Wizards, Tome 1 : L'Initiation de Diane DUANE

wizards 1 diane duane
Wizards,
Tome 1 : L’Initiation
de Diane DUANE
Lumen,
2014, p.

Première Publication : 1983

Pour l’acheter : Wizards, Tome 1

Diane Duane, née le 18 mai 1952 à New York, est un écrivain de science-fiction et de fantasy américaine. Ses travaux comprennent Young Wizards une série fantastique pour ados et Rihannsu un roman de la série Star Trek.

  

Nita laissa courir ses doigts le long d’une des étagères de la bibliothèque. Soudain, quelque chose interrompit son mouvement. Un petit livre perdait un fil, et son ongle s’était accroché dessus. Elle plissa les yeux. Ah ! Un de ces guides consacrés aux métiers : Comment devenir pilote, Comment devenir chercheur, infirmier, écrivain… Mais celui-là s’intitulait… Comment devenir un sorcier en dix leçons ! Nita extirpa le volume du rayonnage, ébahie, et se plongea dans la lecture. Non, impossible ! se dit-elle au bout d’un instant. Elle referma le livre et le tint serré dans sa main, immobile, en proie à un mélange de confusion, d’incrédulité… et d’euphorie. Si c’était une plaisanterie, elle était géniale. Et si ce n’en était pas une…

diane duane 2011Wizards est l’un des premiers titres offerts par la nouvelle maison Lumen qui se spécialise apparemment dans la littérature jeunesse (adolescente). Présentée comme la saga à lire si l’on est en manque d’Harry Potter, voilà qui a de quoi intriguer et séduire.
Si j’ai vu une majorité de retours (ultra) positifs sur ce premier tome, ce n’est malheureusement pas mon cas. Je suis passée complètement à côté de cette histoire qui semblait avoir des bases prometteuses mais qui m’a laissé désemparée, perdue et pas du tout séduite ! La série comporte 9 tomes et plusieurs autres annexes en vo ; pour ma part, je m’arrête au tout premier, sans regret.

Tout commençait pourtant extrêmement bien : une jeune héroïne de 13 ans – Nita -, souffre-douleur de ses camarades de classe passe beaucoup de temps le nez dans ses bouquins. Voilà un portrait peu flatteur mais qui annonce une très possible empathie pour la jeune fille. Et ça a très bien fonctionné, au début. Je tournais les pages, séduite par la personnalité que je m’apprêtais à suivre pendant tout un roman. Mais très vite, le sourire s’est évanoui. Nita découvre le fameux livre, commence à le lire… et c’est le début de la fin. Tout s’enchaîne trop vite. L’adolescente lit le premier chapitre : elle acquière alors immédiatement ses pouvoirs et ne doute absolument pas de sa nouvelle condition. Elle lit trois pages de plus : hop, elle maîtrise quelques sorts et, encore mieux, elle comprend des théories et concepts scientifiques complexes, sans problème. J’ai eu du mal avec cette trop grande facilité et cette précipitation. J’ai trouvé ça invraisemblable et pas crédible pour un sou… je n’y ai pas cru du tout !
Par la suite, voilà que la petite Nita rencontre un jeune sorcier – Kit – juste un poil plus avancé qu’elle (il a découvert le livre et ses pouvoirs quelques semaines plus tôt). Tous deux, du haut de leurs jeunes années et de leur très maigre expérience magique, vont maîtriser très vite des sorts hyper complexes et vont partir en mission, mission que des adultes accomplis n’arrivent pas à résoudre. Là encore, il y a un gros décalage invraisemblable.

On reproche souvent aux « tome 1 » d’être trop introductifs mais en fantasy, quand l’auteur nous offre un monde totalement nouveau, avec ses codes particuliers, l’introduction complète est nécessaire. Ici, on ne nous explique rien, et pire encore, on nous assène que des gamins de 12/13 ans intègrent un univers complexe sans aucun problème !
Ce qui m’intéressait dans ce premier volet, c’est l’initiation à la magie, l’entrée douce mais percutante dans ce nouveau monde. J’aurais aimé pouvoir digérer les informations lentement pour pouvoir vivre pleinement l’aventure et, par procuration, « devenir un peu une sorcière » moi-même. Ce que j’avais parfaitement ressenti à la lecture du premier tome d’Harry Potter qui fourmille d’informations plus ou moins complexes mais qui reste très proche de son lectorat. Si j’avais commencé à m’attacher à Nita, j’ai bien vite décroché et ai fini par suivre les aventures des deux adolescents de façon très très très extérieure.

so you want to be awizard diane duaneEn revanche, contrairement à beaucoup (en tout cas c’est ce que j’ai cru comprendre), j’ai davantage apprécié la seconde partie. Plus sombre il est vrai, mais aussi plus « palpable » et donc compréhensible à mon goût. Je n’ai pas forcément aimé la quête qui s’y déroule mais j’ai pris plus de plaisir à découvrir les traces de la magie, présente partout dans ce monde « parallèle ». Les objets sont ainsi doués d’une sorte de conscience et l’idée de les personnifier à la manière des dessins animés (hélicoptères-guêpes, taxis avec des yeux…) m’a plu. Ce n’est pas inédit mais c’est plutôt bien fait et permet aux lecteurs d’entrer dans le vif du sujet.

