Orianor, Tome 3 : La Citadelle de Céless de Jean AVRIL

Orianor_Ep3 jean avril cima editions
Orianor, Tome 3 :
La Citadelle de Céless
de Jean AVRIL
Cima Editions,
2013, p. 110

Première Publication : 2013

Pour l’acheter : Orianor, Tome 3

 

Écrivain, designer graphique, fermier, jardinier, un peu philosophe… Jean Avril se laisse difficilement cerner par ces choses qu’on appelle « les catégories ». La meilleure façon de le connaître reste encore de lire ses livres.
Le Site

Tome 1
Tome 2

 

 

Uriss poursuit son voyage sur le chemin fragile de sa mémoire, jusqu’aux évènements les plus difficiles de sa vie. Cela réveille les démons endormis… en sortira-t-il indemne?
Poursuivant leur route, Kahel et Blanc atteignent un des lieux les plus illustres d’Orianor : la Citadelle de Céless, cœur de la résistance humaine depuis des millénaires. L’ivatari et l’enfant trouveront-ils enfin le repos, après les années sombres du siège de Rihel?
Loin de la citadelle légendaire, Jad, Iridia et Raygone tentent quant à eux de retrouver leur chemin à travers les monts sauvages. Cela les mènera à des endroits étonnants…

 

Après deux premiers épisodes prometteurs, je continue ma traversée du monde d’Orianor dans ce troisième opus qui approfondit certains points. L’action n’est toujours pas ce qui prime dans cette centaine de pages, cependant l’intrigue avance, doucement mais surement ! Je ne sais pas combien d’épisodes nous réserve l’auteur mais vu la richesse du monde mis en place, il y a de quoi faire !

La Citadelle de Céless fait directement suite au tome précédent et démarre donc avec la même configuration : les trois groupes de personnages chacun de leur côté, suivant chacun leur destin.
Grâce à Kahel et au jeune Blanc, le lecteur peut mettre des images sur la belle ville de Céless et rencontre le couple de dirigeants. Les trois jeunes voyageurs Iridia, Jad et Raygone continue leur chemin jusqu’à Céless mais avant de pouvoir retrouver Kahel et Blanc, ils vont devoir vivre quelques nouvelles aventures. Enfin, Uriss – le roi déchu – toujours lié par des chaînes au traitre Kaïn, toujours esclave de ses ennemis les rakhanes, persiste à se remémorer sa vie d’avant pour ne pas s’oublier.

Même si la découverte de la dernière cité humaine – Céless – est très imagée et donc agréable, j’avoue que c’est le duo formé par l’Ivatari et l’enfant qui m’a le moins enthousiasmée et marquée. En revanche, j’ai aimé suivre le trio de jeunes héros sur le chemin de la citadelle et notamment leur nuit agitée dans des ruines bien particulières. Il me semble que c’est ce passage bien précis qui m’a le plus transportée dans l’aventure et, à mon sens, c’est également sur ces quelques paragraphes que le talent descriptif de Jean Avril se révèle. Mon cerveau n’a eu aucun mal à imaginer les pierres brisées, les ombres menaçantes et les bruits inquiétants. Quant aux souvenirs d’Uriss qui m’avaient déjà beaucoup plu dans l’opus précédent, je persiste et signe : j’apprécie vraiment d’en apprendre davantage sur le passé de ce roi déchu et notamment sur sa relation avec Kaïn. Le lecteur récupère de plus en plus d’éléments au fil des flash back et le passé jusqu’alors flou et squelettique de ces personnages s’éclaircit et s’épaissit de plus en plus. Jean Avril laisse un peu de côté les actions systématiques pour se pencher davantage sur ses personnages et ça me plaît.

Pour le moment, Uriss est celui qui bénéficie du plus gros travail (et c’est réussi !) mais j’espère que par la suite, il en sera de même pour les autres figures (notamment les trois jeunes voyageurs) car il me manque un peu de matière pour pouvoir m’attacher vraiment à eux. Je sens qu’ils ont du potentiel puisqu’il semble assez évident que l’auteur a parfaitement pensé son univers et les personnages qui y évoluent… alors j’en voudrais plus !

Je ne sais pas trop ce que nous réservent les épisodes suivants… l’étau se resserre autour de la citadelle de Céless. Les rakhanes vont-ils réussir à envahir le dernier bastion humain du monde d’Orianor ? Uriss réussira-t-il à s’échapper de sa prison noire et surtout, parviendra-t-il à se défaire de Kaïn auquel il est enchaîné ? Il me tarde d’en savoir plus !

Le concept du roman-feuilletons est particulièrement addictif car bien maîtrisé par Jean Avril. L’auteur n’en dit jamais trop ni pas assez. Il prend son temps, pose bien l’univers qu’il a travaillé avec soin. Malgré tout, ne pas pouvoir découvrir l’histoire de A à Z d’une traite possède un côté frustrant avec lequel il faut savoir composer. Le lecteur a le temps de digérer chaque information entre la sortie de chaque épisode… mais je pense que je me ferai un plaisir de tout relire, du début à la fin, lorsque tous les tomes seront sortis !

Un tome qui confirme la richesse du monde créé par l’auteur et la complexité de ses figures. L’action n’est pas encore véritablement lancée, mais ça ne saurait tarder… et lorsque ce sera le cas, le lecteur se sera tellement attaché aux personnages et au décor qu’il connaîtra bien, que les scènes seront bien plus percutantes !

 

Merci à Jean Avril pour cette nouvelle aventure…

 

6 pensées sur “Orianor, Tome 3 : La Citadelle de Céless de Jean AVRIL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2180448aea6c2a43200bdc56c3e2a53a++++++++++++++++++++++++++++++