Trois histoires de Noël de LUCIE CASTEL, Angela MORELLI et Louisa MEONIS

Trois histoires de Noël
de Lucie CASTEL,
Angela MORELLI
et Louisa MEONIS

France Loisirs,
2018, 450 p.

Première Publication : 2018

Pour l’acheter : sur le catalogue France Loisirs si vous êtes membre sinon… d’occasion ?

 

♣ ♣ ♣

 

Un aéroport bloqué sous la neige, des cadeaux coincés dans une boîte aux lettres ou un ex trop heureux de se remarier… Quand Noël semble tourner à la catastrophe, c’est l’amour qui pointe le bout de son nez ! Faites confiance à ces trois reines de la comédie romantique pour faire pétiller cette fin d’année…


Comme l’on peut aisément le deviner grâce au titre, Trois histoires de Noël est un petit recueil qui nous propose trois aventures écrites par trois autrices différentes. Trois histoires donc trois fois plus de chances d’en trouver (au moins) une à son goût. A vrai dire, je ressors un peu mitigée de ma lecture.

Les romances, ce n’est clairement pas mon truc. Je n’y trouve généralement que très peu d’intérêt car 1) c’est tellement invraisemblable que je n’y crois pas donc ça ne me fait pas rêver 2) les personnages m’horripilent la plupart du temps 3) à chaque fois j’ai l’impression de lire la même chose sans originalité donc ce n’est absolument pas marquant. Alors, pourquoi me plonger dans Trois histoires de Noël ?
La période se prête assez aux romances légères un peu niaises. Si j’arrive à sourire gentiment et à ne pas me prendre la tête devant un téléfilm sur M6, pourquoi ça n’arriverait pas avec un roman ou des petites nouvelles ? Alors j’ai eu envie de retenter l’expérience.

Figurez-vous que ça a fonctionné avec la première nouvelle, la plus longue du recueil : Pas si simple. Lucie Castel (je viens de découvrir qu’il s’agit de l’autre nom de plume de Oren Miller !) campe son intrigue à Londres, entre l’aéroport et les quartiers chics. Notre héroïne – et sa sœur à la limite de l’autisme style Sheldon Cooper – ne peuvent prendre l’avion censé les ramener en France pour fêter le réveillon de Noël avec leur mère. Une tempête de neige annule tous les vols pour une période indéterminée… qui semble s’étirer ! C’est dans ce contexte un peu tendu et surtout hors de contrôle, que la rencontre a lieu.
Si j’ai accroché je pense que c’est avant tout grâce aux personnages qui ont réussi à me convaincre. Pas trop clichés, pas trop manichéens et plus ou moins « normaux » (ou en tout cas pas too much), je les ai trouvés CRÉDIBLES. Et je crois que c’est le secret pour qu’une romance fonctionne avec moi. Même la « belle-famille » pour le moins originale m’a paru à sa place dans cette histoire.
Je retiens également l’humour des situations et la chouette répartie que l’on découvre dans les dialogues. Frais, amusant mais aussi émouvant et avec de la consistance. Là, d’accord, j’y crois, ça m’emporte et ça me détend. Là, ok.

Je suis en revanche moins séduite par les deux nouvelles suivantes, pour des raisons différentes.
La deuxième – Sous le gui – est la plus courte du recueil. Ce n’est pas tant les personnages qui m’ont déplu (je les ai trouvés sympathiques bien que fades), que la trop grande facilité d’intrigue. C’est doux et plutôt tendre, mais absolument sans surprise, convenu et fatalement sans saveur. Ce nouveau voisin « parfait » qui débarque et entre dans la vie d’une mère et de ses deux enfants… et « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants » en une semaine. Mais oui. Qui y croit ?
La troisième et dernière – Qui a embrassé le Père Noël ?! – ne manque quant à elle pas d’originalité mais le tout est assez invraisemblable. Alors encore une fois, on n’y croit pas une seconde. Enfin, JE n’y crois pas une seconde, donc je ne m’attache pas aux personnages (que j’ai trouvé assez détestables qui plus est), donc leurs aventures ne me font ni chaud ni froid. Les situations m’ont paru plus ridicules et pathétiques qu’amusantes et la tentative d’échanges de bons mots entre deux des personnages (qui s’envoient des piques à longueur de temps) qui aurait pu apporter de l’humour à l’ensemble m’a surtout semblé indigeste.

Ces trois romances débutent grâce à des situations difficiles, imprévues et hors de contrôle. J’aime assez cette base parce que j’aime l’idée que tout peut arriver en un clin d’œil, quelle que soit la situation. Un sourire peut tout changer. J’aime bien l’idée de se laisser porter par les événements, apprendre à ne pas tout contrôler. Et à mon avis les deux premières histoires répondent le mieux à cette thématique.
Quant à l’aspect romantique – voire érotique – des aventures… encore une fois j’ai une préférence pour la première histoire qui offre quelques scènes émoustillantes plutôt efficaces. N’en cherchez pas dans la deuxième et ne vous attendez à rien de particulièrement décrit ou suggestif dans la dernière. Elles existent mais elles sont rapides et ne laissent pas beaucoup le temps et la place à l’imagination.

Trois histoires bien différentes dans ce recueil hivernal. Les fêtes de fin d’année sont plus ou moins à l’honneur, la neige prend trop de place (ou pas assez)… mais les surprises difficiles à gérer sont bel et bien de la partie. J’ai aimé quelques éléments, n’ai pas compris l’intérêt d’autres… et ressors finalement assez perplexe. J’aurais dû m’arrêter après la première nouvelle, la seule qui m’a vraiment convaincue.

 

Vous avez aimé ? Dites-le !

Une pensée sur “Trois histoires de Noël de LUCIE CASTEL, Angela MORELLI et Louisa MEONIS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous avez aimé ? Dites-le !

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
https://bazardelalitterature.com/2019/01/03/trois-histoires-de-noel-de-lucie-castel-angela-morelli-et-louisa-meonis">
YouTube
Instagram