D’ailleurs, si j’ai jusque là souligné plusieurs points négatifs, je n’oublie pas que ce premier tome n’est pas entièrement mauvais et qu’il contient quelques éléments intéressants. Je le disais juste au dessus, l’idée du monde parallèle est bien amenée et son traitement est LE gros point positif.
J’ai en effet trouvé que Diane Duane savait parfaitement dépeindre une atmosphère aussi sombre et particulière que celle qui existe dans ce monde et, plus admirable encore, l’auteure propose de sympathiques descriptions. Les différentes scènes de poursuites et d’espionnage deviennent alors assez réelles pour offrir de belles images aux lecteurs. Certains passages demeurent plutôt flous mais dans l’ensemble, j’ai vraiment apprécié les descriptions.

Autre point positif pour rattraper ce qui a pu me chagriner : le personnage de Fred. Original et tombant à pic, c’est la figure qui apporte un peu d’humour et de légèreté à l’ensemble. Ses répliques sont une vraie bouffée d’air frais lorsque le reste ennuie ou se complique un peu trop.

Finalement, ce qui me déçoit le plus dans ce roman adolescent c’est, alors que l’auteure se montre capable d’un style intéressant et est à l’origine d’une intrigue pleine de potentielle, elle rate complètement l’introduction de sa magie, la rendant bien trop compliquée et scientifique (je n’ose même pas imaginer les bâillements d’ennui et les froncements de sourcils indécis des plus jeunes). Tout va beaucoup trop vite et personnages principaux deviennent des étrangers sans saveur… Dommage, dommage, il y avait du potentiel !

 

Une pensée sur “Wizards, Tome 1 : L'Initiation de Diane DUANE

  • Ping : Premières publications | Bazar de la Littérature

  • Ping : Titres (L – Z) | Bazar de la Littérature

  • Ping : Auteurs (A – L) | Bazar de la Littérature

  • Ping : What’s up weekly ? 2014 – 18 (du 05/05 au 11/05/14) | Bazar de la Littérature

    • 10 mai 2014 à 9 h 35 min
      Permalink

      Pour moi, ça n’a vraiment aucun rapport avec Harry Potter ! Mais vraiment, aucun ! Ok il y a de la magie, mais c’est une magie différente. Les héros sont jeunes mais bon…
      Cela dit, si ça te tente, tu aimeras peut-être !

      Répondre
      • 10 mai 2014 à 13 h 45 min
        Permalink

        Ouais, absolument aucun rapport avec HP. Et je suis d’accord, aucune saga ‘arrivera jamais à égaler HP je pense.

        Répondre
  • 7 mai 2014 à 7 h 54 min
    Permalink

    Pas pour moi je pense, j’aime bien les univers bien définis au préalable, et le côté pas crédible de leur apprentissage risque de tout me gâcher !

    Répondre
    • 10 mai 2014 à 9 h 33 min
      Permalink

      Je suis comme toi, j’aime bien les univers bien définis (ou au moins, qui offrent assez d’informations pour qu’on arrive à les digérer au fil des pages et donc à bien entrer dedans !). Je pense qu’il y a bien mieux comme sagas… mais aucune n’égalera Harry Potter ! :p

      Répondre
  • 6 mai 2014 à 20 h 42 min
    Permalink

    Je suis totalement du même avis (sauf peut être pr Fred, dont je ne vois pas trop l’intérêt, ou du moins, qui est amené de façon un peu « comme un cheveu sur la soupe ») ! Je peux copier ta chronique ?? :p
    J’ai également préféré la 2nde moitié, et ça me rassure de voir que je ne suis pas la seule qui n’a pas compris grand chose à ce côté un peu trop scientifique. C’est un roman ado, je me demandais si je n’étais pas vraiment complètement débile…

    Répondre
    • 10 mai 2014 à 9 h 30 min
      Permalink

      Heureuse de constater que les avis mitigés ne sont pas si rares que ça sur ce livre. Je me suis moi aussi demandée à plusieurs reprises si je n’étais pas à côté de mes pompes ou pas assez réveillée pour comprendre les divagations très scientifiques… Je me demande vraiment comment les jeunes lecteurs (de 12 ans par exemple), parviennent à digérer ces passages. C’est pas inintéressant en soi mais c’est vraiment super compliqué !

      Répondre
  • 6 mai 2014 à 19 h 36 min
    Permalink

    C’est quand même rassurant de voir un autre avis plus mitigé, surtout qu’on en a pensé la même chose (introduction au monde magique foiré, la facilité d’adaptation des héros….) Et j’ai aussi préféré la seconde partie ! 🙂

    Répondre
    • 6 mai 2014 à 19 h 59 min
      Permalink

      Effectivement, c’est rassurant ! J’avais l’impression de ne voir que des avis hyper enthousiastes et j’en venais à me demander si j’avais eu le même livre entre les mains !

      Répondre
    • 6 mai 2014 à 19 h 57 min
      Permalink

      Beaucoup d’autres ont beaucoup aimé ! Je t’invite à aller découvrir leurs avis, ça te tentera peut-être plus ? 🙂

      Répondre
    • 6 mai 2014 à 19 h 56 min
      Permalink

      Le livre en tant qu’objet est sympa effectivement (même si j’ai relevé pas mal de fautes et coquilles dans le texte).

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

e10536e4ffd5e28f9dd71b1f30209e7e==