La Fée, la Pie et le Printemps de Elisabeth EBORY

La Fée, la Pie et le Printemps
de Elisabeth EBORY

ActuSF (Bad Wolf)
2017, 405 p.

Première Publication : 2017

 

Pour l’acheter : La Fée, la Pie et le Printemps

 

Élisabeth Ebory est née en France le 23 juin 1979. Elle mène des études de biologie, puis travaille dans le domaine du journalisme numérique, puis de l’informatique. Dans les années 2000, elle commence à publier des nouvelles de fantasy dans plusieurs revues et anthologies. Elle reçoit les encouragements et les conseils de Léa Silhol et de Karim Berrouka qui la conduisent à persévérer dans l’écriture. En 2009, elle publie chez Griffe d’encre un recueil de ses nouvelles, À l’orée sombre. Deux ans plus tard, elle passe au texte long avec Novae, une novella fantastique parue également chez Griffe d’encre. En 2017, elle publie un premier roman de fantasy : La Fée, la Pie et le Printemps, aux éditions ActuSF. (Wikipédia)

 

♣ ♣ ♣

 

En Angleterre, les légendes ont été mises sous clé depuis longtemps. La fée Rêvage complote pour détruire cette prison et retrouver son pouvoir sur l’humanité. Elle a même glissé un changeling dans le berceau de la reine…
Mais Philomène, voleuse aux doigts de fée, croise sa route. Philomène fait main basse sur une terrible monture, des encres magiques, un chaudron d’or et même cette drôle de clé qui change de forme sans arrêt. Tant pis si les malédictions se collent à elle comme son ombre… Philomène est davantage préoccupée par ses nouveaux compagnons parmi lesquels un assassin repenti et le pire cuisinier du pays. Tous marchent vers Londres avec, en poche, le secret le plus précieux du royaume.
Des personnages empreints d’une légèreté désespérée, une aventure aussi féerique que profondément humaine. Élisabeth Ebory renoue avec le merveilleux des anciens récits, sans nier leur part d’obscurité.


Les histoires de fées dans un univers anglo-saxon (et donc à tendance celtique), qui plus est au XIXe siècle, c’est un thème qui a tout pour me plaire mais qui a inspiré de très nombreux auteurs ; difficile donc de faire original. Elisabeth Ebory réussit pourtant l’exercice, apportant une touche d’humour et de débandade dans son aventure.

Elisabeth EBORY, portrait trouvé sur ActuSF.

L’autrice nous propose une narration double. D’un côté le point de vue de la fée Rêvage, à la troisième personne du singulier ; de l’autre celui de la fée Philomène mais cette fois à la première personne. Si la première fée se révèle manipulatrice et assez antipathique, la seconde semble plutôt désinvolte et sans grandes ambitions.
Mais qu’il s’agisse de l’une ou de l’autre, je n’ai pas ressenti une grande empathie. Le style « journal intime » grâce au « je » aurait pu aider, mais je n’ai malheureusement pas accroché plus que ça à cette narratrice. C’est d’ailleurs quasiment le seul reproche que je peux faire à cette lecture, un manque d’implication de ma part dû à un manque d’émotions. Dommage.

Malgré tout, cette narration double choisie par Elisabeth Ebory permet d’offrir un rythme dynamique au récit. Chaque court chapitre s’attarde sur un point de vue – et par extension sur un groupe de personnages puisqu’aucune des deux fées n’évoluent seules -, en alternance. Les pages défilent donc avec aisance, on n’a pas le temps de s’ennuyer.
L’ennui est également évité grâce à la richesse et la gouaille des dialogues qui, il faut bien l’avouer, sont assez excellents, dynamiques et en nombre ! Peut-être même un peu au détriment des descriptions, mais ça c’est la fan de décor et d’atmosphère bien marqués qui parle.

L’intrigue est un peu difficile à appréhender au début mais rapidement, l’on comprend que les deux fées – et donc les deux groupes de personnages – sont fatalement liés et vont finir par se rencontrer. Le tout sous forme de courses-poursuites et d’aventures un poil épiques qui, dans le rythme et la cacophonie, m’ont presque fait penser à un roman de capes et d’épées à la Dumas. J’ai aussi souvent pensé au Disque-Monde de Terry Pratchett, dans la construction des personnages et l’humour que cela entraîne : flegme, autodérision et ironie.
En fait sur le papier, tous les personnages avaient tout pour me plaire : anti-héros abonnés aux boulettes, qui sont tous plus ou moins voleurs et manipulateurs et qui ont régulièrement des grands moments de ridicule… mais peut-être finalement que l’humour et la légèreté étaient un peu trop présents, au détriment de l’émotion et donc de l’attachement. Et puis, j’ai trouvé les personnages secondaires : l’homme de main de Rêvage, Clem le beau voleur, Vik l’insupportable adolescente, Od le cuisinier mystérieux et S l’étudiant dégingandé… trop peu développés, trop sous-estimés. On ne sait d’eux que quelques bribes, on n’a d’eux que quelques adjectifs pour les qualifier. C’est trop peu pour qu’ils soient palpables, trop pour pour s’y attacher. A mon goût.

Finalement, je ne me suis pas ennuyée et me suis même beaucoup amusée tout au long de ces 400 pages. J’ai aimé l’utilisation qu’Elisabeth Ebory fait de la féerie puisqu’elle y ajoute de la modernité, de l’humour et de la légèreté… mais je crois que ce que je préfère dans les histoires féeriques, c’est justement cette atmosphère lourde d’angoisse et de mystère lorsque les personnages – et les lecteurs – comprennent que, peut-être (mais on est jamais sûr), un autre-monde existe. Un peu comme le Faërie de Raymond E. Feist ou Comme un conte de Graham Joyce.

Merci aux éditions ActuSF pour la découverte !

 

Vous avez aimé ? Dites-le !

Une pensée sur “La Fée, la Pie et le Printemps de Elisabeth EBORY

  • 12 août 2018 à 17 h 21 min
    Permalink

    J’ai eu la même impression que toi. J’ai passé un super moment, l’univers et les personnages avaient tous pour me plaire mais cette lecture ne m’a pas marquée plus que ça… Je pense que l’autrice aurait peut-être dû s’attarder sur les descriptions… Toutefois, je lirai sûrement son prochain roman !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous avez aimé ? Dites-le !

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
https://bazardelalitterature.com/2018/06/01/la-fee-la-pie-et-le-printemps-de-elisabeth-ebory">
YouTube
Instagram