Le Jarwal de Patricia LE SAUSSE

le-jarwal-patricia-le-sausse-editions-du-riez


Le Jarwal

de Patricia LE SAUSSE

Editions du Riez
2016, p. 370

Première Publication : 2016


Pour l’acheter : sur la boutique de l’éditeur !


Patricia Le Sausse est née en juillet 1960 à Paris. Après une enfance faite de débrouillardise et de bêtises dans les rues de la capitale, elle a passé une adolescence plutôt studieuse dans la verte Picardie où elle a cultivé un besoin de solitude récurrent en l’alimentant de lectures en tout genre. Devenue maître d’œuvre, pilote de chantier, elle a développé, lors des longs trajets pour se rendre sur ses lieux de travail, le goût des histoires inventées pour passer le temps. Mis à part cette facilité à enjoliver la réalité, qu’elle tient sûrement de ses jeunes années passées à tenter de convaincre les adultes qu’ils se trompaient de coupable, elle ne peut pas se targuer d’avoir eu l’envie d’écrire dès l’adolescence ou d’avoir noirci des pages de cahier mue par une impérieuse nécessité. Non, rien de tout ça ! Ce n’est que sur le tard, une fois ses quatre enfants grands qu’elle s’est désolée d’avoir perdu la plupart de ces contes dont ne lui restait que l’idée qu’ils étaient plutôt « pas mal ». À ceux qui lui demandent, aujourd’hui, pourquoi elle écrit, la seule réponse qu’elle peut leur donner est : “parce que ce jour-là, je me suis dit : pourquoi pas ?”



Basile n’a pas choisi la vie d’exclu qu’il vit à cause du métier de son père, bourreau dans le comté de Provence en cette année 1268. Il n’a pas voulu non plus devenir son apprenti. Quand il découvre qu’il possède le don de ressentir les émotions des gens qui l’entourent, de se les approprier et de les retourner contre ceux qui le méprisent, tout bascule.
Accusé de sorcellerie, poursuivi par un inquisiteur, agressé par des sentiments qui ne lui appartiennent pas, il doit fuir pour retrouver son clan. Tant qu’il n’aura pas réussi à maîtriser cette puissante empathie, il sera menacé.
À moins qu’il ne décide de l’exploiter pour dominer les autres en manipulant leurs émotions…


C’est grâce à son auteure – Patricia Le Sausse – que je remercie, que j’ai eu l’occasion de me plonger dans Le Jarwal, publié aux éditions du Riez.
C’est un bel ouvrage assez épais et bien dense qui est arrivé dans ma boîte aux lettres et qui m’a offert quelques heures de belles émotions dans une Provence historique.

Le Jarwal, c’est quoi ? Voilà un terme bien mystérieux qui ne nous sera pas expliqué immédiatement. On se doute – utilisation du singulier oblige – qu’il s’agit de quelque chose (ou quelqu’un) de rare et on comprend vite que cette chose (ou cette personne) est liée à notre jeune héros Basile.
Le jeune homme, à l’aube de ses 17 ans, est un garçon bien particulier, très sensible et quasiment unique en son genre. Pour moi, la vraie force de ce livre, c’est lui. En découvrant le résumé de quatrième de couverture, c’est l’aspect fantastique qui m’intriguait mais c’est vraiment la personnalité et l’évolution du personnage principal que je retiens aujourd’hui, quelques jours après avoir terminé ma lecture.

Basile est le fils unique du bourreau du village. Il vit avec ses parents, à l’écart de tous car à cette époque (au XIIIe siècle donc), ce métier était une malédiction que l’on se transmettait de père en fils. Quiconque touchait le bourreau et son entourage, entrait dans sa maison ou utilisait des objets qui étaient auparavant passés entre les mains de la famille maudite, était à son tour frappé par l’opprobre générale. Notre jeune héros, sensible à son environnement, peine à accepter le rejet dont sa famille et lui souffrent depuis toujours. Et les choses vont de mal en pis depuis qu’il ressent intensément les émotions des personnes l’entourant.
La vie quotidienne est difficile mais tout s’accélère le jour de l’exécution d’une femme accusée de sorcellerie et condamnée à la noyade. Devant aider son père, Basile assiste à la scène aux premières loges… mais son empathie est telle qu’il a l’impression de se noyer lui aussi. L’exécution ne se déroule pas comme prévu, les villageois et le seigneur du coin sont furieux et retournent leur colère contre l’adolescent et sa famille. Un inquisiteur entre également dans la danse, c’est le début d’une course-poursuite terrifiante et qui semble sans fin pour notre héros.
Au cours de sa fuite, Basile va devoir se cacher, ruser, faire confiance à des inconnus, surmonter des deuils… et évidemment apprendre à contrôler son nouveau pouvoir intimement lié à ses émotions. Patricia Le Sausse met ainsi en avant la dualité de la personnalité de son personnage : à la fois gentil garçon éduqué dans le respect et l’amour de son prochain et en même temps, ressentant une haine et un mépris croissants pour tous les autres, tous les villageois ayant contribué à son bannissement de la société depuis sa naissance. Son don peut lui permettre de se faire justice lui-même, mais jusqu’où va le Bien, où commence le Mal ? Finalement, qui est-il vraiment ? Ce petit garçon généreux et brillant ou cet autre garçon, épris de vengeance, à la limite de la cruauté ?

Patricia LE SAUSSE, portrait trouvé sur le site des Aventuriales.
Patricia LE SAUSSE, portrait trouvé sur le site des Aventuriales.

Si Basile vit une aventure assez haletante et rythmée, j’ai tout de même ressenti une petite baisse de régime au milieu du texte avec l’impression que le héros tournait un peu en rond. Heureusement, l’évolution de sa personnalité et donc les passages introspectifs m’ont tellement plu que je ne me suis pas trop attardée sur ce petit bémol qui est d’ailleurs vite effacé par de nouvelles rencontres.
Ces nouveaux personnages que l’on croise vont mener le héros sur les traces de son passé et à nouveau, j’ai ressenti une belle curiosité et un bel engouement, pressée d’en savoir plus. C’est d’ailleurs auprès d’eux que se déroulent la dernière partie de l’aventure de Basile, dernière partie qui offre des scènes plus épiques dans lesquelles le pouvoir du jeune homme a toute son importance.

Un personnage principal bien croqué et des figures secondaires qui ne déméritent pas, une intrigue plutôt bien menée dans son ensemble… et enfin un contexte parfaitement maîtrisé. Voilà un autre point fort de cette lecture, à mon sens.
Patricia Le Sausse s’est documentée sur la période et la région dans laquelle elle plaçait son histoire et a poussé les recherches au sujet du métier de bourreau au Moyen Age. C’est grâce à de nombreux détails bien placés que le lecteur parvient à être transporté dans ce contexte si particulier, sans non plus être complètement noyé par des descriptions interminables.
Certaines scènes sont magistralement écrites, je pense notamment à la fuite dans le marais qui m’a serré le cœur. Les larmes n’ont pas été loin de couler également lors du dénouement, lorsque Basile réapparaît sur la place après son combat. Les scènes sont palpables, c’est assez fort en émotions. Merci à l’auteure pour ça !

Plus qu’une histoire avec des éléments surnaturels, Le Jarwal est pour moi une aventure très humaine au cours de laquelle Basile va grandir, faire des choix pas toujours heureux et surtout apprendre qui il est vraiment ; le tout dans un contexte historique maîtrisé. Une belle découverte !


7 commentaires sur “Le Jarwal de Patricia LE SAUSSE”

  1. J’ai terminé l’année 2016 sur ce roman et j’ai beaucoup, beaucoup, beaucoup aimé ! Le côté historique est très bien développé et parfaitement intégré au récit (on n’a pas l’impression que l’auteure fait étalage de ses connaissances). Le personnage central est vraiment attachant ainsi que nombres de personnages secondaires d’ailleurs. Et, en ce qui concerne le récit, la trouvaille du Jarwal m’a beaucoup plu. Enfin, c’est effectivement au moment où l’on se dit que le récit n’avance plus, que les choses tournent un peu en rond que cela repart de plus belle. A partir de la seconde moitié, je trouve que cela n’arrête pas d’aller crescendo : chaque fois que l’on croit notre héros tiré d’affaire, un nouveau rebondissement se présente. Et la fin était juste à la hauteur de mes espérances :-).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *