa vie. Voilà qui tombe bien, c’est exactement cette période qu’Evelyne Brisou-Pellen met en avant dans ce court roman biographique.

Née en 1877 à San Francisco, Isadora clame dès ses 6 ans, que l’école ne sert à rien, qu’elle veut faire de la danse et surtout, ne jamais se marier ! La plupart de ses propos se vérifient au fil des années mais ce n’est pas sans difficultés… financières pour commencer. Car la famille Duncan n’a pas un sou. Le père n’est plus là depuis des années et la mère peine à joindre les deux bouts. Mais pas d’inquiétude, la joie ne manque pas dans cette tribu soudée, le bonheur est là grâce aux arts : théâtre, musique, littérature… et danse évidemment ! D’ailleurs, c’est grâce à des cours qu’elle donne dès ses 6 ans – oui oui ! – qu’Isadora parvient à ramener un peu d’argent à la maison.

Quelle enfant étonnante, déterminée, débrouillarde, courageuse, libre et… visionnaire !
Elle rejette les pointes, les tutus, les corsets et les règles académiques de la danse classique. Isadora danse pieds nus, seulement vêtue d’une toge ample (à la manière antique) et ses mouvements se calquent sur la nature qui l’entoure (les vagues par exemple)… les prémisses de la danse contemporaine qui privilégie l’expression. Aujourd’hui, la technique peut nous sembler un peu naïve, mais quel avant-gardisme vers 1880/90 !

Evelyne Brisou-Pellen écrit pour les jeunes lecteurs et ce roman ne fait pas exception (je le conseillerais dès 10 ans). C’est donc un texte très simple et romancé qui nous est proposé mais c’est surtout l’occasion de découvrir en douceur les 20 premières années de la vie de la célèbre Isadora Duncan, juste avant son arrivée en Europe.

Je ne m’attendais pas à ça – je pensais avoir un aperçu de sa vie complète – mais c’est un choix logique étant donné le public visé. Evelyne Brisou-Pellen laisse donc de côté d’autres thématiques liées à la suite de la vie de la danseuse, notamment ses relations bisexuelles et son mariage avec un poète russe (18 ans plus jeune qu’elle), poussée dans le pays par des convictions révolutionnaires. Dommage.

Isadora Duncan fait partie de ses personnalités libres et déterminées de la fin du XIXe et du début du XXe siècle qui m’inspirent (comme Colette du côté des françaises, par exemple). C’est donc avec plaisir que j’ai feuilleté ce court roman mais aussi avec un peu de frustration d’en avoir si peu. Pas grave, je me plongerai bientôt dans son autobiographie “Ma vie”, j’y trouverai plus de matière et encore plus d’inspiration, j’en suis sûre !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error

Vous avez aimé ? Dites-le !

RSS
Follow by Email
YouTube
Instagram