C’est lundi, que lisez-vous ? (47)


Déjà deux semaines depuis la rentrée, la routine s’est à nouveau installée. Difficile de reprendre le rythme et mon organisation n’est pas optimale. Entre le boulot – quand même pas mal prenant chaque jour -, les tâches quotidiennes (je vous passe les détails mais vous savez vous aussi à quel point les courses, la cuisine, le ménage… c’est chiant !), les rendez-vous médicaux/administratifs (on en voit jamais le bout et qu’est-ce que c’est chiant ça aussi !), la reprise de la danse (mon dieu que je suis nulle ! ahah !) et la vie tout simplement (ben oui, on essaye de profiter un peu aussi !)… la lecture, le blog, Youtube et les réseaux passent après. Je me suis rendue compte avec horreur que j’avais plus de 2 mois de “retard” dans la rédaction de mes chroniques. Heureusement que je lis lentement… quant aux vidéos sur Youtube, là, le retard n’est même plus quantifiable. ^^ Mais bon, ça vient quand je peux, comme je peux et c’est comme ça, j’essaye de ne pas me stresser avec ça et je profite de ma vie IRL. 🙂
Et vous votre rentrée, pas trop épuisante ?

J’en profite pour vous rappeler que si vous voulez être prévenu de chaque article publié (et donc n’en rater aucun !), vous pouvez vous inscrire pour recevoir une newsletter chaque dimanche matin (un seul mail par semaine). C’est dans le menu dans la barre de gauche, il suffit de rentrer son adresse mail et de suivre les indications.


C’est I believe in pixie dust qui répertorie les liens chaque lundi.


Ces 3 dernières semaines, j’ai fini de lire et j’ai lu…

Le Journal intime de Cléopâtre Wellington, T. 1. Tout les lecteurs et lectrices comparent cette série à celle de Georgia Nicolson (et Diglee ne se cache absolument pas de sa source d’inspiration). Personnellement, je ne la connais que de nom alors je serais bien en peine de faire le parallèle entre les deux. En tout cas, en ne prenant que Cléopâtre Wellington en compte, ben j’ai aimé ! J’ai souri plus d’une fois et même si je ne suis clairement plus la cible idéale (je pourrais largement être la mère de l’héroïne… bordel ce coup de vieux !), j’ai été assez passionnée par ce premier tome plein d’humour, de modernité et de contemporanéité. J’ai d’ores-et-déjà emprunté la suite !
226 bébés. Plus jeunesse mais j’avais envie de lire un autre roman de Flroe Vesco qui a su me convaincre avec L’Estrange Malaventure de Mirella. C’est très court, un peu répétitif (presque en randonnée) mais s’inspire une nouvelle fois de contes de fées et le fait, une nouvelle fois, avec beaucoup d’humour. Pas un indispensable mais un titre qui fonctionne !
Assez de bleu dans le ciel. Premiers pas dans les écrits de Maggie O’Farrell… et quelle réussite ! J’ai pris le temps de digérer ce roman, je l’ai picoré sur une quinzaine de jours, prenant le temps d’intégrer les vies des nombreux personnages que l’on découvre dans ce roman chorale. C’est plein de sensibilité, très bien écrit et quel final ! Coup de cœur pour ce beau roman.


L’Art d’en rire. Quand Florence Foresti commente des œuvres d’art… Imaginez les dialogues entre les personnages présents dans une même peinture, avec la voix et les intonations de la comédienne. Ce ne sont pas toujours des barres de rire mais il y a quand même quelques trouvailles franchement amusantes. Et plus que ça, l’occasion de (re)découvrir des œuvres et d’en apprendre un peu plus. Ludique et pédagogique, tout ce que j’aime !
Une rencontre. Un graphique qui s’inspire du manga et qui raconte la rencontre de deux personnages. Son histoire à elle, se lit à la japonaise (et je vous conseille fortement de commencer par celle-ci) ; son histoire à lui se lit dans le sens occidental. J’ai aimé le dessin, très doux et surtout la belle émotion procurée par la rencontre de ces deux êtres. Comme quoi, parfois, tout se joue à un fil et tout aurait pu être différent si…
Le Grand méchant loup pue des pieds. Une courte bande-dessinée qui m’a fait sourire tout simplement parce que je l’imagine très bien lue à voix haute par plusieurs lecteurs, pour un public jeunesse. Je pense que le succès serait au rendez-vous. C’est typiquement un détournement des contes (Grand méchant loup, Petit chaperon rouge, Trois petits cochons, Boucle d’or…), comme souvent avec humour. Le seul bémol pour moi c’est le choix du titre qui ne s’attache qu’à un tout petit détail de l’histoire ; ça peut être trompeur.


Je lis…

« On m’a élevée ainsi : les garçons et les filles sont à égalité. Je suis aussi libre que mon frère, ma mère est aussi libre que mon père. C’est faux. Je suis une fille, pas un garçon. J’ai 17 ans, mon corps me trahit, je vais avorter.
J’y pense toujours, je n’en parlerai jamais à personne. Parfois, je ne suis pas loin de dire le mot, de le partager avec une amie proche. Et puis non, je renonce. Pourquoi ce silence ? »


Le Projet Crocodiles naît sur Internet en même temps que le site Paye Ta Shnek et bien avant le mouvement #metoo. Des témoignages de femmes victimes de harcèlement de rue et de sexisme y sont transposés en bande dessinée avec une originalité : les hommes sont représentés sous la forme de crocodiles. Juliette Boutant rejoint Thomas Mathieu et, ensemble, ils rendent compte d’actes sexistes qui se déroulent aussi ailleurs que dans la rue : les violences gynécologiques et obstétricales, le sexisme dans les rapports avec la police, en milieu professionnel, dans la sexualité, la vie publique ou encore l’éducation.


Je vais lire…


Et vous ? Belles lectures et à bientôt !


Une réflexion sur “C’est lundi, que lisez-vous ? (47)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error

Vous avez aimé ? Dites-le !

RSS
Follow by Email
YouTube
Instagram