C’est lundi, que lisez-vous ? (46)

Trois semaines depuis le dernier C’est lundi, que lisez-vous ? car la semaine dernière, j’étais loin de mon ordinateur, en Vendée ! Quelques jours loin du quotidien, dans la famille de Monsieur Loup, à manger des huîtres, tester la température de l’océan et randonner au bord du lac. La lecture n’a clairement pas été au rendez-vous – à part dans le train ! – mais l’émotion était là. Demain c’est déjà l’heure de reprendre le boulot… en attendant les prochaines vacances, automnales cette fois !

J’en profite pour vous rappeler que si vous voulez être prévenu de chaque article publié (et donc n’en rater aucun !), vous pouvez vous inscrire pour recevoir une newsletter chaque dimanche matin (un seul mail par semaine). C’est dans le menu dans la barre de gauche, il suffit de rentrer son adresse mail et de suivre les indications.


C’est I believe in pixie dust qui répertorie les liens chaque lundi.


Ces 3 dernières semaines, j’ai fini de lire et j’ai lu…

La Vengeance des mères. Mille femmes blanches avait été un gros coup de cœur mais cette suite, lue en lecture commune avec Monsieur Loup, nous a tous les deux pas mal déçus. Certes l’immersion dans le grand Ouest américain est bien là mais nous en sommes venus à la même conclusion : tout ça pour ça ? 500 pages qui ne racontent finalement pas grand chose et mettent en avant des personnages qui n’ont clairement pas la même épaisseur que dans le premier tome… Il paraît que le troisième opus sorti l’automne dernier, est encore plus décevant… je ne sais pas si je tenterai !
Ceci est mon corps. 6 nouvelles de 6 autrices différentes, chacune autour d’une partie du corps différente. Là aussi, je dois avouer que je suis un peu déçue. Les deux autrices que j’attendais le plus – Ovidie et Faïza Guène sont celles qui proposent les nouvelles les plus courtes et les moins “intéressantes” à mon goût. Les autres sont meilleures, surtout lorsqu’elles prennent une forme plus journalistique de témoignage. Pour une toute première approche de l’acceptation du corps quel qu’il soit, pour les plus jeunes lecteur.ice.s, oui, ce n’est pas mal. Mais je m’attendais vraiment à beaucoup plus poussé.
Et le désert disparaîtra. Là par contre, pas déçue pour un sou ! Je dirais même que c’est carrément le coup de cœur ! Un texte court, qui se dévore en quelques heures, mais qui transperce. Dans un monde légèrement futuriste, l’eau, la faune et la flore ont disparu. Les déserts recouvrent la Terre, les humains survivants achètent de l’eau gélifier et de l’oxygène en bouteille pour survivre. Les tribus encensent leurs chasseurs, ceux qui vont débusquer les derniers grands arbres pour les abattre et vendre le bois récolté. Leur seul moyen de subsistance. Seule une ancienne clame haut et fort que ces derniers arbres sont à sauvegarder coûte que coûte car c’est d’eux que vient l’eau, les animaux, la vie… La jeune héroïne ne supporte pas ce discours de vieille folle et ne rêve que d’une chose : devenir chasseuse elle aussi ! Mais alors qu’elle se perd dans le désert et trouve refuge plusieurs semaines sous un arbre centenaire, elle ouvre les yeux, découvre, comprend… et change son point de vue ! Fort, très fort ! Il faut voir sur le long terme et pas la richesse immédiate.
Les Furtifs. 4 mois après l’avoir entamé, ENFIN, je suis arrivée au bout. C’était mon premier Damasio – pour le prix Imaginales des Bibliothécaires – et j’aurais aimé découvrir l’auteur par La Horde du Contrevent parce que le synopsis des Furtifs me tentait beaucoup moins. J’y suis donc allée un peu à reculons. Je n’ai pas trouvé le texte mauvais, loin de là ; mais qu’est-ce que c’était long… certains passages sont clairement indigestes et pas franchement nécessaires alors que d’autres sont d’une belle émotion et d’une grande intelligence. C’est un texte exigeant qui offre de belles pistes de réflexion mais qui m’a paru poussif à plusieurs reprises. Mitigée donc mais quand même heureuse d’être arrivée au bout et de pouvoir dire : je l’ai lu !


Coups de cœur pour Phoolan Devi et D’après nature. Le premier est une bande dessinée biographique dont on ne ressort pas indemne. Je crois que je n’avais encore jamais entendu parler de cette jeune femme indienne… quelle erreur ! Quelle vie, quel destin, quelle combativité ! A lire absolument ! Rien à voir, l’imagier d’Isabelle Simler prouve une nouvelle fois à quel point l’illustratrice a du talent. Je suis définitivement amoureuse de son travail, de son coup de crayon, de sa poésie. Ouvrez un de ses albums, foncez !
Largement convaincue par Mécanique céleste que j’ai trouvé visuellement très beau et très original dans l’intrigue. Un univers riche qui appellerai d’autres tomes sans problème. Le premier tome de La Brigade des cauchemars m’a lui aussi convaincue. C’est court mais intriguant… et presque un peu flippant ! Idéal pour le Pumpkin Autumn Challenge qui démarre ! 😉
Visuellement rien à redire au Serment des lampions qui est d’une beauté incroyable… mais je suis un peu passée à côté de l’histoire, j’ai l’impression. Le cheminement onirique qui fait passer les héros d’endroits en endroits et de rencontres en rencontres sans queue ni tête, c’est joli mais ça manque de “palpabilité” à mon goût. Peut-être trop perché pour moi. Le dernier tome d’Une Nuit à Rome m’a lui aussi plu visuellement et je n’ai pas franchement quoi que ce soit à reprocher au scénario… mais j’étais moins dans le mood que lorsque j’ai lu les tomes précédents.
Les Secrets de Brune est sans doute celui qui m’a le plus déçue ces trois dernières semaines. J’étais très attirée visuellement par les traits arrondis et doux et par la colorisation. Mais alors l’histoire… sans aucun intérêt ! Complètement passée à côté !


Je lis…

Une maison au bout d’une piste, à des kilomètres de tout. Autour, rien que l’herbe verte, les trembles aux feuilles chargées de pluie et le ciel changeant du Donegal. Daniel Sullivan est linguiste, il s’en va donner un cours à l’université avant de prendre l’avion pour les États-Unis, son pays d’origine, pour se rendre à l’anniversaire de son père qu’il n’a pas vu depuis des années.
À ses côtés, dans la voiture qui le conduit à l’aéroport, sa femme Claudette et leurs deux enfants. C’est là, dans cette voiture, que Daniel apprend à la radio le décès de Nicola, son premier amour. Une cascade de souvenirs se déversent et une question : se pourrait-il qu’il soit responsable de sa mort ?
Le doute le ronge, implacable. Et une envie, deux en fait : découvrir la vérité sur Nicola ; revoir sa famille, son autre famille, ses deux grands enfants qu’il a abandonnés soudainement aux États-Unis dix ans plus tôt.
Mais comment dire tout cela à Claudette, cette ex-star de cinéma fantasque, passionnée, qui a choisi d’organiser sa propre disparition pour échapper au monde ? Comment lui révéler l’homme qu’il est véritablement ? Et que peut-il encore promettre, lui qui n’a jamais su que fuir ?

Cléopâtre a 13 ans, trois chats, des parents divorcés, une petite sœur givrée fan de phoques, une pilosité plus proche de celle du singe que de l’être humain, et doit supporter quotidiennement maintes humiliations et insultes assénées par Clément, le plus sadique mais néanmoins plus beau mec du collège. Heureusement, elle peut compter sur sa BFF Chloé pour lui faire oublier ses drames existentiels à grand renfort de missions d’espionnage nocturnes et de tournage de film d’horreur amateur. Mais cette année, deux nouveaux font leur apparition en classe de quatrième… Et il se peut qu’ils changent considérablement le quotidien de Cléo.


Je vais lire…


Et vous ? Belles lectures et à bientôt !

 

2 réflexions sur “C’est lundi, que lisez-vous ? (46)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error

Vous avez aimé ? Dites-le !

RSS
Follow by Email
YouTube
Instagram