La Tour de Cécile DUQUENNE

La Tour
de Cécile DUQUENNE

Editions Voy’el,
2015, p. 157

Première Publication : 2015


Pour l’acheter : sur le site des éditions Voy’el !


Cécile Duquenne est née en 1988. Auteur amateur de fantasy, fantastique et jeunesse, elle est également libraire en dilettante, étudiante en japonais la plupart du temps, pirate de l’espace dans ses rêves les plus fous et sorcière à Poudlard dans une réalité alternative. Elle aime les sushis, la couleur rouge et le thé sans sucre, par contre elle déteste la betterave, l’hypocrisie, et le café mal fait.

 Les Nécrophiles anonymes, Tome 1 


♣ ♣ ♣


Jessica, 16 ans, se réveille dans un marécage artificiel aux dangers bien réels. Très vite, elle comprend qu’elle se trouve au sous-sol d’une étrange tour sans fenêtres, et que le seul moyen d’en sortir est de monter jusqu’au toit.


Derrière cette belle couverture mystérieuse se cache un court roman haletant. Si vous avez aimé une histoire comme Le Labyrinthe (premier tome de la série L’Épreuve de James Dashner), alors vous aimerez sans aucun doute La Tour dont l’intrigue est construite sur le même modèle.
Je sais que certains sont frileux quand il s’agit de petits éditeurs francophones mais non, n’hésitez plus, c’est un très bon cru ! Commandez directement sur le site de la maison d’édition (ce n’est pas du tout plus cher que sur Amazon et ce sera beaucoup plus rapide) et consommez local. Il y a de belles petites perles chez les petits auteurs francophones imaginaires.

Le Labyrinthe donc. Je ne l’ai pas lu, mais il me semble que La Tour s’appuie – en tout cas au tout début – sur le même schéma. Notre narratrice se réveille dans un endroit inconnu et elle n’a plus aucun souvenir. Elle ne sait plus qui elle est et encore moins ce qu’elle fait là.
A travers ses yeux, le lecteur découvre ses observations et comprend petit à petit (en même temps qu’elle) de quoi il retourne. Le lieu est sombre, infesté de crocodiles et le danger semble absolument partout. Qu’une chose à faire : fuir… en hauteur ! Son instinct de survie – ou quelque chose d’autre – lui intime l’ordre de grimper toujours plus haut. La sortie est au bout de tous les étages, elle en est quasiment certaine. Parce que très vite, nous le comprenons, ce marécage n’a rien de naturel : il a été reproduit dans une pièce fermée et chaque niveau recèle un écosystème différent, habité par des dangers et donc des épreuves qu’il faut à chaque fois être assez rapide à appréhender.

Cécile DUQUENNE

Mais notre héroïne n’est pas seule dans la tour. Quelques minutes après son réveil, elle découvre une grosse poignée de survivants. Eux aussi sont amnésiques mais tous semblent avoir plus ou moins le même âge, entre 15 et 25 ans. Bizarrement, notre narratrice se sent mal auprès de certains d’entre eux, comme si elle pressentait un danger. Les connaissait-elle avant d’entrer dans la tour ? Qui sont-ils ? Sont-ils tous liés les uns aux autres ? Que font-ils tous ici ? Et d’abord, qu’est-ce que c’est que cet endroit ?
Autant de questions qui trouveront petit à petit leurs réponses… au fil de l’ascension dans les étages. Je peux vous dire que les chapitres courts – généralement dédiés à un nouvel étage – sont extrêmement dynamiques et assez palpitants. Et petit à petit, les pièces du puzzle apparaissent et la toile de fond se révèle.
Je redoutais un peu les révélations et surtout la chute. C’est toujours un peu délicat et parfois casse-gueule. Mais là, aucune déception, je suis très satisfaite des explications apportées par Cécile Duquenne, il y a juste ce qu’il faut, là où il faut.

J’ai aimé suivre l’héroïne, Jessica – qui se souvient de son prénom au bout de quelques heures – et j’aime assez le choix narratif de l’auteure. L’utilisation du point de vue interne quand le personnage principal est amnésique, ça fonctionne forcément très bien car permet d’apporter son lot d’explications au fur et à mesure qu’il (re)découvre l’univers qui l’entoure et les souvenirs qui vont avec. Le lecteur n’est donc pas perdu dans un contexte étranger et il ressent toute l’urgence et la tension de la situation. Et là, niveau danger, urgence et tension, on peut dire qu’on est servi !
J’avais déjà pu apprécier la plume de Cécile Duquenne grâce au premier tome de sa saga des Nécrophiles Anonymes (aussi publiée chez Voyel) mais je crois que je suis encore plus convaincue ici. Simple mais efficace, surtout dans les descriptions du décor et des sensations éprouvées par son héroïne ; elle réussit également très bien le côté plus introspectif lié à la prise de conscience du passé de Jessica.

La Tour est un court roman très bien construit et donc au rythme assez haletant. Il met en scène une héroïne qui retrouve petit à petit des souvenirs perdus et qui, par la même occasion, doit échapper à de nombreux dangers et se sortir de plusieurs épreuves pour grandir et retrouver une certaine sérénité. C’est efficace, dynamique, intense et l’on croise même un petit côté futuriste… Une histoire qui se dévore en quelques heures à peine !


Vous pouvez tenter de remporter 2 exemplaires (jusqu’au vendredi 31/03) !


2 pensées sur “La Tour de Cécile DUQUENNE

  • 8 avril 2017 à 0 h 33 min
    Permalink

    Coucou Maureen,

    J’ai commandé La tour directement aux éditions Voy’el. Ton article et ta vidéo sur youtube m’ont donné envie de le lire, merci.

    Répondre
  • 2 avril 2017 à 15 h 24 min
    Permalink

    Je l’ai lu récemment, je n’ai pas été emballée hélas. Je suis allée au bout de ma lecture grâce à la superbe qualité de l’écriture, mais le roman par lui-même me décevait de page en page. La progression n’avait rien de positif, un trop plein de désespoir et d’invraisemblances (justifiées à la fin du roman) et une angoisse stagnante, omniprésente, pétrifient le roman et le suspens n’en est plus du tout captivant. J’avais 2 hypothèses finales, et j’espérai que ce ne soit tout de même pas l’une de ces 2 solution, et bien si ! Et là, patatras… Déçue. Par contre, je vais me procurer la série steampunk des Foulards Rouges de l’auteure car j’ai vraiment apprécié sa plume. Merci à toi de me l’avoir fait découvrir.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

d9ff056eb9838f073d3086abcc0b487e00000000000000