Une Sirène à Paris de Mathias MALZIEU

Une Sirène à Paris
de Mathias MALZIEU

Albin Michel,
2019, 238 p.

Première Publication : 2019

 

Pour l’acheter : Une Sirène à Paris

 

Mathias Malzieu est un chanteur, musicien et écrivain français, né le  à Montpellier. Il est le chanteur du groupe de rock français Dionysos. (Wikipédia)

 

♣ ♣ ♣

 

Juin 2016, la Seine est en crue et Gaspard Neige trouve sur les quais une sirène blessée qu’il ramène chez lui. Elle lui explique que tous les hommes qui entendent sa voix tombent amoureux d’elle et en meurent, mais, convaincu que son coeur est immunisé depuis sa rupture, Gaspard décide de la garder jusqu’au lendemain dans sa baignoire.


Sélectionné pour le Prix Imaginales des Bibliothécaires

Je n’avais pas vraiment – du tout – prévu de me plonger dans ce roman. Ni l’intrigue ni l’univers ne m’attiraient (plus maintenant). Malgré tout, Prix Imaginales des Bibliothécaires oblige, je n’ai pas pu me défiler. D’ailleurs, j’ai bien du mal à comprendre pourquoi ce titre-là s’est retrouvé dans la sélection.
Oui c’est plus « grand public » qu’un Christian Léourier (par exemple) mais, à mon avis, c’est comme si on y mettait le réalisme magique de Gabriel Garcia Marquez ou celui de Haruki Murakami. L’imaginaire est un large sujet oui, et je suis la première à adorer Cent ans de solitude mais jamais je ne le choisirais pour une sélection pour un prix de l’Imaginaire. Bref.

La plume de Mathias Malzieu ne m’est pas complètement inconnue puisque j’ai déjà lu deux de ses tout premiers écrits : Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi et La Mécanique du cœur. Si je n’avais pas eu de francs coups de cœur pour ces deux textes, j’en garde tout de même un souvenir plutôt satisfait et surtout ému. L’onirisme est à nouveau là avec Une Sirène à Paris mais l’émotion pas vraiment, à mon avis. Rendez-vous dans quelques années, mais je ne crois pas en garder grand chose…

Un univers qui n’est pas sans rappeler L’Ecume des jours de Vian et Big Fish de Burton
Mathias MALZIEU, portrait trouvé sur Baz’Art.

Le roman est court mais – et c’est une qualité inhérente à la plume de Mathias Malzieu je pense – très immersif si tant est qu’on adhère à l’univers de l’auteur. Il faut se laisser porter par les événements et accepter les touches de magie lancées entre les pages. Si vous avez aimé un film comme Big Fish de Tim Burton ou un livre comme L’Écume des jours de Boris Vian, vous devriez être réceptif à la poésie et la loufoquerie de cette nouvelle histoire inventée par Mathias Malzieu.

Mais trop de trop, je n’y ai pas cru

Je salue l’imaginaire et les jeux sur les mots. J’aime la magie, les paillettes et l’onirisme. Oui mais à petites doses. Avec équilibre et harmonie. Je dois donc avouer avoir ressenti un trop plein de tout dans cette histoire. Trop de figures de styles qui alourdissent certains passages (toutes ces métaphores et comparaisons…), trop de facilité dans l’intrigue, trop de mièvrerie et trop de rapidité dans l’évolution des personnages.
Alors si j’adhère complètement au coup de foudre qui fige le temps raconté par Edward Bloom dans Big Fish ou à la merveilleuse histoire d’amour tragique de Colin et Chloé (avec son nénuphar) chez Boris Vian, j’ai en revanche beaucoup plus de mal à me sentir concernée et donc émue par l’aventure de Gaspard et de la sirène qu’il ramène dans sa baignoire.

Lui est un peu fade comme garçon, malgré son statut de « Surprisier ». Cela dit, un personnage lambda comme héros peut permettre une plus grande empathie.
Elle en revanche, c’est tout l’inverse. C’est une créature mythologique avec tout ce qu’on peut imaginer : elle est évidemment divinement belle avec sa queue de poisson et ses beaux seins (important les seins) mais elle est aussi froide et insupportable.
A se demander comment une histoire d’amour peut naître entre eux. D’ailleurs on y croit pas une seconde, c’est bien là le problème.

Tous les éléments du conte poétique sont pourtant réunis mais la magie n’a pas vraiment opéré chez moi. A vouloir insérer tous ces éléments dans son texte, Mathias Malzieu offre finalement un récit un peu trop artificiel, forcé et poussif à mon goût. On en oublie la crédibilité (tout est relatif, on sait bien qu’aucun nénuphar ne se développe dans nos poumons et que les sirènes ne débarquent pas sur les quais de Seine) et surtout l’émotion ; à mon avis deux aspects indispensables à toutes lectures marquantes.

 

Vous avez aimé ? Dites-le !

Une pensée sur “Une Sirène à Paris de Mathias MALZIEU

  • 27 mars 2020 à 9 h 32 min
    Permalink

    Arff je pensais l’ajouter à ma wish-list, d’autant qu’il me semble qu’un film va bientôt sortir mais du coup, ton avis me fait remettre ça en question. Je verrais si je le trouve en médiathèque plutôt que de l’acheter.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error

Vous avez aimé ? Dites-le !

RSS
Follow by Email
YouTube
Instagram