Log Horizon, Tome 1 de Mamare TOUNO, illustré par Hara KAZUHIRO

log horizon tome 1 éditions ofelbe mamare touno
Log Horizon,

Tome 1
de Mamare TOUNO
illustré par Hara KAZUHIRO
Editions Ofelbe,
2015, p. 473


Première Publication (VO) : 2011

Pour l’acheter : Log Horizon, Tome 1


Mamare Touno est un écrivain japonais. Il a commencé sa carrière sur 2chan sous le pseudonyme Marmalade Sand.


♣ ♣ ♣


Elder Tale est le MMORPG qui rassemble le plus grand nombre de joueurs sur le net, mais lors de la sortie de sa douzième extension, tous ceux qui s’étaient connectés se retrouvent prisonniers du jeu, dont 30000 rien qu’au Japon. Ignorant comment ils sont arrivés là et s’ils pourront en sortir un jour, beaucoup perdent la volonté d’avancer. Mais Shiroe, un des joueurs les plus connus et les plus respectés du jeu refuse d’abandonner. Aidé de ses fidèles compagnons Akatsuki et Naotsugu, il va tenter de convaincre les  » Aventuriers  » de ne pas se laisser abattre et de bâtir une nouvelle société dans ce monde virtuel qui est maintenant le leur…


Après Spice & Wolf, je continue ma découverte des light novels grâce aux éditions Ofelbe et cette fois, c’est dans le monde du jeu vidéo que je me suis plongée. Log Horizon prend en effet place dans le contexte très particulier du MMORPG, à savoir le « Jeu de rôle en ligne massivement multijoueur ».
Sans doute un peu difficile d’accès pour les néophytes, j’ai pour ma part, vécu cette lecture comme si je faisais une partie de quelques heures ; j’ai apprécié être transportée dans un univers dont j’ai l’habitude et je signerai volontiers pour le deuxième tome !

Très sincèrement, je pense que si vous n’êtes pas vous-mêmes habitués à jouer, il vous sera difficile d’entrer dans l’intrigue et de profiter de celle-ci. Je me demande d’ailleurs si cette histoire possède un quelconque charme pour les néophytes ? Des non-joueurs ont-ils tenté l’aventure et ont-ils apprécié ?
Pour ma part, j’étais bien contente d’être joueuse de WOW (World of Warcraft) depuis des années (de façon assez ponctuelle), ce qui m’a permis de ne pas être perdue dans tous les sigles et mots de vocabulaire très spécifiques employés par Mamare Touno. Alors certes, l’auteur ne manque pas de définir avec précision les termes particuliers qu’il utilise (ce qui occasionne parfois quelques longueurs) mais sincèrement, si vous n’avez pas testé au moins une fois un MMORPG, je crois que des sigles tels que PK (Player Killer) et PNJ (Personnage Non Joueur) ou les concepts comme la barre de mana et le passage à un niveau supérieur vous seront particulièrement obscurs ! Et c’est dommage parce que lorsqu’on n’est pas étranger à cet univers, je pense que l’on se sent beaucoup plus à l’aise avec ce premier tome et donc que l’on passe un meilleur moment de lecture.

Malgré tout, il faut garder en tête que cette première intégrale française (qui rassemble les deux premiers tomes VO) reste assez introductive et, bien que l’auteur nous serve quelques scènes d’actions, l’ensemble est finalement assez contemplatif. Alors je ne me suis pas ennuyée, essentiellement parce que je n’ai eu aucun mal à m’imaginer les décors et le contexte général mais je conçois parfaitement que des lecteurs ayant déjà du mal à intégrer les principes de l’univers, n’ait pas trouvé grand intérêt au reste.
Les deux tomes correspondent à deux épisodes successifs (c’est le principe du Light novel : de nombreux épisodes que l’on retrouve sur plusieurs supports – manga, roman, anime…) mais l’intrigue de chacun reste assez similaire.
Catapultés dans un monde parallèle ressemblant grandement à Elder Tale (le jeu vidéo auxquels ils jouaient en ligne), les joueurs sont bloqués et doivent faire avec. Passés les premiers moments d’euphorie ou de panique (selon les caractères), les milliers de joueurs commencent à mettre en place une nouvelle société qu’on leur a imposée sans qu’ils sachent pourquoi. La violence et la facilité prennent le dessus, des « Player Killers » et des profiteurs font leur apparition, s’acharnant sur d’autres joueurs plus faibles en les tuant à répétition (dans ce monde là, on ressuscite à chaque fois mais on peut souffrir physiquement lors des combats) ou en les rackettant quotidiennement. Heureusement, nos héros – Shiroe, Akatsuki, Naotsugu et leurs amis – vont rétablir l’ordre et venir à la rescousse des opprimés. Deux épisodes, deux intrigues, deux groupes de personnages à sauver des griffes des méchants. Ce n’est pas hyper original mais ça fonctionne toujours.

Extrait trouvé chez Croque les Mots.
Extrait trouvé chez Croque les Mots.

Ce qui m’a peut-être manqué dans cette première intégrale et qui, je l’espère, s’améliorera par la suite, ce sont des personnages un peu plus complexes et travaillés. Je sais que le light novel emprunte beaucoup au manga et que, de ce fait, les figures sont toujours assez caricaturales, mais j’espère que les caractères s’approfondiront avec le temps. Pour le moment, aucun des héros ne m’a séduite. Ils sont soit trop « gamins » (ces blagues potaches sur les culottes des filles ça devient vite lourd, même si apparemment c’est « culturel » au Japon…), soit trop sérieux/figé (on se demande presque si Shiroe n’est pas un robot insensible)… et c’est dommage parce que je suis sûre qu’ils ont du potentiel.
J’espère que les tomes suivants nous les présenteront davantage comme des êtres humains doués de sentiments, riches de multiples traits de caractère et pas uniquement comme des avatars de jeux vidéos, immortels et intouchables.

Enfin, quelques mots sur le livre-objet qui, encore une fois, est travaillé et vraiment très agréable à parcourir. Quelques illustrations en pleine page, en noir et blanc, sont dispersées dans le texte, mais ce sont surtout les ouvertures de chapitres qui valent le coup à mon avis. Présentant à chaque fois un personnage en revenant sur ses caractéristiques principales, ces deux pages offrent toujours un bel aparté. Les éditions Ofelbe n’ont pas oublié d’insérer quelques pages en couleur au début et à la fin de l’ouvrage, notamment avec une carte qui se déplie… voilà qui agrémente joliment l’ensemble en plus d’être particulièrement utile !

A nouveau un joli travail éditorial pour cette nouvelle saga proposée par les éditions Ofelbe. Je ne suis pas convaincue à 100% par ce premier tome de Log Horizon mais ces quasi 500 pages m’ont donné l’impression de jouer une petite partie de WOW, ce qui n’a pas été pour me déplaire. J’espère que Mamare Touno saura par la suite, conserver la richesse de son univers tout en complexifiant et enrichissant les personnalités de ses figures, point faible de ma découverte. Je lirai la suite avec plaisir !


Merci aux éditions Ofelbe pour leur confiance !


1 thought on “Log Horizon, Tome 1 de Mamare TOUNO, illustré par Hara KAZUHIRO”

  1. J’ai envie de le lire depuis 2 ou 3 mois, mais je n’ai pas pris le temps de le lire. Surtout que si je l’achète je vais devoir attendre que mon copain le lise d’abord ! Tu as confirmé mon envie de le lire meme si ta description des personnages ma un peu refroidis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *