Les Haut Conteurs, Tome 1 : La Voix des Rois de Olivier PERU et Patrick MCSPARE

les haut conteurs 1 la voix des rois oliver peru patrick mcspare
Les Haut Conteurs, Tome 1 :

La Voix des Rois
de Olivier PERU
et Patrick MCSPARE
Scrineo Jeunesse,
2010, p. 315

Première Publication : 2010

Pour l’acheter : Les Haut Conteurs, Tome 1

Olivier Peru est un romancier, illustrateur, scénariste et dessinateur de bande dessinée, né à Montpellier en 1977.

Patrick McSpare (de son vrai nom Patrice Lesparre) est un écrivain, également scénariste et dessinateur de bande dessinée, qui vit dans le Sud-Ouest de la France.

♣ ♣ ♣

1190, Tewkesburry, royaume d’Angleterre. A treize ans, Roland ne rêve que de voyages, de chevalerie et d’aventures. Seulement ses parents ont besoin de lui pour tenir l’auberge familiale. Il ne connait le monde que par les gens de passage, et son meilleur ami, l’ennui, semble bien décidé à lui gâcher son existence.
La venue d’un Haut-Conteur au village va tout changer. Le prestigieux chasseur d’histoires et d’énigmes enquête sur les mystères de la forêt de Dean et sur les goules qui s’y cachent. Il ne craint pas les croque-cadavres et s’enfonce seul dans les ténèbres, nuit après nuit… mais un matin, il ne revient pas.
L’histoire a-t-elle mangé celui qui aurait dû la raconter ? C’est ce que va tâcher de découvrir Roland… et peut-être deviendra-t-il lui-même Haut-Conteur ?

Depuis ma lecture de Druide en 2011 et mes rencontres avec l’auteur lors des deux derniers numéros des Imaginales, Olivier (Oliver pour signer ses romans) Peru est devenu l’une de ces personnalités-chouchou que je prends plaisir à suivre.
J’avais eu des échos plus que positifs concernant cette série jeunesse, convaincue de ses qualités grâce aux chroniques de blogueuses en qui j’ai confiance (Lelf pour ne citer qu’elle). Je me suis lancée sans trop savoir à quoi m’attendre du côté de l’intrigue, seulement désireuse de passer un agréable moment.
Pas de coup de cœur pour moi mais un indéniable plaisir de lecture qui me pousse à me procurer la suite dès que possible (aux Imaginales 2014 ?).

olivier peru patrick mcspare dédicacesJ’ai senti dès les premières pages comme une impression familière, me souvenant de ma lecture des deux premiers tomes de la saga de L’Epouvanteur proposée par Joseph Delaney, saga que j’avais alors grandement appréciée. Ici aussi il est question d’un jeune adolescent (13 ans) qui quitte sa famille et son avenir tout tracé pour suivre un « maître » qui lui apprendra son futur « métier ».
Entre les mains d’Olivier Peru et Patrick McSpare, le déclencheur semble plutôt fortuit (c’est la mort d’un Haut Conteur qui entraîne l’apprentissage de Roland) et chamboule complètement le quotidien du jeune héros. Lui qui rêvait de quitter les corvées de l’auberge familiale pour vivre de grandes aventures, il va être servi ! Embarqué dans la résolution du meurtre du Haut Conteur auprès d’un autre membre de l’Ordre, Roland va faire ses classes et découvrir que derrière de simples superstitions se cachent parfois (souvent) de terrifiantes réalités.

Ce premier tome est sans conteste une quête initiatique introductive dont le jeune Roland est le héros. Entre monde de l’enfance et monde adulte, le héros vacille et le texte aussi, s’assombrissant de page en page. Roland Cœur de Lion grandit spectaculairement et s’il n’incarne pas le personnage principal parfait, il est agréable à suivre. Il reste malgré tout très jeune (13 ans, je le rappelle) pour me toucher véritablement mais séduira davantage les jeunes adolescents rêvant d’aventures.

Cette aventure identitaire s’inscrit dans une quête plus importante : la recherche d’un grimoire ancien, Le Livre des Peurs. Intimement lié à l’Ordre des Haut Conteurs, celui-ci est une énigme à lui seul et est convoité par de nombreuses personnes plus ou moins bien intentionnées. Au fil des pages, le manuscrit se dévoile et donne une idée de la richesse de l’univers mis en place par Oliver Peru et Patrick McSpare.
Dans une Angleterre de la fin du XIIe siècle très réaliste, les deux auteurs insèrent des éléments légèrement déviants comme si cette saga prenait place dans un monde légèrement parallèle. Point de troubadours ici mais des Haut Conteurs à la cape pourpre qui, grâce à leur voix particulière, sont capables de merveilles. Et là où notre monde s’arrête aux superstitions (quoique… ?), les créatures surnaturelles sont ici monnaie courante (ou du moins le deviennent de plus en plus dans l’entourage de Roland). Attendez-vous à croiser quelques goules et… je n’en dis pas plus. Cette saga se nourrit d’une certaine réalité médiévale et d’un folklore assez universel.

Illus Haut-Conteurs T1 goule BWSi certains points de l’intrigue ne m’ont pas réellement surprise, j’ai dans l’ensemble été bien menée en bateau et ai notamment été surprise par le chemin emprunté par les deux co-auteurs. Le nouvel avenir de Roland annoncé, je croyais que lui et ses compagnons (Mathilde la Patiente) partiraient sur les routes de l’Angleterre, cherchant à résoudre l’affaire.
Alors oui, ils s’attèlent à cette tâche mais ils restent dans un périmètre assez restreint. Le jeune garçon ne quitte donc pas vraiment sa famille mais découvre des lieux familiers sous un jour nouveau. Visites de cimetière, de souterrains, de ferme isolée, de château… l’ambiance reste sombre et médiévale !

L’écriture d’un roman à quatre mains n’est pas toujours une réussite car peut sembler malhabile mais je n’ai pas du tout senti d’incertitudes pendant ma lecture et ai été, au contraire, agréablement entraînée dans cette aventure rythmée et sans temps morts. C’est visuellement fort et donc immersif et les dialogues viennent alléger certaines scènes plus graves et sombres.
C’est accessible aux jeunes lecteurs mais ne tombe pas dans le simplisme qui pourrait rebuter certains adultes. Non, les lecteurs aguerris y trouveront eux aussi leur compte.

Les bases sont posées, le dénouement ne règle pas tout et laisse de nombreuses questions en suspens. Me voilà assez séduite par cette série de fantasy jeunesse pour avoir envie de continuer l’aventure. Je suis sûre que les auteurs me réservent encore de belles surprises et je ne doute pas que Roland gagnera en profondeur avec les années. Un premier tome prometteur !

 

Image : trouvée chez Lyra Sullyvan !

10 pensées sur “Les Haut Conteurs, Tome 1 : La Voix des Rois de Olivier PERU et Patrick MCSPARE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

28f9274d98c05d96681e3e0f9531b872uuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu