J’aime PAS la danse de Stéphanie RICHARD, illustré par Gwenaëlle DOUMONT

j'aime pas la danse stephanie richard gwenaelle doumont talents haut
J’aime PAS la danse
de Stéphanie RICHARD,
illustré par Gwenaëlle DOUMONT
Talents Hauts,
2015, p. 32

Première Publication : 2015

Pour l’acheter : J’aime PAS la danse

Stéphanie Richard a commencé sa carrière dans le théâtre. Comédienne professionnelle, elle crée des spectacles et monte sa compagnie. Elle a publié un roman Pepix chez Sarbacane. Elle vit à Paris.

Diplômée des arts graphiques de Saint-Luc, Gwenaëlle Doumont a publié une dizaine d’ouvrages (Amaterra, Les Braques, Philomèle…). Elle vit en Belgique.

♣ ♣ ♣

« Moi, j’aime pas la danse. Mais Maman adore. Alors tous les mercredis, j’enfile mon tutu. Mais j’aime pas les tutus. Ça gratte et c’est rose. »
Des cours ennuyeux au grand écart qui fait mal, la narratrice ne nous épargne rien, jusqu’au spectacle de fin d’année où elle part du mauvais côté et fait le pitre pour le plus grand plaisir du public.

Pour ce petit album jeunesse, les éditions Talents Hauts reviennent avec une jeune héroïne qui n’aime PAS la danse. Eh ben moi, comme la maman, j’aime la danse. Mais j’aime aussi l’humour, l’ironie et l’autodérision alors j’étais curieuse de mettre le nez dans ces 32 pages pour découvrir comment cette petite fille allait aborder l’année de cours et le spectacle de fin d’année !

C’est amusant, c’est indéniable. Les situations qui s’enchaînent prêtes à sourire et la petite rouquine que l’on suit et qui n’a pas la langue dans sa poche, apporte beaucoup de fraîcheur. La voir se tortiller dans des positions improbables parce que son tutu rose la gratte ou l’observer attentivement tenter de réussir quelques pas de base, voilà qui en fera rire plus d’un, c’est certain.

Le texte, court mais percutant, accentue ce côté humoristique. Les phrases sont brèves et donc dynamiques, parfaites pour les plus jeunes lecteurs. Il y a quelques mots de vocabulaires appartenant à la danse classique (entrechats, arabesque…) qu’il faudra peut-être expliquer aux novices (attention à la chute si vous tentez la démonstration !) mais sinon, aucune difficulté notable.
La jeune héroïne est la narratrice du texte, l’aventure qui se revêt du « je » est donc encore plus facile à suivre et nul doute que plusieurs enfants se reconnaîtront dans cette petite fille qui n’aime pas la danse mais qui se retrouve contrainte de suivre les cours toute l’année, pour assouvir les désirs de sa maman. Ici Stéphanie Richard nous parle de la danse, mais cette activité pourrait être remplacée par n’importe quelle autre… bien qu’il soit assez facile de caricaturer la danse classique, les extrêmes n’étant jamais loin dans cette discipline.

untitled

J’aime passionnément la danse (classique et tous les autres styles) mais je sais prendre du recul sur ce sport exigeant, surtout avec les plus jeunes ; et je suis consciente – comme beaucoup je l’espère – que certains parents vivent leurs envies par procuration, ce qui n’est jamais bon. De ce fait, un petit album humoristique sur le sujet était plus que le bienvenu et fonctionne à merveille… jusqu’à la chute qui, pour ma part, m’a un peu déçue.
Je trouve qu’elle n’ouvre pas assez les choses positivement. Bien sûr, cette petite fille et son entourage l’ont très bien compris, la danse ce n’est pas pour elle, il vaudrait peut-être mieux qu’elle se tourne vers une autre activité (le théâtre ?) mais j’ai trouvé le dénouement un peu brutal et peut-être un peu trop « négatif » ? Je ne suis pas une experte et c’est une impression tout à fait personnelle car beaucoup d’autres lecteurs, mamans et enfants, ont adoré d’un bout à l’autre.

A noter que les illustrations, vers lesquelles je ne me serais pas tournée naturellement en librairie, ont finalement su me séduire et me convaincre. Ces grandes jambes interminables et souvent entortillées chez notre héroïne, ces airs malicieux et plus ou moins concentrés… autant de détails qui participent à l’aspect amusant de l’histoire et qui séduiront petits et grands. Sans parler des couleurs choisies, alternant entre le rose, le jaune et le bleu : gaies et douces à la fois, parfaites pour l’attrait et le confort de lecture.

Ce n’est pas un sans faute pour moi, le dénouement m’ayant légèrement laissée sur ma faim, mais J’aime pas la danse m’a fait sourire plus d’une fois et revient avec beaucoup d’humour, à la fois sur l’exigeante discipline qu’est la danse classique et les choix que les parents font pour leurs enfants, parfois assez malavisés.

Un grand merci à Talents Hauts pour leur confiance ! 

Illustration : extrait trouvé chez Actualitté.com !

4 pensées sur “J’aime PAS la danse de Stéphanie RICHARD, illustré par Gwenaëlle DOUMONT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

516a8947099455d9e25ab0248b712d9cbbbbbb