Un Cœur solitaire de Christina MCKENNA

Un Coeur solitaire
de Christina MCKENNA

Amazon Crossing,
2017, p.353

Première Publication (vo) : 2008

Pour l’acheter : Un Coeur solitaire

 

 

Christina McKenna a grandi près du village de Draperstown, dans le comté de Derry, en Irlande du Nord. Elle a suivi une formation d’artiste avant de devenir auteur à plein temps. Son premier livre, une autobiographie intitulée My Mother Wore a Yellow Dress et publiée en 2004, est acclamé par la critique et est décrit comme un « post-sciptum rédempteur à plus d’une décennie de mémoires d’enfance irlandaise, qui nous rappelle que le passé, si douloureux qu’il soit, ne doit pas nous écraser ».


♣ ♣ ♣


Irlande, 1974.
Marqué par une enfance très dure dans un orphelinat, Jamie McCloone vit seul dans sa ferme et s’enfonce progressivement dans la dépression et l’alcoolisme. À quarante ans, Lydia Devine se sent plus seule que jamais, obligée de vivre aux côtés de sa mère, désormais âgée, qui ne l’a jamais aimée.
Tous deux ont récemment perdu un être cher et souffrent de leur isolement. Poussée par une amie, Lydia prend une décision qui va changer sa vie : elle passe une petite annonce dans la rubrique « Cœurs solitaires » d’un journal que Jamie épluche chaque jour pour trouver l’amour… Et il est séduit par la simplicité de celle de Lydia. Entre l’institutrice réservée et le fermier rustre, le courant passera-t-il ? Peut-on se libérer d’un passé malheureux grâce à l’amour ?


Si j’ai choisi ce titre lors de la dernière Opération Masse Critique de Babelio c’est évidemment parce qu’il prend place en Irlande. Je suis toujours curieuse de découvrir des histoires se déroulant dans ce pays souvent frappé par les difficultés et entraînant donc des destins sinon tragiques au moins émouvants.
La quatrième de couverture laisse presque penser que Christina McKenna souhaite nous offrir une romance, presque une comédie romantique. Si c’est ce que vous vous attendez à lire en ouvrant ce livre vous risquez d’être déçus. Ici point de légèreté et de paillettes, non, pas du tout. Mais plutôt du drame en veux-tu en voilà.

Nous faisons la connaissance de deux pauvres âmes bien peu chanceuses.
D’un côté Lydia, institutrice de 41 ans, toujours sous la coupe de sa vieille mère malade et acariâtre. Élevée de façon très stricte par ses parents et quasiment sans effusion de tendresse, elle n’a toujours aujourd’hui que très peu de liberté et est au service de sa génitrice. Décidée à prendre sa vie en main, elle publie une annonce dans la rubrique « cœur solitaire » du journal local.
De l’autre côté Jamie, agriculteur quarantenaire au physique très marqué et peu soigneux de sa personne. Il fume et boit beaucoup trop et ressasse sans cesse ses jeunes années à l’orphelinat tenu par des sœurs. Petit garçon privé d’amour et de tendresse, Jamie est aujourd’hui un homme brisé que plus grand chose ne retient à la vie, surtout depuis la mort de son oncle. Malgré tout, un couple d’amis (les deux seules personnes proches de lui), parviennent à le convaincre de jeter un œil à la rubrique « cœur solitaire » du journal local. Il répond à une annonce et des éclaircies semblent apparaître dans sa vie.

Christina MCKENNA, portrait trouvé sur Babelio.

Christina McKenna a très justement choisi de nous conter cette histoire à travers les points de vue alternés des deux personnages. L’on passe de l’un à l’autre au fil des chapitres, ce qui permet de s’attacher à la fois à Jamie et à la fois à Lydia. Le lecteur est ainsi omniscient et peut, petit à petit, rassembler les pièces du puzzle et mieux appréhender ce que pourra entraîner une rencontre dans la vie de ces deux-là.
Les portraits de ces personnages sont si bien dépeints, avec tant de réalisme, qu’on pourrait croire qu’il s’agit de personnes ayant réellement exister. Ce sont des gens simples dont la vie quotidienne est bien loin des frasques et des facilités de scénario que l’on peut souvent rencontrer dans les romances. Tout semble authentique et s’en trouve d’autant plus percutant.

Parce que la vie dans l’Irlande reculée du milieu des années 70, ce n’était pas une partie de plaisir. Les irlandais semblent porter le poids de leur pays, qu’ils aiment mais qui leur apporte pourtant un bon lot de souffrances. L’Irlande était alors un pays rude marqué par les troubles au Nord (les attentats perpétrés par l’IRA, un peu plus tard le début des grèves de la faim dans les prisons…), le clivage entre catholiques et protestants, cette présence pesante de l’Eglise dans la vie quotidienne, les orphelinats et les couvents de la Madeleine, l’alcoolisme, la dépression…
Un contexte bien présent dans la vie des irlandais et je trouve qu’on le ressent assez ici dans cette histoire. Notamment lorsque l’on est transporté dans l’enfance de Jamie à travers des chapitres flash-back qui nous présentent sa vie à l’orphelinat tenu par des sœurs. Si vous n’avez pas encore vu le film Magdalene Sisters – que je ne peux que vous conseiller – préparez les mouchoirs et le punching-ball.

J’ai été touchée et véritablement attendrie par le destin de ces deux héros que l’on suit séparément la grande majorité du temps. Mais finalement, leur rencontre n’est pas le plus important, le principal c’est qu’ils s’accomplissent chacun de leur côté. Christina McKenna ne tombe jamais dans l’exagération ou le pathos, ce que je trouve particulièrement intelligent.
Quant à la chute, qui pourra peut-être en décevoir quelques-uns, je l’ai pour ma part trouvée absolument parfaite et j’ai même failli verser ma larmichette. Parce que, même si tout ne se passe pas comme prévu, Jamie et Lydia trouvent finalement une paix et une tendresse qu’ils attendaient depuis tant de temps. C’est beau.

Je souhaitais un voyage dans l’Irlande rurale des années 70, je l’ai eu. Je souhaitais de l’émotion et de l’authenticité, j’ai été servie. J’ai été surprise de trouver un drame entre ces pages, moi qui m’attendais au départ à une comédie romantique légère… mais je suis finalement ravie par le chemin emprunté et par l’intensité de celui-ci. Des histoires de vies émouvantes.



2 pensées sur “Un Cœur solitaire de Christina MCKENNA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

c2ccb4fab76b4091227c840858ad3bc0ppppppppppp