Les Fausses bonnes questions, Tome 1 : Mais qui cela peut-il être à cette heure ? de Lemony SNICKET

les fausses bonnes questions 1 lemony snicketLes Fausses bonnes questions, Tome 1 :
Mais qui cela peut-il être à cette heure ?
de Lemony SNICKET

Nathan,
2014, p. 250

Première Publication : 2012

Pour l’acheter : Les Fausses bonnes questions, T. 1

Lemony Snicket est le pseudonyme utilisé par l’écrivain Daniel Handler pour rédiger sa série de livres Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire. Lemony Snicket est également l’un des personnages principaux de l’intrigue de la série, en tant que narrateur omniscient et intégré au récit. Son passé et son implication dans l’histoire sont révélés progressivement au fil des treize tomes.

A Series of Unfortunate Events, Book 3 

♣ ♣ ♣

Avant de considérer lire « Qui cela peut-il être à cette heure ? », posez vous ces questions :
1- Êtes vous curieux de savoir ce qu’il s’est passé dans une ville en bord de mer qui n’est maintenant plus en bord de mer ?
2- Voulez-vous en savoir plus à propos de cet objet volé qui n’a pas été volé du tout ?
3- Pensez vous vraiment que ça vous concerne de quelque façon ? Pourquoi ? Quelle genre de personne êtes-vous ? Êtes vous sûr ?
4- Qui est donc cette personne derrière vous ?

 

Connu pour ses Désastreuses aventures des Orphelins Baudelaire, Lemony Snicket nous revient ici avec une nouvelle série pour la jeunesse. J’ai aimé les premiers tomes mettant en scène Violette, Klaus et Prunille (il faudrait d’ailleurs que je me procure et lise la suite), j’espérais donc retrouver le même plaisir avec ce nouveau héros… mais je suis mitigée.
Si – contrairement à beaucoup de lecteurs -, j’ai savouré l’humour très particulier de Lemony Snicket, j’ai en revanche eu moins d’affinités avec l’intrigue et les personnages qu’il présente ici.

L’aventure s’ouvre très étrangement dans le café d’une gare. Un jeune garçon de 13 ans, Lemony Snicket, est assis à une table avec deux adultes que l’on imagine être ses parents. Feignant une envie pressante, il s’éclipse aux toilettes… et prend la poudre d’escampette par la petite fenêtre. Dans la rue, il retrouve son nouveau mentor, une jeune femme détective privée sûre d’elle mais aux résultats catastrophiques. Tous deux partent en mission dans une petite ville anciennement située en bord de mer (l’eau salée a disparu), ils doivent retrouver une étrange statuette volée dans la bibliothèque d’un manoir…

lemony-snicket-fausses-bonnes-questions-plancheAu fil de l’enquête, Lemony prend les choses en mains (son mentor semblant totalement incapable d’avoir la moindre bonne idée) et va de rencontre loufoque en rencontre loufoque. A vrai dire, j’ai eu un peu de mal à accrocher aux différents protagonistes. Complètement décalés, on peine à les visualiser. Le héros de 13 ans et les autres préadolescent(e)s qu’il rencontre, sont au cœur de l’intrigue. Ce ne sont pas les premiers jeunes héros que l’on suit dans un livre mais là, on a comme l’impression qu’ils prennent la place des « grands ». Alors certes, Lemony Snicket utilisait déjà cette « inversion » dans Les Orphelins Baudelaire, mais ici, le sentiment de se retrouver dans un monde peuplé d’adultes complètement incapables prend vraiment le pas. Les enfants semblent êtres les seuls maîtres de la situation et ça en devient presque dérangeant. Je ne sais pas si je suis très claire.
Cela dit, le processus n’est pas sans intérêt et parlera très certainement aux jeunes lecteurs qui seront ravis de constater que des personnages de leur âge peuvent mener des enquêtes… et surtout les résoudre !

L’auteur m’était toujours apparu comme une personnalité excentrique et il confirme ici son goût pour le « bizarre ». Les personnages sont décalés, l’enquête en elle-même est étrange… et le contexte porte définitivement la marque particulière de Lemony Snicket. L’auteur ne pouvait placer son aventure que dans une petite ville mystérieuse, anciennement au bord de l’eau, qui semble contenir uniquement un hôtel, une bibliothèque, un café, une boîte aux lettres et trois ou quatre baraques isolées et défraichies.
Il ne s’embarrasse pas de détails encombrant et propose quelque chose de très visuel. On pourrait presque s’amuser à créer un décor en carton pour illustrer ce premier volet.

L’autre force de ce premier tome et de l’auteur de façon générale, c’est son style. J’ai lu pas mal de chroniques insistant sur l’humour très bizarre de Lemony Snicket et sur la difficulté d’y adhérer. De mon côté, j’apprécie le lien qu’il créé avec ses lecteurs en proposant une sorte d’interaction avec eux. Entre courtes descriptions et répliques percutantes, les jeux de mots sont nombreux. Ce n’est pas conventionnel, l’auteur est connu pour sa plume décalée… on accroche ou pas. Je pense que c’est quitte ou double.
A noter que pour les plus jeunes lecteurs, outre des chapitres courts et une police de texte assez aérée, plusieurs illustrations en plein page sont disséminées régulièrement dans le texte. Nul doute qu’elles sauront être appréciées.

Malgré un contexte visuel et un humour intéressants, j’ai eu du mal à entrer dans l’histoire. Lemony Snicket plonge directement le lecteur au cœur de l’action sans aucune explication. On a beau attendre des éclaircissements, ils n’arrivent pas. L’enquête est sympathique et assez mystérieuse pour nous pousser à tourner les pages mais… je suis restée trop extérieur à cette aventure pour envisager de me lancer dans la suite. Un premier tome à conseiller aux jeunes lecteurs, en priorité.

Merci à Nathan pour la découverte…

7 pensées sur “Les Fausses bonnes questions, Tome 1 : Mais qui cela peut-il être à cette heure ? de Lemony SNICKET

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

589ae229d780028706dffd65355fc770;;;;;;;;;;;;;;