Le Drakkar éternel de Estelle FAYE

Le Drakkar éternel
de Estelle FAYE

Scrineo,
2020, 140 p.

Première Publication : 2020


Pour l’acheter : Le Drakkar éternel


Estelle Faye a été comédienne et metteur en scène de théâtre. Aujourd’hui, elle travaille surtout comme auteur et scénariste. À l’aise dans les mondes de l’Imaginaire et la littérature d’aventures, elle écrit aussi bien de l’anticipation, du fantastique, de la fantasy historique que du Young Adult.

La Voie des Oracles, Tome 1  Tome 2  Tome 3 
Un éclat de givre


♣ ♣ ♣


La vie n’est pas toujours facile pour Maël et Astrid au collège. Heureusement ils peuvent s’échapper pendant les vacances, en naviguant sur l’océan. Mais l’une de leurs sorties en mer va les entraîner beaucoup plus loin qu’ils ne l’auraient imaginé…
Prisonniers à bord d’un navire viking, un bateau maudit condamné à errer sur les flots pour l’éternité, ils vont devoir lever la malédiction qui frappe la mer des neuf mondes, pour espérer rentrer chez eux.


Alors que j’imaginais retrouver Estelle Faye dans un roman plutôt destiné aux adolescents et jeunes adultes, je la découvre ici dans un titre que je conseillerais, pour ma part, aux lecteurs plus jeunes (dès 10 ans). Touche à tout, l’autrice nous entraîne dans une aventure mythologique à bord d’un langskip (et non d’un drakkar).

Court roman que ce Drakkar éternel qui met en avant deux jeunes héros – Astrid et Maël – deux collégiens victimes de harcèlement scolaire dans une petite ville de la cote normande. Les deux amis d’enfance ont l’habitude de s’évader de leur quotidien, sur l’eau, grâce à une petite embarcation qu’Astrid sait manœuvrer sur le bout des doigts.

Oui mais voilà, ce jour de vacances scolaires, alors qu’ils partent tous les deux pour une balade ordinaire, Astrid et Maël se retrouvent coincés sur l’eau, entourés par un brouillard très dense. Bien vite, un navire étrange et un équipage non moins surprenant les abordent. La forme du bateau, la tenue des hommes (tout en cheveux clairs et en fourrures) ne laissent aucun doute : ce sont des Vikings sur leur drakkar !
Alors que la communication est difficile, le scalde (sorte de barde) résout le problème d’une simple potion. Les deux adolescents comprennent alors la situation : les Vikings ont été maudits plusieurs siècles plus tôt et depuis, ils errent sur les océans, ne pouvant plus toucher terre. Mais Maël et Astrid ne sont pas arrivés là par hasard, ils ont été désignés par le sort pour rompre la malédiction. Pour ce faire, ils vont devoir visiter chacune des 9 îles incarnant les 9 mondes Vikings afin de trouver l’objet, la réponse, la solution au piège.

Le roman n’excède pas les 150 pages et ne perd jamais son rythme. Chaque chapitre est l’occasion pour les deux jeunes héros et le lecteur de passer d’une île à l’autre, et permet donc la rencontre de nombreux personnages et thématiques clefs de ces légendes nordiques.
C’est donc un titre idéal pour les jeunes lecteurs (encore une fois, à mon avis c’est parfaitement accessible dès 10 ans / en fin de primaire pour les bons lecteurs) qui aimeraient découvrir ou en savoir plus sur ces fascinants Vikings et leur mythologie.

Comme d’habitude avec Estelle Faye, c’est documenté (je pense à sa trilogie La Voie des oracles qui prend place pendant la période gallo-romaine), très imagé et donc très rythmé. Qui dit titre jeunesse dit nouvelle action et rencontre à chaque page ou presque ce qui impulse une belle dynamique. On ne s’ennuie pas.
En revanche, et c’est là mon petit bémol, le versant négatif de cette effervescence ; c’est que tout reste un peu en surface, les éléments (et personnalités des héros et de ceux qu’ils rencontrent) sont tout juste effleurés voire manichéens. Moi qui pensais trouver un titre plus adolescent (voire Young Adult), j’ai senti un petit manque de développement et de détails. Mais si l’on replace ce Drakkar éternel auprès du public cible, il me semble qu’il fait parfaitement bien son job et saura séduire les jeunes lecteurs aventuriers.

Si vos enfants se demandent qui sont Thor et Loki, ce qu’est un drakkar, un scalde ou des alfes (des elfes) ; je pense qu’un petit tour sur le langskip d’Estelle Faye pourrait leur donner quelques passionnantes réponses, à enrichir ensuite d’autres lectures, si le cœur nous en dit !






Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error

Vous avez aimé ? Dites-le !

RSS
Follow by Email
YouTube
Instagram