Rebecca Kean, Tome 1 : Traquée de Cassandra O'DONNELL

rebecca kean 1 traquée de cassandra o donnell j'ai lu
Rebecca Kean,
Tome 1 : Traquée
de Cassandra O’DONNELL
J’ai lu (Darklight),
2011, p. 473

Première Publication : 2011

Pour l’acheter : Rebecca Kean, Tome 1

Cassandra O’Donnell est une auteure française. Réalisatrice de documentaires et de reportages, elle crée la saga Rebecca Kean en 2010. La série, publiée chez J’ai lu rencontre immédiatement un vif succès.

 Les Soeurs Charbrey, Tome 1 

  

Burlington…nouvelle Angleterre. Pas de délinquance, élue la ville la plus paisible des États unis, bref un petit havre de paix pour une sorcière condamnée à mort et bien décidée à vivre discrètement et clandestinement, parmi les humains. Malheureusement, en arrivant ici, je me suis vite aperçue que la réalité était tout autre et qu’il y avait plus de démons, de vampires, de loups-garous et autres prédateurs ici que partout ailleurs dans ce foutu pays. Mais ça, évidemment, ce n’est pas le genre de renseignements fournis par l’office de tourisme. Maudit soit-il…

Les lecteurs plus ou moins assidus de ce blog le savent, la bit-lit (et consorts) ce n’est pas vraiment mon truc. Les héroïnes occupées à leur vie sexuelle sur vague fond de fantastique avec mini-enquête policière à la clef… mouais. J’ai du mal. J’hésitais donc à me lancer dans cette saga – française – mais Tsuki a su me convaincre d’acheter le premier tome aux Imaginales (il y a deux ans… aheum !) et Cassandra O’Donnell est tellement adorable qu’il est difficile de résister. Traquée a malgré tout traîné et traîné dans ma PAL jusqu’à ce que, dans le TGV pour les Imaginales 2014, je sorte ma liseuse et me lance. J’avais envie de quelque chose de léger pour accompagner les quelques 12 heures de transport (aller-retour) et une série du genre me semblait l’idéal pour me changer les idées et faire passer plus vite le temps.
Et à vrai dire, je me suis complètement laissée prendre au jeu et… j’ai adoré ! Sur le coup, j’ai trouvé ça excellent et j’ai tourné les pages avec frénésie jusqu’à la dernière. Malheureusement, quasiment trois semaines plus tard, force est de constater que j’ai tout oublié de ma lecture ou presque. La période un peu chargée a légèrement fait fondre mes neurones (et donc mes souvenirs par la même occasion) mais vraiment, je n’ai quasiment aucun souvenir de ce premier opus ! Je pense que je peux en conclure que c’est une excellente lecture-détente sur le coup mais qu’elle ne reste pas dans les annales…

Derrière une intrigue qui se calque sur les toutes celles qu’on peut habituellement lire en bit-lit et qui n’apporte donc pas grand-chose de très original – une petite enquête policière impliquant des créatures surnaturelles et dans laquelle l’héroïne va se retrouver piéger, ayant l’ordre de résoudre le mystère -, Cassandra O’Donnell offre une petite vision d’ensemble du contexte qu’elle a imaginé pour cette saga (en 5 tomes + futur spin-off, apparemment) et surtout, des personnages consistants et séduisants. Je suis difficile et tatillonne mais là, et j’en suis la première surprise, j’ai accroché !
Des vampires, des sorcières, des loups-garous, des démons, des chamanes, des muteurs… autant vous dire que tout ce petit monde ensemble, c’est le gros bordel ! Malgré une récente paix toute relative, les tensions sont encore fortes entre les différents clans et les réunions du Directum (qui rassemble les chefs de chaque clan) n’apaisent pas vraiment les choses. Bien malencontreusement, Rebecca, sorcière puissante de son état, se retrouve au milieu de ce beau monde, engagée contre son gré pour servir d’enquêteur/assassin officiel et retrouver quelques personnes kidnappées (un membre influent de chaque clan).
Les créatures présentées ici ne sont pas vraiment nouvelles et sont des habituées du genre. Leurs caractéristiques sont assez classiques mais n’en restent pas moins toujours intéressantes à (re)découvrir. Cassandra O’donnell y apporte sa petite touche et ce n’est pas désagréable. On survole un peu chaque clan, nous attardant surtout sur ceux des sorcières, vampires et loups-garous ; mais je sens qu’il y a encore beaucoup à dire sur ces derniers et sur les autres ! Il me tarde d’ailleurs d’en apprendre plus sur la famille de l’héroïne et sur son premier amour (père de sa fille) qui nous réserve très certainement de belles futures aventures. De bonnes bases bien implantées et qui promettent de belles choses pour les tomes suivants, j’en suis sûre !

proposition personnages rebecca kean cassandra o donnellJe le disais précédemment, les personnages sont un autre point fort de ce premier tome, à commencer par Rebecca l’héroïne. A 26 ans, la jeune femme fuit un passé douloureux et tente de vivre une vie normale auprès de sa fille de 9 ans, Léonora (surnommée Léo). On est loin des jeunes filles en fleur obsédées par leur vie sexuelle ; Rebecca est une mère avant tout, une guerrière ensuite. Responsable et mature, elle m’a très vite séduite et j’ai aimé la suivre dans cette aventure. Sa nature la pousse à la cruauté parfois, elle n’hésite pas à employer les grands moyens pour parvenir à ses fins ; encore une fois, ça change des héroïnes un peu mièvres et mollassonnes. La seule chose que je pourrais reprocher à l’auteure (et à tous les auteurs du genre en général), c’est le fait de créer une héroïne forcément magnifique autour de laquelle tourne tous les beaux mecs puissants du coin (et même les nouveaux venus). C’est un peu lassant à force (et tellement pas crédible). Si on fait abstraction de cette beauté dévastatrice parfois un peu trop mise en avant, l’héroïne se différencie des autres figures couramment admises dans la bit-lit et ça fait vraiment plaisir !
Les autres personnages, plus ou moins secondaires, sont très nombreux et très différents. Difficile de tous les citer, je me contenterai de vous parler du « héros ». Raphael, puisqu’il s’agit de lui, est le vampire par excellence. Découvert dès le premier chapitre, le lecteur est tout de suite prévenu : le mort-vivant est extrêmement âgé, extrêmement puissant et aussi extrêmement beau. Et comme d’habitude (ou presque), il est censé être insensible et intouchable… mais l’héroïne saura l’adoucir (ou presque) ! A vrai dire, il ne m’a pas séduite plus que ça. Il a très certainement d’autres cordes à son arc mais pour le moment, il ne me fait ni chaud ni froid sous ses airs angéliques. Un peu trop lisse et trop peu développé pour le moment… les tomes suivants me feront peut-être changer d’avis !
Sachez enfin que malgré leur nombre conséquent, tous les personnages ont connu un traitement assez approfondi. Chacun est facilement reconnaissable sans non plus aller vers le cliché et chacun apporte sa petite pierre à l’édifice. Certains prennent d’ailleurs de plus en plus d’ampleur au fil des chapitres et le lecteur s’attache facilement, séduit par la maturité de l’un, la nonchalance amusante de l’autre, la loyauté du dernier…

Je vous le disais il y a quelques semaines à peine, lors de ma découverte du premier tome des Sœurs Charbrey (saga romantico-historique de Cassandra O’Donnell), la plume est ce qui m’avait le plus marquée et j’étais curieuse de lire autre chose de l’auteure. Voilà qui est chose faite et, encore une fois, je suis satisfaite de la forme. Bien sûr, je le répète, il ne s’agit pas d’un texte littéraire – et ce n’est absolument pas le but – mais, Cassandra O’Donnell fait très bien la distinction entre simplicité et simplisme. C’est fluide et rythmé, juste descriptif quand il le faut, avec des dialogues réguliers pour dynamiser un peu l’ensemble.
Rebecca Kean est la narratrice principale, elle nous offre régulièrement quelques traits d’humour bienvenus. Elle n’a pas sa langue dans sa poche, jure parfois un peu trop mais… et je tiens à le préciser, la limite du raisonnable n’est jamais franchi. Si j’ai énormément de mal avec la saga Anita Blake que je trouve beaucoup trop tournée vers l’oral et les dialogues vulgaires, ce n’est pas le cas ici.

Loin d’être cœur de cible, Cassandra O’Donnell a pourtant su me convaincre avec ce premier tome (en tout cas sur le coup !). Une héroïne mature et responsable, un univers qui semble avoir des bases solides et promettre de belles choses, une petite intrigue pseudo-policière qui se laisse lire avec plaisir… le tout servi par un style dynamique sans pour autant laisser la langue française de côté. Je lirai la suite, c’est sûr !

 

Image : proposition de visages pour incarner les personnages de la saga, trouvée sur le Facebook de l’auteure.

 

13 pensées sur “Rebecca Kean, Tome 1 : Traquée de Cassandra O'DONNELL

  • Ping : Titres (L - Z) - Bazar de la Littérature

  • Ping : Auteurs (M – Z) | Bazar de la Littérature

  • Ping : Des sagas dans la bibliothèque ! | Bazar de la Littérature

  • Ping : Premières publications | Bazar de la Littérature

  • Ping : What’s up weekly ? 2014 – 22 (du 09/06 au 15/06/14) | Bazar de la Littérature

  • 16 juin 2014 à 15 h 42 min
    Permalink

    Je suis contente que tu ait plutôt apprécier ta lecture. C’est vrai que le fait que l’héroïne est une fille est très intéressant de plus j’adore Leonora et encore plus dans les tomes suivant. J’aime aussi le faite que Rébecca assume plus sa violence que d’autre héroïne de bit-lit, je trouve que ça apporte plus de caractère au personnage. Je viens de terminer le tome 5 et j’ai beaucoup aimé.

    Répondre
    • 19 juin 2014 à 10 h 36 min
      Permalink

      Vous me tentez toutes avec les tomes suivants… il faut que je me procure vite le deuxième ! 😀

      Répondre
  • 16 juin 2014 à 9 h 52 min
    Permalink

    j’avais énormément accroché avec ce premier tome une héroïne comme je l’ai aime qui ne se laisse pas manipuler, forte et j’apprécie également le fait qu’elle soit maman, j’ai terminé il n’y pas longtemps le tome 2 un vrai régale ^^

    Répondre
    • 19 juin 2014 à 10 h 16 min
      Permalink

      Tu me pousses à me procurer le tome 2 très vite… j’espère en avoir l’occasion bientôt ! 🙂

      Répondre
  • 14 juin 2014 à 21 h 09 min
    Permalink

    Je suis d’accord avec toi. Rebecca est une héroïne de bit-lit originale. j’aime le fait qu’elle soit maman. Çà change!

    Répondre
    • 19 juin 2014 à 9 h 48 min
      Permalink

      ça apporte une maturité et un sens des responsabilités plus marqués que dans les autres livres du genre. Sauf Mercy qui est aussi assez posée comme fille, mais elle est trentenaire, alors ça aide un peu ! 🙂

      Répondre
  • 14 juin 2014 à 14 h 15 min
    Permalink

    Je n’avais pas été tout à fait convaincue par ce premier tome (même si j’avais aimé) pour des petits détails comme par exemple les mecs qui tournent autour de Rebecca ou Raphael qui ne me fait ni chaud ni froid. Mais l’univers est intéressant ainsi que Léonora et j’ai bien fait de persister car j’ai de plus en plus accroché au fil des tomes.

    Répondre
    • 14 juin 2014 à 19 h 10 min
      Permalink

      J’ai l’impression qu’on est souvent d’accord sur les héros masculins… et ça me rassure de ne pas être la seule à avoir cet avis sur la question ! ^^ Je lirai la suite dès que possible et j’espère accrocher de plus en plus, comme toi.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

00c4b99809f76780799da4e7d2bb4678@@@@@@