Fedeylins, Tome 2 : Aux bords du Mal de Nadia COSTE

fedeylins tome 2 aux bords du mal nadia coste grund
Fedeylins, Tome 2 :
Aux bords du Mal
de Nadia COSTE
Gründ romans,
2011, p. 383

 

Première Publication : 2011

Pour l’acheter : Fedeylins, Tome 2

 

Nadia Coste est née en 1979, près de Lyon.  Moyenne à l’école malgré son imagination débordante, elle délaisse les livres jusqu’à ses dix-huit ans, année où elle découvre les littératures de l’imaginaire. Le déclic se fait alors, et ses propres histoires commencent à mûrir. En 1998 (la semaine où la France gagne la Coupe du Monde de football !), elle s’autorise enfin à coucher ses histoires sur le papier. Elle travaille ses premiers romans comme des exercices avant de passer aux choses sérieuses en 2004. Six ans et neuf versions plus tard, le premier volume de « Fedeylins » est publié chez Gründ. Après la parution des trois tomes suivants, la tétralogie est complète. Nadia se consacre alors à d’autres univers pour les plus jeunes, dont la trilogie « Les Yeux de l’Aigle » à destination des lecteurs de 8 à 12 ans, publiée entre 2012 et 2013 chez Gründ. Elle est membre de CoCyclics, un collectif de jeunes auteurs qui s’entraident pour améliorer leurs manuscrits grâce à la relecture critique, où elle sévit sous le pseudonyme NB. Elle est également membre de la Charte des Auteurs et Illustrateurs Jeunesse. Nadia vit toujours près de Lyon, elle est mariée, mère de trois enfants, et elle travaille actuellement sur d’autres histoires pour la jeunesse, les adolescents, ou les adultes, dont certaines seront signées « N.B. Coste ». [Son blog]

Fedeylins, Tome 1 
Le Premier 

 

♣ ♣ ♣

 

Cahyl le fedeylin et Glark le gorderive décident de fuir ensemble leurs sociétés respectives. Ils tournent le dos au Monde, s’enfoncent dans la forêt avec l’espoir de donner un sens à leur vie. Mais la liberté a un prix : les ennemis sont légion, les dangers nombreux, les drames quotidiens. Leur errance s’annonce périlleuse et, lorsqu’ils découvrent l’existence d’un complot risquant de briser l’équilibre fragile qui règne entre leurs deux peuples, leur incertitude grandit.
Fuir sans se retourner ?
Revenir en arrière ?
Peut-être est-il déjà trop tard…

 

/!\ Spoilers sur le premier tome ! /!\

 

J’ai découvert la série Fedeylins il y a plusieurs années de cela grâce aux excellentes chroniques de Acr0 qui, depuis, a lu les quatre tomes et les a tous les quatre adoré. Je m’étais plongée avec immense plaisir dans cette univers doux et poétique mais, par manque de temps et peut-être parce que j’étais un peu frileuse (allais-je être autant séduite par cette suite ?), je n’avais pas poursuivi l’aventure… mais quelle bêtise ! Pourquoi ai-je attendu si longtemps avant de retrouver Cahyl ? Je me fais la promesse de me procurer la suite au plus vite et cette fois, de la lire dans la foulée !

Nadia Coste posait les bases dans le premier tome. On y découvrait le petit personnage principal, Cahyl et nous le suivions de sa naissance à sa cérémonie d’entrée dans le monde adulte. Ne possédant par la marque qui le lie à son destin, comme tous les autres fedeylins, Cahyl doit sans cesse faire attention et cacher ce secret dérangeant. Malheureusement, le secret est éventé lors de la cérémonie et le jeune adulte n’a plus d’autre choix que de fuir cette communauté qui ne l’accepte pas et le repousse. Accompagné de son meilleur ami Glark qui est lui un gorderive (qu’on peut rapprocher du crapaud), il va devoir apprendre à vivre seul dans un monde qu’il ne connaît pas, loin de sa famille, de ses habitudes et de la sécurité du village.
Les deux amis partent en exploration autour de leur communauté et de leur village respectifs. C’est tout un microcosme que Nadia Coste met en place sous nos yeux et j’ai adoré le découvrir, un peu comme lorsque j’étais enfant et que j’avais vu le film Microcosmos pour la première fois. J’avais été fascinée par cette approche du monde des créatures minuscules qui voient (et vivent surtout) les choses de façon complètement différente, comme si elles appartenaient à un tout autre monde. Une simple goutte d’eau se transforme ainsi en véritable déluge et tsunami tandis que des marécages ou une simple flaque d’eau se révèlent quasiment impossibles à traverser. Cahyl et Glark vont donc visiter la forêt et vont devoir marcher un très long moment avant de trouver un point d’eau claire à l’orée des bois.

