Bone Season, Tome 1 : Saison d'os de Samantha SHANNON

bone season tome 1 saison d'os samantha shannon j'ai lu
Bone Season,
Tome 1 : Saison d’os
de Samantha SHANNON
J’ai lu,
2014, p. 573

Première Publication : 2013

Pour l’acheter : Bone Season, Tome 1

Née en 1991, Samantha Shannon a commencé à écrire à l’âge de quinze ans. Elle est aujourd’hui diplômée de littérature anglaise et surnommée « la nouvelle J. K. Rowling » . Bone Season, son premier roman, a été traduit dans une vingtaine de langues.

♣ ♣ ♣

Londres, 2059. Paige Mahoney travaille pour une organisation criminelle souterraine. Son job : glaner des informations en s’insinuant dans le cerveau des gens – illégalement. Car Paige est une clairvoyante, « une anormale », et elle n’est pas la seule. Mais selon les règles de Scion, son existence même est déjà une trahison…

Présentée comme une saga qui pourrait avoir le même succès retentissant que Harry Potter, Bone Season s’étalera aussi sur 7 tomes (!). Ce premier volume semble avoir conquis plus d’un lecteur-blogueur puisque les chroniques « coup de cœur » s’enchaînent. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre en ouvrant ce pavé de quasi 600 pages mais j’étais plutôt confiante.
Malheureusement, pas de coup de cœur pour moi, j’ai eu trop de mal à m’immerger dans l’histoire, l’émotion n’a donc pas été au rendez-vous. Je lirai malgré tout la suite (au moins le tome suivant) car je suis assez curieuse de découvrir la suite des aventures de Paige ; en espérant être moins perdue dans les explications contextuelles cette fois…

samantha shannon portraitCe qui frappe dans ce premier tome et ce qui en fait autant la force que la faiblesse, c’est l’univers mis en place. Force parce qu’on ne peut nier la richesse et le travail effectué, faiblesse car l’ensemble est tellement dense qu’il est très difficile de s’y retrouver. Je vais tout de même tenter de vous résumer ce que j’ai compris et retenu.
Dans une Angleterre légèrement futuriste (2059), de nombreuses personnes sont frappées par la Clairvoyance, anormalité férocement pourchassée et combattue par le gouvernement de Scion. Ces voyants possèdent des capacités (très diversifiées et plus ou moins rares) qui leur permettent d’entrer dans l’Ether, à savoir le royaume des Esprits (rien que ça, c’est déjà dur à concevoir et à toucher du doigt…). Certains tirent les cartes, d’autres lisent dans les feuilles de thé et d’autres encore ont la possibilité d’entrer en contact sans aucun artefact. Certains dons sont plus rares et donc plus recherchés que d’autres, notamment par la Pègre londonienne, organisation créée dans le but de faire de bonnes affaires et d’obtenir certaines informations capitales grâce aux Clairvoyants.

C’est dans ce contexte un poil complexe que l’on découvre Paige, l’héroïne qui fait partie des « Anormaux » les plus rares et donc les plus cotés en bourse ! Membre influente de la Pègre de la capitale, elle se fait malgré tout attraper alors qu’elle utilisait sont pouvoir (pour se défendre) sur deux agents du gouvernement, tuant l’un et laissant l’autre à l’état de légume.
Elle se réveille à Shéol I, une ville annexe remplie de gens comme elle (Clairvoyants de tout niveau) et surtout de Réphaïm qui les maintiennent captifs et en esclavage. Paige – et le lecteur par la même occasion – comprend au fil des pages que les créatures (pas vraiment humaines) gouvernant Shéol I sont sur Terre depuis plusieurs centaines d’années et qu’elles ont mis en place un système bien rôdé.
Paige ne souhaite qu’une chose, s’évader de la ville et surtout fuir son nouveau maître, Arcturus le Prince de Sang, qui cache bien des choses ! Mais elle prend petit à petit conscience que sa vie londonienne précédente ne lui offrait peut-être pas tant de libertés que ça, tout compte fait…

Agée de 19 ans, irlandaise émigrée à Londres, fille unique mentant à son père sur son véritable métier, Paige est une héroïne agréable à suivre. Forte, déterminée et sensée, elle fait plus ou moins les bons choix et agit avec réflexion et maturité. Elle avait tout pour me plaire et pourtant, je ne me suis pas vraiment attachée à elle. Une barrière a persisté du début à la fin, me laissant comme extérieure et étrangère à l’aventure. Ma lecture a donc été assez froide, finalement et je le regrette.
De nombreux personnages gravitent autour de la jeune femme, ceux appartenant à sa vie dans la Pègre londonienne et ceux qu’elle doit côtoyer à Shéol I. Tous sont caractérisés par leurs pouvoirs et semblent très différents les uns des autres, mais aucun ne sort vraiment de la masse… à part peut-être Jaxon et Nick, respectivement Boss et meilleur ami de Paige et Arcturus alias le Gouverneur qui devient le mentor de la jeune fille. Ces trois figures masculines possèdent des traits de caractère et une histoire qui semblent intéressants mais ils sont trop survolés à mon goût, ils ne sont pas encore assez palpables. C’est encore plus le cas des autres Clairvoyants que l’héroïne fréquente et aide dans la deuxième partie de l’histoire. Quant à l’ennemi public numéro un, Nashira, la « reine » des Réphaïm, là aussi il y a du potentiel mais je n’y ai pas cru jusqu’au bout. Dommage !

the seven orders of clairvoyange vo bone season samantha shannonSi le contexte dense est difficile à maîtriser, c’est aussi parce que le lecteur ne le découvre qu’à travers les yeux de Paige, la narratrice unique. Elle, elle sait déjà beaucoup de choses au début du roman et malgré ses quelques tentatives d’explications et de flash-back, le lecteur doit prendre le train en route et faire comme il peut. J’ai tellement lutté pour éviter de me noyer dans le flou contextuel que j’ai perdu tout le côté émotionnel qu’il pouvait y avoir.
De ce fait, l’aventure de Paige ne m’a pas vraiment touchée et la romance qu’elle commence à vivre sur la fin ne m’a pas émue. C’est d’autant plus dommage que c’est une relation qui a énormément de potentiel et quasiment tout pour me plaire… j’aurais presque aimé qu’elle soit davantage mise en avant et plus approfondie pour qu’elle gagne en crédibilité et évidemment en émotions.

Je me relis et je me trouve assez dure dans mes propos. Tout n’a pas été parfait pendant ma découverte mais les bases originales m’ont plu, l’univers richement travaillé saura plaire à beaucoup et l’héroïne forte ne demande qu’à devenir plus attachante.
C’est assez étrange, après 200 pages à me demander ce que je faisais là et où l’auteure voulait en venir, j’ai connu un certain engouement et me suis surprise à tourner les pages avec une certaine avidité ; une addiction un peu incompréhensible… et qui me laisse assez sceptique puisqu’une semaine après ma lecture, je n’en garde que peu de souvenirs. Ces 600 pages m’ont un peu fait l’effet d’un « je t’aime, moi non plus » et je n’arrive finalement pas à me positionner. Je sors de cette lecture mitigée mais plus du côté positif que négatif. Je tenterai donc la lecture du deuxième tome lorsqu’il sortira en VF et verrai alors si j’adhère définitivement ou si je suis définitivement trop paumée par l’univers pour y prendre du plaisir !

A noter, en début d’ouvrage : la présence d’un arbre présentant « les sept ordres de la voyance » et d’une carte de Shéol I.

Merci à J’ai lu pour la découverte !

 

Illustrations : (1) Portrait de Samantha Shannon trouvé sur Google – (2) Arbre des 7 ordres de la Clairvoyance en vo trouvé sur Google.

 

8 pensées sur “Bone Season, Tome 1 : Saison d'os de Samantha SHANNON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1f1ba416b18b584b6725b4c3d404e31b555555