Fille d’Hécate, Tome 3 : Le Chant de la Lune de Cécile GUILLOT

fille d'hécate tome 3 le chant de la lune cécile guillot chat noir
Fille d’Hécate, Tome 3 :
Le Chant de la Lune
de Cécile GUILLOT
Editions du Chat Noir,
2015, p. 157

Première Publication : 2015

Pour l’acheter : sur la boutique de la maison !

Cécile Guillot, née à Saintes (17), est une lectrice assidue depuis sa plus tendre enfance, mais elle ne prend la plume que sur le tard, en 2009, et un peu par hasard. Les retours positifs l’incitent alors à continuer… Diplômée en psychologie et psychanalyse et passionnée de fantastique, elle aime à tisser des petites histoires où se mêlent folie et surnaturel, mais ne dédaigne pas quelques incursions du coté du merveilleux. Elle a créé le collectif d’auteur Les enfants de Walpurgis et quand elle n’écrit pas, s’arme de sa tablette graphique pour mettre en images les univers sombres ou parfois plus féeriques qui l’habitent ou pour réaliser des couvertures de romans.

Fille d’Hécate, Tome 1 Tome 2 
Quintessence hiémale
Montres enchantées 

♣ ♣ ♣

« Je pensais que découvrir d’où je viens serait une sorte d’accomplissement… Hélas, les choses se passent rarement comme prévu et me voilà au milieu d’une histoire mêlant malédiction, prophétie et déesse oubliée. Suis-je assez forte pour jouer les héroïnes ? Rien n’est moins sûr ! »
Maëlys et ses amies sorcières vont devoir plonger au cœur des Ardennes et de ses troubles légendes. Terre de féerie mais aussi de sombres dangers, car si retrouver ses racines est source de joie, c’est aussi la plus grande épreuve que la jeune femme ait jamais eu à affronter.

/! Spoilers sur les deux premiers tomes ! /!

Découverte à l’autome 2012, Fille d’Hécate est une courte série (en trois tomes) que j’ai eu plaisir à voir évoluer et grandir et pour laquelle j’ai une tendresse certaine.
Ce troisième et dernier volet – baptisé Le Chant de la Lune – nous offre un dénouement apaisant, rempli de réponses et de promesses pour l’avenir. Il me tarde donc de retrouver cet univers dans Le Cercle d’Hécate, recueil de nouvelles spin-off prévu en 2016 en numérique, également aux éditions du Chat Noir.

Plusieurs mois ont passé depuis que Maëlys a découvert ses pouvoirs et elle a bien évolué depuis. Dès les premières pages, elle revient sur cette acceptation un peu rapide de son identité : petit clin d’œil amusant de la part de Cécile Guillot en réponse aux lecteurs (j’en fais partie) qui avaient souligné la vitesse à laquelle la jeune héroïne intègre des informations assez bouleversantes pour son futur et plutôt extraordinaires (dans le sens de « hors du commun »). Je suis convaincue par l’explication de l’auteure et j’ai aimé la façon dont elle l’insère dans le récit.
Après plusieurs dizaines d’heures d’apprentissage pour maîtriser ses dons et de nombreuses péripéties sur sa route, Maëlys est devenue une sorcière plus sûre d’elle, plus confiante en ses capacités et en son avenir. Malgré tout, une certaine fragilité demeure, notamment dans ses relations avec les autres : avec sa famille biologique fraîchement retrouvée par exemple, ou encore avec Alex, l’homme qui partage sa vie. Des épreuves apparaissent une nouvelle fois dans ce troisième tome et elle va à nouveau devoir y faire face. Sera-t-elle assez forte pour incarner l’héroïne de la prophétie que lui a révélée sa grand-mère et qui semble la concerner ?

Outre cette jeune femme attachante, c’est aussi l’approche de la magie (la Wicca) qui me séduit dans cette saga. Cécile Guillot n’en fait pas des tonnes et c’est tant mieux. Une nouvelle fois, les rituels sont de la partie ici, mais, une nouvelle fois, c’est tellement naturel et ancré dans le récit qu’on y croit, effaçant le côté « surnaturel » et le genre « imaginaire » dans lequel on classe cette trilogie.

J’ai également beaucoup aimé, dans ce Chant de la Lune, l’apport d’informations au sujet du folklore de la région des Ardennes et notamment tout ce qu’on apprend sur la déesse locale Arduinna, pendant de la chasseresse Diane du monde romain et d’Artémis pour les grecs.
La majeure partie de l’intrigue se déroule en forêt mais on est loin des bois mystérieux et inquiétants à la Blair Witch, bien au contraire ! Arduinna semble veiller sur les lieux et sa présence apaisante éclaire la lecture d’un bien être communicatif.

Je me suis sentie bien dans cette aventure et c’est sans doute en partie dû à la plume de Cécile Guillot. Si les premiers écrits de l’auteure contenaient peut-être quelques maladresses, je trouve qu’elle a ici gagné en maturité et en émotions. Le style est toujours simple mais je le trouve assez percutant car particulièrement imagé. Le lecteur peut facilement imaginer les scènes et l’atmosphère de l’intrigue, facile donc de s’immerger totalement dans cette histoire !

Le Chant de la Lune tient ses promesses et clôt cette trilogie à l’image de celle-ci : avec féminité, bienveillance et tendresse, promettant un bel avenir à ses héroïnes (et unique héros). La boucle est bouclée !

 

4 pensées sur “Fille d’Hécate, Tome 3 : Le Chant de la Lune de Cécile GUILLOT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

a876eb3d1d8194aecc6af2b91677010c1111