Bien sûr, leur exploration ne se fera pas sans rencontres plus ou moins amicales et c’est l’occasion pour le lecteur de découvrir de nouvelles créatures évoluant également dans ce microcosme. Ainsi, nous faisons la connaissance d’une cousine de l’araignée, beaucoup plus agressive mais qui, comme l’espèce que l’on connaît, tisse une toile pour emprisonner ses proies. Les deux amis auront bien du mal à passer cet obstacle et obtiendront une aide assez inattendue.
Ils tomberont également sur le nid de gros mammifères et sur une minuscule créature volante que l’on a, nous lecteurs, l’habitude de détester les nuits d’été. Baptisée autrement que par le terme “moustique”, cette petite bête semble être à l’origine de bien des troubles chez les fedeylins et les gorderives, les anciens de leur communauté continuant à raconter l’agressivité et la dangerosité de ces créatures possédant aussi des ailes. Mais au fil des pages, les deux jeunes amis comprennent que leurs chefs de village ne disent peut-être pas tout à leur peuple et que bien des choses restent cachées…

nadia coste portrait crayonTrès différents l’un de l’autre, une amitié sincère et profonde lie pourtant Cahyl et Glark depuis leur plus jeune âge et malgré les difficultés affrontées dans ce deuxième tome, les deux amis savent faire face. Je trouve cette relation très bien décrite, authentique et de ce fait très émouvante. Les deux “garçons” sont isolés de leur communauté, même alors qu’ils étaient censés en faire partie intégrante et ils se reposent l’un sur l’autre pour se soutenir, avancer et évoluer chaque jour, coûte que coûte. C’est beau, tout simplement.
Pendant ce voyage initiatique, le fedeylin et le gorderive rencontrent d’autres créatures, je vous l’ai déjà dit un peu plus haut. L’une d’entre elles restera un peu plus longtemps auprès d’eux et quelques liens se créeront. Tout n’est pas simple, mais encore une fois, c’est crédible et authentique… et assez fort en émotions !

Nadia Coste possède une plume si imagée et poétique que chaque scène s’inscrit durablement en nous, lecteurs spectateurs aux yeux ébahis. Chaque peine, chaque doute et chaque joie du petit fedeylin nous atteint de plein fouet puisque le héros est aussi le narrateur unique, il raconte donc à la première personne du singulier, ce qui aide grandement à l’empathie et amplifie les émotions. Je n’ai peut-être pas été jusqu’aux larmes ou aux éclats de rire mais j’ai ressenti très fort chaque moment de cette belle aventure.

Fedeylins c’est une saga pleine de douceur, d’émotions et de jolies images et ce deuxième tome le confirme. A travers l’aventure des deux amis Cahyl et Glark, découvrez un microcosme haut en couleurs, souvent dangereux, offrant parfois d’amicales surprises, toujours passionnant. Pour petits et grands rêveurs, à consommer sans modération !

 

Illustration : portrait de Nadia Coste trouvé sur son blog !

 

6 commentaires sur “Fedeylins, Tome 2 : Aux bords du Mal de Nadia COSTE”

  1. J’avais adoré cette saga, elle trône toujours fièrement dans ma bibliothèque et j’ai déjà hâte que ma fille puisse la découvrir quand elle sera plus grande. Bonne lecture de la suite (^-^) Tu as pris ton temps mais, finalement, tu as de la chance de pouvoir encore la découvrir ; savoures !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *