Le Goût de Dublin, textes réunis et présentés par Jean-Pierre KREMER et Alain POZZUOLI

Le Goût de Dublin
textes réunis et présentés par
Jean-Pierre KREMER
et Alain POZZUOLI

 

Mercure de France (Le petit mercure)
2006, 131 p.

Première Publication : 2006

 

Pour l’acheter : Le Goût de Dublin

 

Jean-Pierre Krémer et Alain Pozzuoli sont respectivement traducteur et biographe de l’écrivain irlandais Bram Stoker, et à ce titre ils se sont intéressés de très près à la culture irlandaise et à Dublin.

 

♣ ♣ ♣

 

L’Abbey Theatre, Phoenix Park, Merrion Square, Dublin Castle, Grafton Street, la Grande Poste, Dublin tout entier se dessine entre ces pages. Le promeneur-lecteur déambulera d’un quartier à l’autre, d’un monument à l’autre, en croisant sur sa route les grands noms de la littérature irlandaise d’hier et d’aujourd’hui : de Joseph Sheridan Le Fanu à Samuel Beckett, de William Butler Yeats à John McGahern, de Bram Stoker à Brendan Behan, de Sean O’Casey à Keith Ridway. Il sera invité à marcher le long de la Liffey ou à s’arrêter, entre Temple Bar et St Stephen’s Green, pour savourer une pinte de Guinness et fredonner Molly Malone, la chanson traditionnelle reprise en chœur dans tous les pubs de Dublin. Ville d’écrivains, Dublin est aussi une ville où l’on aime la vie, la bière et la musique.


Un recueil entre la pure fiction et le guide touristique

Aujourd’hui, j’aime assez me plonger dans des recueils de nouvelles d’auteurs variés ; c’est toujours l’occasion de découvrir de nouvelles plumes et imaginaires. C’est donc avec cette curiosité et à l’occasion de The Irish Readathon, que j’ai ouvert ce tout petit Goût de Dublin, à mi-chemin entre la fiction et le guide touristique.

Finalement, si j’ai pu croiser le nom et la plume de très nombreux auteurs et autrices, irlandais.e.s ou non, la rencontre a toujours été très brève. Peut-être même trop pour se faire une véritable idée. Il faut dire que chaque « chapitre » s’étale généralement sur deux ou trois pages, jamais plus de cinq. Alors la diversité est là, le tour d’horizon est plutôt complet, mais il vaut mieux ne pas louper le signal de départ et être attentif car le paysage défile vite !

Voir Dublin, Boire Dublin et Croire Dublin

Ce petit recueil d’environ 130 pages est globalement divisé en trois grandes parties dédiées à trois grandes thématiques : Voir Dublin, Boire Dublin et Croire Dublin.
Vous l’aurez compris, on commence par une visite un peu touristique de la ville grâce à de nombreuses plumes ayant écrit sur tel ou tel monument. S’en suit un passage – obligé – dans les pubs de la ville ou la boisson (la musique et la bonne humeur) coule à flot. Là encore, rares sont les titres irlandais qui n’offrent pas un petit tour au pub ! Enfin, et c’est là une autre particularité de l’Irlande, le lecteur découvre l’importance des croyances et superstitions : Petit Peuple, banshees et léprechauns sont de la partie.
Si j’ai apprécié les textes des deux premières parties – qui m’ont terriblement donné envie de (re)fouler certains lieux de la ville (le pèlerinage littéraire sera obligatoirement organisé la prochaine fois que je mettrai un pied à Dublin !), je suis plus mitigée et donc déçue au sujet de la dernière partie qui semblait pourtant avoir ma préférence de prime abord. Les extraits choisis m’ont paru bien obscurs et finalement pas très représentatifs, dommage.

Dublin, photo trouvée sur Ireland101.com
Des extraits très (trop) pointus ?

Globalement, je pense que ce titre, bien que constitué dans un esprit de découverte et de premiers pas dans la ville de Dublin, me paraît finalement assez pointu dans les références qu’il propose. Je ne suis vraiment pas sûre que des non-connaisseurs de la capitale ou même des us et coutumes irlandaises s’y retrouvent et aient envie d’aller plus loin, malgré le charme et l’attrait certains que l’on sent à travers tous les extraits proposés.

« Je n’ai jamais décrit son insularité candide, ni son hospitalité. Cette dernière « vertu », autant que je sache, n’existe nulle part ailleurs en Europe. » James Joyce

Pour ma part, je suis acquise à la cause irlandaise depuis plus de la moitié de ma vie. Retrouver des souvenirs et des sensations de voyages grâce à des extraits de textes, aussi courts soient-ils, est toujours un plaisir. Quant aux noms et lieux inconnus jusque là, je n’ai qu’une envie, tous les noter soigneusement dans un coin pour gratter un peu quand l’occasion se présentera. J’ai donc pris les références de nombreux pubs, cafés, librairies et résidences où ont pu vivre certains auteurs.
Et je ne manquerai pas de jeter un œil aux mémoires de Dora Murphy (activiste politique du début du XXe siècle), au recueil de contes rassemblés par Lucienne Escoube, au seul roman de Bram Stoker prenant place dans la campagne irlandaise (The Snake’s Pass) et au primé Mauvaise Pente de Keith Ridgway qui revient sur un sujet de société dramatique (l’illégalité de l’avortement dans le pays jusque TRÈS récemment… pour mémoire, un référendum a eu lieu en mai 2018 et la majorité a voté POUR la légalisation de l’avortement ! Un grand pas pour l’île, jusque là très ancrée dans ses traditions catholiques !).

Le Goût de Dublin n’est pas un recueil que je conseillerais aux novices bien que l’introduction soit très séduisante. Pour ma part, j’ai pu sourire de quelques allusions qui ne me sont pas inconnues et j’ai trouvé de très nombreuses nouvelles références qu’il me tarde de pouvoir explorer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error

Vous avez aimé ? Dites-le !

RSS
Follow by Email
YouTube
Instagram