Le Coin des Albums [4]

Avec un peu de retard, voilà trois albums (ou roman graphique) particulièrement indiqués en cette période d’Halloween et de Toussaint (ok, je suis un peu en retard !). Point de sorcières ou de fantômes, mais des créatures au sang froid que l’on ne présente plus… les vampires sont de sortie !

♣ ♣ ♣

vladimir poltron vampire de 3ème classe jack chaboud nicole claveloux grasset jeunesseVladimir Poltron, vampire de 3ème classe de Jack CHABOUD, illustré par Nicole CLAVELOUX.
Grasset Jeunesse, 2007, 32 pages. Pour l’acheter : Vladimir Poltron, Vampire de 3ème classe

Quelque part près de la Hongrie, dans un pays appelé la Paradoxie, vivent tranquillement les derniers vampires. Mais une épidémie vient perturber leur existence et la remettre en question : l’épidémie d’humanite aiguë. Quand, dans ce pays fréquenté par de nombreux touristes alléchés par la présence de ces créatures surnaturelles, Mattéo et son fantaisiste grand-père rencontrent Vladimir Poltron, ils vont tenter d’aider ce drôle de vampire que tout effraie, terrifié par l’humanite aiguë…

Des trois titres présentés cette fois, Vladimir Poltron est celui qui “ne se prend pas la tête”, celui qui revisite le mythe du vampire avec humour et originalité. C’est également celui que je conseillerai aux plus jeunes lecteurs qui pourront s’amuser de l’histoire et apprécier les jeux de mots proposés par l’auteur, jeux de mots qui apportent une certaine mélodie au texte.
Le jeune héros part avec son grand-père pour découvrir le pays des vampires : la Paradoxie. Il découvre alors ces créatures étranges, leurs habitudes (vestimentaires et alimentaires notamment) et leur plus gros point faible, une maladie essentiellement due aux humains : l’humanite aiguë. Une fois sur place ils vont faire la connaissance d’un vampire très particulier, un certain Vladimir. Très peureux, celui-ci se cache de ses semblables et fait tout pour passer inaperçu… mais pourquoi donc ?
Assez loin d’un mystérieux et dangereux Dracula, Vladimir Poltron est un petit être attachant qui saura sans aucun doute séduire les enfants et les fera très certainement rire à cause de son allure (très stéréotypée) et surtout de sa maladresse. Le mythe est donc joliment détourné, apportant un peu de fraicheur et beaucoup d’humour à cette créature qui a parfois tendance à prendre la poussière.
Si Jack Chaboud est à l’écriture, c’est Nicole Claveloux qui prend les commandes aux illustrations. Nombreuses et généreuses, celles-ci offrent un bon visuel général. Parfois en pleine page, parfois jouant avec le texte (lorsque Jack Chaboud présente individuellement chaque élément lié aux habitudes des vampires par exemple), j’ai surtout apprécié les couleurs utilisées, très présentes pour l’œil. Encore une fois, l’ambiance sombre et morbide du vampire est écartée au profit de teintes plus vives, plus joyeuses… et plus vivantes !
Vladimir Poltron est un album qui amusera sans aucun doute les jeunes lecteurs et saura les captiver grâce à ses illustrations généreuses. Les adultes pourront également y trouver un second degré très rafraîchissant !

planche vladimir poltron grasset jack chaboud nicole claveloux

♣ ♣ ♣

dracula dominique marion jérémie fleury auzoucoupdecoeur

Dracula de Dominique MARION, illustré par Jérémie FLEURY, d’après Bram STOKER.
Auzou, 2012, 40 pages. Pour l’acheter : Dracula

Jeune clerc de notaire, l’anglais Jonathan Harker part en Transylvanie finaliser la vente d’une demeure à Londres pour le comte Dracula. Personnage inquiétant aux mœurs étranges, le comte va peu à peu soumettre le jeune homme à son emprise maléfique… A Londres, Mina, la fiancée de Jonathan, lutte contre le mal qui la ronge…

Le jeune lecteur va rencontrer ici aussi un vampire, mais pas n’importe lequel puisqu’il s’agit du fameux comte Dracula. Cet album offre une adaptation du roman de Bram Stoker, proposant aux plus jeunes ou aux “novices” de se faire une petite idée de l’histoire et permettant aux fans de la première heure de redécouvrir le mythe grâce à un magnifique visuel. Un indispensable dans la bibliothèque consacrée aux albums, à mon avis !
Difficile de reprendre l’histoire originelle sur seulement 40 petites pages illustrées mais globalement, l’adaptation est bonne. La fin me semble cependant un peu précipitée par rapport au reste, peut-être un poil trop résumée/simplifiée ce qui donne un peu un sentiment de rythme saccadé, de manque de lien évident entre les pages ; le principal y est malgré tout. Et, si l’ambiance sombre du Dracula de Stoker est plutôt respectée, on peut tout de même “reprocher” un petit côté édulcoré, sans doute explicable par l’âge du public visé. Ce n’est pas excessif donc passe très bien.
Mais l’énorme point positif de cet album, le point à retenir et le point qui m’a poussé à l’acquérir c’est évidemment le visuel. Signées Jérémie Fleury les illustrations sont magnifiques, il n’y a pas d’autres mots ! En pleine pages, généreuses et colorées, le lecteur en prend plein les yeux et ne peut plus décrocher le regard. Les fonds parfois sombres sont rehaussés de touches de couleurs plus vives et chaque page est remplie de plein de petits détails (mais attention, jamais trop, ce n’est jamais fouillis ou surchargé !). C’est un plaisir à feuilleter et même si le texte a son importance, on pourrait largement s’en passer tant les images parlent d’elles-mêmes !
Je suis complètement fan du travail de Jérémie Fleury ; peu importe le texte qu’il illustre, je suis au rendez-vous ! Mais si en plus il s’attaque à un classique tel que Dracula, comment ne pas se laisser tenter ?

dracula__lucy_and_mina_in_the_garden_by_trefle_rouge- jérémie fleury auzou

♣ ♣ ♣

à la recherche de dracula carnet de voyage de jonathan harker pascal croci sylvie paulyA la recherche de Dracula, carnet de voyage de Jonathan Harker de Françoise-Sylvie PAULY, illustré par Pascal CROCI.
Le Pré aux clercs, 2008, 141 pages. Pour l’acheter : A la recherche de Dracula

En 1999, le jeune Miles Alastair James effectue un remplacement à la bibliothèque d’Exeter, dans le Devon.
Il passe ses journées aux archives, où il a la charge de trier les ouvrages les plus détériorés. Au cours d’une séance de ” dépoussiérage “, il découvre un singulier journal, celui d’un certain Jonathan Harker, lequel inspira l’écrivain Bram Stoker pour l’écriture de son roman Dracula, publié en 1897. La lecture de ce carnet nous plonge au cœur du mythe du vampire ; jour après jour, sans le savoir, Jonathan s’enfonce un peu plus dans les ténèbres…

Si les deux premiers ouvrages présentés sont clairement destinés en priorité aux jeunes lecteurs (ce qui n’empêche pas les autres d’y jeter un œil, bien au contraire !), celui-ci s’adresse aux adultes sous la forme d’un roman graphique plus que d’un album. Encore une fois, c’est le roman de Bram Stoker qui sert de base à l’intrigue. L’auteure ne simplifie pas l’histoire mais l’aborde d’un autre point de vue puisqu’elle s’attarde longuement sur le voyage de Jonathan Harker, notamment avant son arrivée dans le château du Comte Dracula.
Jonathan Harker est un personnage déjà existant dans le roman et un personnage qui nous raconte déjà son voyage dans l’œuvre de Stoker. Mais là où le récit ne dure qu’un ou deux chapitres à l’origine, Françoise-Sylvie Pauly le développe sur plusieurs dizaines de pages et le fait illustrer par Pascal Crocy. Ce n’est donc pas un nouveau point de vue adopté dans cet ouvrage mais le développement plus en détails et en images des quelques paragraphes offerts par Bram Stoker
Aux entrées de journal de Jonathan Harker, de son départ d’Exeter (en Angleterre) à son séjour dans le château du Comte, s’ajoutent d’autres éléments nouveaux et plus ou moins enrichissants : photos, recettes de cuisine, articles de journaux… et évidemment les illustrations de Pascal Croci ! Le coup de crayon est particulier, les figures élancées aux visages durs (la cruauté des vampires n’est pas absente de Dracula) ne pourront certainement pas plaire à tout le monde. Je trouve, pour ma part, le trait extrêmement fluide et presque “gracieux”, j’apprécie. Les couleurs dans des teintes vieillies/sépia s’accordent bien avec le texte et offrent un certain cachet non négligeable.
Si le texte en lui-même ne présente pas forcément un très fort intérêt et une grande originalité puisque n’apporte finalement pas grand chose de plus ; il prend en revanche un tour inattendu grâce à son “contexte”. On nous présente en effet ce journal comme la trouvaille d’un chercheur, trouvaille qui impliquerait l’existence attestée de Jonathan Harker qui aurait été en contact avec Bram Stoker qui se serait lui-même servi de ce journal pour rédiger son célèbre Dracula. Une mise en abyme qui laisse penser que cette aventure s’est réellement déroulée… et que le comte Dracula n’est peut-être pas seulement le fruit de l’imagination d’un écrivain irlandais…
Un roman graphique visuellement attractif mais un “produit dérivé” pas forcément indispensable. Pour les très grands fans en priorité.

planche à la recherche de dracula carnet jonathan harker pré aux clercs pascal croci pauly

7 thoughts on “Le Coin des Albums [4]”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *