Zoomancie de Adrien TOMAS

Zoomancie
de Adrien TOMAS

Lynks,
2019, 332 p.

Première Publication : 2019

 

Pour l’acheter : Zoomancie

 

Adrien Tomas, né le  à Soissons, est un auteur de fantasy français. Son premier roman, La Geste du Sixième Royaume, a reçu le prix Imaginales en 2012. Il a rejoint la Charte des auteurs et des illustrateurs jeunesse et est l’un des administrateurs de l’association. Son premier roman jeunesse, Engrenages et Sortilèges, reçoit en 2019 le prix Babelio, le prix du festival Les Halliennales et le Prix Saint-Exupéry. (Wikipédia)

 

♣ ♣ ♣

 

Dans un monde dévasté par les guerres et les catastrophes, les hommes sont coupés les uns des autres par une colère incessante.
À Kuala Lumpur, Spider, un hacker, échappe à de mystérieux ennemis, aidé par des araignées. Seuls survivants de la réserve de Mwanga, Kamili et Ushingi, l’un des derniers okapis, découvrent que l’ultime chance de l’espèce se trouve au cœur de l’Europe en ruines. À Paris, Faustine, trouve l’apaisement auprès des animaux du sanctuaire de Montvermeil. Quand une baleine échoue dans les Eaux, elle comprend que leurs âmes sont liées et que leur chant guérit les hommes de leur rage.
Mais pour combien de temps ? Car les forces lancées sur la piste de Spider s’intéressent de très près à la jeune fille et au cétacé. Et les responsables du carnage de Mwanga n’étaient peut-être pas de simples braconniers.


« A l’époque, les gens s’imaginaient que tout allait bien, ou finirait par aller mieux. Ils s’enfermaient dans des certitudes absurdes et n’œuvraient que pour que leur environnement immédiat s’améliore. Sans trop penser au reste du monde. Sans trop faire d’effort… »

Voilà une amorce efficace. Vous l’avez sans doute compris, ce one-shot plutôt destiné à un public Young Adult prend place dans un monde un peu futuriste dans lequel l’humanité n’a pas su réagir à temps et paye dorénavant ses erreurs passées.

Trois personnages que rien ne semble relier

Le lecteur découvre trois personnages principaux, trois jeunes adultes vivant sur trois continents différents.
Faustine survit dans l’ancienne capitale française. L’humidité et le froid ont envahi les rues parisiennes, seuls les immeubles et habitations les plus surélevées ont résisté à la montée des eaux. Tout est gris et inondé. Les parisiens ne s’émerveillent plus de rien, seuls la colère et le désespoir habitent leur quotidien. Faustine résiste à l’ambiance générale grâce à son travail dans un sanctuaire animalier et surtout grâce à sa relation avec l’apaisante Léa. Un jour, une baleine s’échoue sur les quais de l’ancienne Seine. Les habitants y voient des tonnes de viande à consommer pour améliorer leurs maigres rations, Faustine protège l’animal au péril de sa propre sécurité.
Kamili est le piètre gardien d’une réserve protégée en Afrique. Heureusement qu’un ancien écossais virulent fait partie de son équipe parce que Kamili est réticent à utiliser son arme, même pour protéger les animaux pour lesquels il a juré de donner sa vie. Des troupes attaquent régulièrement les lieux pour tuer et braconner, au mépris de la sauvegarde animale. Le jeune homme tient tout particulièrement au troupeau d’okapis, les derniers représentants de leur espèce et notamment à Ushingi avec laquelle un lien très fort s’est créé.
Confiné dans des planques toujours changeantes, Spider semble bien éloigné du monde animal et de ses enjeux. Lui, ce qui le passionne et ce pour quoi il est grassement payé, c’est le hackage et la vente d’informations aux plus offrants. De son ordinateur, il est capable de retrouver n’importe quel homme politique ou industriel véreux et d’envoyer leurs coordonnées à ceux qui souhaitent leur mort. Sa contribution à la « dépollution humaine » de la planète.

Les animaux sont le seul espoir de l’humanité
Adrien TOMAS, portrait trouvé sur le site des Imaginales.

Pas grand chose ne semble relier ces trois jeunes gens, et pourtant… Chacun découvre une connexion avec un animal bien particulier. Baleine, okapi ou araignée, chacun ses forces et ses particularités.
J’ai aimé cette idée d’animal-totem et l’explication avancée dans le dernier tiers du roman. Je ne peux pas vous dire le pourquoi du comment, ce serait vous gâcher une des principales trouvailles de ce court roman résolument engagé et actuel (plus que jamais alors que j’écris cette chronique, le 19 mars 2020). La « révélation » est bien amenée et ne manque pas d’originalité. J’ai aimé.
D’autant plus que je n’imaginais pas du tout que le roman prendrait ce chemin. J’avais lu la quatrième de couverture avant de commencer ma lecture mais je ne comprenais absolument pas comment les trois héros allaient pouvoir être rassemblés. Et surtout pourquoi ? Dans quelle optique ? Quel rapport avec les animaux ? Quel rapport avec ceux qui semblent les poursuivre ?
Bref, l’intrigue m’a convaincue.

Un discours séduisant mais trop peu d’attachement pour les héros

Là où je suis plus sceptique, c’est dans le traitement des personnages. Si je ne suis pas particulièrement friande de la narration unique et interne à la première personne du singulier, je crois que je le suis encore moins du roman « chorale » quand il est si court et donc si peu développé. Trois personnages principaux (et d’autres secondaires qui viennent se greffer) c’est au moins trois « arcs narratifs », donc au moins trois voix narratives donc une division du lecteur dans au moins trois directions différentes (dans des chapitres qui s’alternent).
Personnellement, si je ne passe pas beaucoup de temps avec un personnage (en tout cas un certain temps), j’ai du mal à m’attacher à lui et donc à être émue. J’ai parfois eu des coups de cœur pour des romans qui mettaient en scène plusieurs « héros » mais qui prenaient le temps de développer chacun d’eux. Ce n’est malheureusement pas le cas ici. Il faut dire que le public visé est plutôt Young Adult et que 330 pages, c’est court. Alors tout va un peu trop vite, aussi bien dans la rencontre avec les personnages que dans l’action en elle-même. Pas de temps morts, c’est clair. Mais les pauses descriptives c’est bien aussi pour avaler, digérer, s’habituer et s’attacher. Enfin pour moi.

Si je ne suis pas convaincue à 100% par ce titre, je salue l’engagement d’Adrien Tomas. On sent que l’écologie et la préservation de la nature font partie des sujets qui lui tiennent à cœur et on profite largement de ses connaissances dans le domaine (il a lui même travaillé en lien étroit avec les animaux à plusieurs reprises). Zoomancie commence dans la grisaille et la colère mais nous rappelle aussi que nous pouvons tous agir, nous pouvons retrouver l’essentiel et nous reconnecter avec la nature… Finalement il y a de l’espoir, il suffit d’ouvrir les yeux.

 

Vous avez aimé ? Dites-le !

2 pensées sur “Zoomancie de Adrien TOMAS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error

Vous avez aimé ? Dites-le !

RSS
Follow by Email
YouTube
Instagram