Jour de feu de René BARJAVEL

jour de feu rené barjavel denoël
Jour de feu
de René BARJAVEL
Denoël,
2015, p. 208

 

Première Publication : 1957

Pour l’acheter : Jour de feu

 

René Barjavel, né le 24 janvier 1911 à Nyons (Drôme) et mort le 24 novembre 1985 à Paris, est un écrivain et journaliste français principalement connu pour ses romans d’anticipation où science-fiction et fantastique expriment l’angoisse ressentie devant une technologie que l’homme ne maîtrise plus. Certains thèmes y reviennent fréquemment : chute de la civilisation causée par les excès de la science et la folie de la guerre, caractère éternel et indestructible de l’amour (Ravage, Le Grand Secret, La Nuit des temps, Une rose au paradis). Son écriture se veut poétique, onirique et, parfois, philosophique. Il a aussi abordé dans de remarquables essais l’interrogation empirique et poétique sur l’existence de Dieu (notamment, La Faim du tigre), et le sens de l’action de l’homme sur la Nature. Il fut aussi scénariste/dialoguiste de films. On lui doit en particulier les dialogues du Petit Monde de Don Camillo.
(Wikipedia.)

 

 Les Dames à la licorne, T. 1 L’Enchanteur  La Nuit des temps
 La Peau de César
 Une Rose au paradis 

 

♣ ♣ ♣

 

C’est l’été. Le village de Collioure se prépare pour la fête du Roussillon. L’air sent le pastis et le melon. Les vieilles Catalanes vêtues de noir croisent les Parisiennes en bikini.
Deux nouvelles courent parmi la foule : hier, Barabbas a été emprisonné. Et pendant la nuit les gardes de Caïphe ont arrêté Jésus. Les croix dressées sur la colline attendent les prisonniers.
Tandis que Judas boit un demi au café, Pilate débat avec Caïphe pour savoir lequel de Barabbas ou de Jésus sera gracié. Un avion tourne sur la ville et laisse tomber des tracts : Libérez Barabbas!
Où sommes-nous? En quel temps? C’est l’éternité d’une histoire tragique, toujours présente, en tout lieu et en tout temps…

 

Jour de feu est un des (rares) romans de René Barjavel que je n’avais pas encore lus. Moins célèbre que La Nuit des temps ou Ravage, il le doit peut-être à son côté atypique qui l’empêche d’être rangé dans une case précise et rassurante pour le lecteur. Ni science-fiction ni roman merveilleux ici, mais un conte qui se veut libre de tous les carcans de temps et d’espace ; une histoire atemporelle ou intemporelle ? Peut-être même les deux.

De l’histoire biblique, et notamment de la Passion du Christ, je ne connais que quelques bribes glanées pendant mes cours d’histoire de l’art (art de la Renaissance notamment) à l’université. Si j’avais donc quelques notions de base au sujet de la traîtrise de Judas et de l’arrestation de Jésus au Mont des Oliviers, je n’avais en revanche aucune idée de qui est Barabbas.
Jour de feu a réparé cet oubli puisqu’il met principalement en scène ce voleur de grand chemin, sauvé par la voix du peuple à la place de Jésus, finalement crucifié.

Loin de nous assommer avec un cours ennuyeux d’histoire biblique, Barjavel nous conte les scènes de la Passion du Christ faisant resurgir les images fortes déjà immortalisées par les peintres : la bourse bien remplie de Judas reçue en paiement de sa traîtrise, l’arrestation de Jésus, Pierre et le chant du coq, la sentence de Ponce Pilate et évidemment la Crucifixion.
Et mieux encore, il transpose cette histoire en France, plus précisément à Collioure, lors d’une fête estivale dans les années 50. L’odeur du melon et le chant des cigales se mêlent au conte, lui offrant une nouvelle dimension. La Passion du Christ installée dans la France du XXe siècle (contemporain à l’auteur), vous vous dites que jamais ça ne fonctionnera, jamais on y croira… eh bien si ! Et ça fonctionne même parfaitement !

27444-Chroniques-72-Page-022 barjavel bnf2014A l’instar de Baz Luhrmann qui avait doté les Montaigu et les Capulet de revolvers sur grand écran dans sa transposition de la pièce de Shakespeare (elle aussi hors du temps ou de tous temps !), Barjavel muni Barabbas et ses comparses de mitraillettes et convainc les habitants de Collioure avec des tracts « Libérez Barabbas », lâchés par des avions survolant la ville.

Le lecteur se retrouve dans la même position que les enfants du village installés face au conteur (en l’occurrence Barjavel) : happé par l’aventure, curieux d’avoir le fin mot de l’histoire, séduit par les mots si bien choisis du vieux Monsieur… finalement conquis et convaincu.

Dans la préface (extrait de son Journal d’un homme simple), Barjavel nous explique que Jour de feu était à la base un scénario de film qui a bien failli voir le jour. Le matériel était là, l’équipe était sur place à Collioure quelques jours avant la fête estivale, les villageois avaient accepté de se prêter au jeu et quelques scènes avaient même déjà été tournées au coeur de la ville… et puis l’actualité mondiale (guerre de Corée) mit subitement fin au projet, précipitant l’annulation du tournage, ne laissant plus à l’auteur que la possibilité de réécrire son scénario sous forme de court roman (on sent encore d’ailleurs, l’aspect scénario, notamment dans les dialogues).

Sans doute pas le roman le plus réussi de l’auteur mais il apporte la preuve – s’il en fallait une autre – que Barjavel avait plus d’une corde à son arc et qu’il était un conteur hors pair !

 

Merci aux éditions Denoël pour cette nouvelle plongée dans l’oeuvre d’un de mes auteurs préférés !

 

8 pensées sur “Jour de feu de René BARJAVEL

  • Ping : Auteurs (A - L) - Bazar de la Littérature

  • Ping : Premières publications - Bazar de la Littérature

  • Ping : PAL d'été ! - Bazar de la Littérature

  • 4 août 2015 à 14 h 37 min
    Permalink

    J’ai lu La nuit des temps le mois dernier et j’envisageais de continuer avec Le grand secret mais tu me tentes avec ce livre ! Le sujet est osé et me rend très curieuse ! 😉

    Répondre
    • 4 août 2015 à 14 h 46 min
      Permalink

      J’ai lu le Grand secret quand j’étais ado et j’avais été bluffée par le secret, justement ! je m’y attendais pas du tout… avec plus de recul et de maturité je pense qu’on peut deviner de quoi il s’agit mais je compte le relire un de ces jours.
      Barjavel a écrit sur des thèmes assez différents, et même si certains me passionnent moins que d’autres, je trouve qu’il a une sensibilité qui me correspond et qui peut toucher beaucoup de lecteurs… t’as plus qu’à choisir le livre qui a le thème qui te parle le plus.
      Mon préféré, c’est Les Dames à la licorne, mais encore une fois, c’est complètement différent ! ^^

      Répondre
    • 4 août 2015 à 14 h 46 min
      Permalink

      J’espère que L’Enchanteur te plaira ! Lu plusieurs fois, j’ai jamais été déçue malgré les années qui passent ! 🙂

      Répondre
    • 15 mars 2017 à 11 h 20 min
      Permalink

      Jeg hader ogsÃ¥ krimier, men jeg har lige læst Postkortmoderne af Liza Marklund og James Patterson. Det er den bedste bog, jeg nogensinde har læst. Jeg har allerede fanget pÃ¥ de første sider, og før jeg vidste af det, havde jeg læst hele bogen. Nu overvejer jeg at læse den igen, bare for at se, om den er lige sÃ¥ god anden gang 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

c513935d6a3070f0c4392fbcfd821e29qqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqq