A comme Association, Tome 1 : La Pâle lumière des ténèbres de Erik L'HOMME

a comme association 1 la pâle lumière des ténèbres erik l'homme gallimard rageot
A comme Association, Tome 1 :
La Pâle lumière des ténèbres
de Erik L’HOMME
Gallimard Jeunesse / Rageot
2012, p. 159

Première Publication : 2010

Pour l’acheter : A comme Association, Tome 1

Derrière le demi-sourire d’Erik L’Homme, ce sont des mondes riches de sens et d’aventures qui bouillonnent, entre idéalisme et sensibilité. Son écriture à la fois simple et élégante a marqué des milliers de jeunes (et moins jeunes) lecteurs qui lui restent fidèles en grandissant. À l’aise sur tous les territoires de l’imaginaire, sa nouvelle trilogie, Terre-Dragon, marque un retour à la fantasy. Discret et modeste, intransigeant, généreux de son temps et de son énergie, homme d’honneur et d’humour, autant de qualités qui font de cet auteur un personnage unique de la littérature. Erik pourrait être un héros de roman : fidèle à lui-même, il trace une route singulière, les pieds sur terre et des étoiles plein la tête… (Les Oniriques)

A comme Association est une série de romans merveilleux pour la jeunesse écrite par Pierre Bottero et Erik L’Homme, coéditée par les éditions Gallimard Jeunesse et Rageot. Le décès accidentel et prématuré de Pierre Bottero en novembre 2009 a obligé Erik L’Homme à terminer la série seul. La série compte huit tomes, au lieu des treize prévus au départ.

♣ ♣ ♣

Jasper vit à Paris, va au lycée et joue de la cornemuse dans un groupe de rock médiéval. Depuis peu, il fréquente aussi le 13, rue du Horla, l’adresse ultra secrète de l’Association. L’organisation a repéré chez lui des aptitudes certaines pour la magie et lui a proposé de devenir agent stagiaire. Armé d’une bombe lacrymogène au jus d’ail, Jasper est envoyé chez les vampires pour enquêter sur un trafic de drogue. Attention au retour du jet d’ail !

Avec Pierre Bottero, Erik l’Homme est le deuxième auteur jeunesse français incontournable. Et si j’ai déjà eu le plaisir de lire le premier, je n’avais jamais encore tenté l’aventure avec le deuxième… voilà qui est chose faite avec ce premier tome de la série A comme Association publiée collaborativement par les éditions Gallimard Jeunesse et Rageot.
Finalement, je ne m’éloigne pas trop de Pierre Bottero puisque, on l’apprend dans la préface, cette aventure a vu le jour grâce à l’amitié qui liait les deux auteurs ; l’idée leur est donc venue un beau jour, de s’associer pour nous conter une histoire drôle et rafraîchissante, pour nous divertir. Pierre Bottero ayant malheureusement disparu prématurément en 2009, il n’a pu rédiger que deux des tomes de la saga (le deuxième et le quatrième), Erik l’Homme s’est chargé du reste.
Avec La Pâle lumière des ténèbres, il nous offre l’introduction des dernières aventures imaginées par son associé et ami ; à l’amusement ressenti à la lecture s’ajoute donc un petit côté d’émouvant recueillement.

Je découvre Erik l’Homme avec La Pâle lumière des ténèbres et je trouve que c’est un excellent conteur. 150 pages pour un roman, c’est quitte ou double pour moi. Soit j’adhère au rythme proposé par l’auteur et à l’univers qu’il met rapidement en place, soit je trouve l’ensemble trop léger et trop en surface. Dire assez de choses en peu de mots est un exercice difficile et je suis rarement satisfaite… mais pour le coup, j’ai apprécié. Tout apprécié même. Histoire, personnages, univers, style… tout m’a convaincue et il est évident que je lirai la suite dès que je l’aurai achetée (j’espère ce week end aux Oniriques !) !

Ce premier tome met en scène un certain Jasper, adolescent de 15 ans maladroit et attachant, stagiaire pour l’Association, recruté parce qu’il semble doué pour la pratique de la magie. Son quotidien se divise entre ses cours au lycée (on ne peut pas dire qu’il soit très assidu ni même passionné) et les missions qu’il doit remplir pour l’Association. Pour l’heure, les vampires semblent être mêlés à un trafic de drogue, Jasper est dépêché sur les lieux pour résoudre l’enquête. Evidemment, rien ne va se passer comme prévu mais le jeune homme sait se sortir des pires situations, toujours avec le sourire et beaucoup d’humour.
C’est lui qui nous conte son aventure, à la première personne du singulier et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce héros a de la répartie et un sens de l’autodérision certain ! J’ai cru voir que certains lecteurs avaient été déstabilisés par son sens de l’humour qu’ils ont jugé trop « lourd » et trop présent. Il est vrai que l’adolescent met les deux pieds dans le plat, on ne peut pas dire qu’il brille par sa subtilité… mais ça m’a plu parce que j’ai trouvé le propos rafraîchissant et pas si forcé que ça, finalement. J’ai largement souri plus d’une fois à ses réflexions et les références qu’il lance. Jasper c’est un ado qui a du chien, crédible et très fun à suivre !

pierre bottero et erik l'hommeCe que j’ai aussi grandement apprécié dans ce premier opus c’est que, malgré sa très grande brièveté (150 pages, je le répète), Erik l’Homme parvient à nous proposer un univers cohérent et construit. Nous suivons les personnages dans le monde que nous connaissons… ou presque ! En effet, auprès des humains lambda vivent des créatures surnaturelles et des hommes avec des capacités sensorielles extraordinaires (Jasper et ses talents magiques, par exemple).
Les éléments font partie du décor et sont donc intégrés avec beaucoup de naturel, c’est au lecteur de les attraper au vol. Rassurez-vous, rien n’est compliqué, tout semble couler de source et quand une information plus technique apparaît, Jasper est là pour nous donner quelques explications, jamais de façon trop lourde, encore une fois avec beaucoup de naturel (les rituels magiques par exemple). On retrouve des bases connues : le fait de devoir nommer les choses pour avoir une influence sur elles ou encore l’elfique à la Tolkien. C’est un joyeux mélange de savoirs collectifs et de petites innovations. On se sent à l’aise dans le fantastique proposé par Erik l’Homme… et il me tarde d’en apprendre plus !

L’unique petit bémol (et encore !) de ce premier tome réside peut-être dans l’intrigue que certains jugent simpliste… pour ma part, je me suis bien amusée et pas du tout ennuyée pendant ces 150 pages ! Certes, la longueur du texte ne permet pas de développer de multiples ramifications à l’histoire de base mais je trouve celle-ci plutôt distrayante et bien menée. Sans trop de surprises peut-être, mais elle tient la route et tient en haleine. En tout cas, moi j’ai tourné les pages avec grand intérêt.
Et si j’ai autant apprécié ma lecture, c’est peut-être grâce au style d’Erik l’Homme que j’ai trouvé vif, percutant et particulièrement riche visuellement parlant. Je pense notamment aux paragraphes consacrés à l’affrontement avec les dealers et surtout avec un certain démon. Je n’ai eu aucun mal à m’imaginer les scènes qui pourraient tout à fait offrir un excellent épisode de série télé !

Comme beaucoup d’autres lecteurs avant moi, j’ai été conquise par la fraîcheur de ce premier tome et, intriguée tout autant par les personnages et l’univers mis en place par Erik l’Homme et Pierre Bottero, je ne manquerai pas de lire le deuxième tome, celui-ci rédigé par le deuxième comparse !

Illustration : portrait des deux amis auteurs !

 

9 pensées sur “A comme Association, Tome 1 : La Pâle lumière des ténèbres de Erik L'HOMME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

28848067290b7830dfe9e10624f2044dUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUU