Tout blanc de Marie-Sabine ROGER, illustré par Sylvie SERPRIX

tout blanccoupdecoeur

Tout blanc
de Marie-Sabine ROGER,
illustré par Sylvie SERPRIX
Les Albums Casterman,
2013, p. 32

Première Publication : 2013

Pour l’acheter : Tout blanc

Marie-Sabine Roger est une écrivain française née en 1957 à Bordeaux (France). Elle commença à écrire à partir de sa 4ème puis l’écriture devint plus qu’une passion pour elle : un métier. Mais avant de devenir écrivain, Marie-Sabine Roger fut institutrice de maternelle.

Sylvie Serprix se partage entre la peinture et l’illustration, les deux se rejoignant souvent. Après ses études à l’ESAG, elle se lance dans le dessin documentaire mais réalise aussi des sites web. En 2002, elle commence à se consacrer à l’illustration pour les éditions (couvertures, romans, albums, contes), mais aussi pour la presse. Enfin, Sylvie Serprix réalise régulièrement des illustrations pour des structures à vocation culturelle (Rencontres Musicales d’Evian, Théâtre de l’Aiguillon, Théatre du Nord-Ouest, Théâtre du Petit Parmentier…). Elle vit et travaille à Paris, qu’elle aime particulièrement sous la pluie…

Cette nuit la neige est tombée.
Le monde est devenu tout blanc.
Je tends l’oreille et j’écoute l’hiver.
Moi, je ne bouge pas.

L’année dernière, bossant dans la BCD d’une école maternelle et primaire, j’avais quotidiennement l’occasion de lire des albums pour les enfants. Travaillant aujourd’hui dans une bibliothèque universitaire, j’avoue que cette habitude me manque grandement. Ainsi, lorsque j’ai aperçu cet ouvrage dans la liste de diffusion de Casterman, je n’ai pas hésité longtemps… et j’ai bien fait !
De mon point de vue d’adulte, cet album est à la fois un bel objet-livre mais aussi une jolie histoire. Je n’avais pas prêté une grande attention au résumé, attirée par les illustrations et j’ai donc découvert avec surprise, au fil des pages, quel est le narrateur de cette petite aventure.

Dès la première page, le ton est donné : l’histoire se déroule au cœur de l’hiver. Les paysages sont recouverts de neige, donc… tout blanc. Grâce aux magnifiques illustrations en pleine page qui m’ont grandement fait penser aux peintures impressionnistes, l’immersion au cœur de la saison est complète. Nos sens sont activés grâce au texte de Marie-Sabine Roger, l’occasion pour les adultes de revenir sur les couleurs que l’on peut voir en hiver (le blanc de la neige qui recouvre tout et donne l’impression que tout se confond, le vert des sapins à la montagne…), sur les sensations que l’on peut avoir (le froid de la neige qui tombe et du vent qui souffle), sur les bruits que l’on peut entendre (le craquement de la poudrière fraiche lorsque l’on marche).

Derrière cette histoire que l’on peut parcourir simplement pour le plaisir et le divertissement, on peut aussi trouver d’autres thèmes à aborder avec les enfants : d’où vient la neige ? Quels vêtements porte-t-on en hiver (l’auteure énonce quelques termes intéressants : écharpe, cape, parka, moufles…) ? Et l’on peut surtout s’amuser à faire des hypothèses avec les jeunes lecteurs : mais qu’est-ce que c’est que ce point rouge et flou, au loin ? « Est-ce que c’est une fée ? Un petit feu follet ? […] Est-ce que c’est un loup rouge ? Un grand loup dangereux ? Une bête des bois ? »…
On peut aussi tenter de percer le mystère de l’identité du narrateur : qui est donc ce « je », perdu dans la neige, immobile et terrorisé par l’apparition ? Et que va-t-il lui arriver ?
Enfin, et par association d’idées, on peut peut-être demander aux plus jeunes de trouver un conte qui utilise le rouge et le loup… non ? L’occasion de le faire découvrir aux plus jeunes et de faire travailler les références des enfants un peu plus âgés.

Les belles illustrations s’étalent sur les pages entières. Le blanc et le froid de la neige font place, dans les dernières pages, au rouge et à la chaleur du feu dans la cheminée. Au début floues, les figures de l’histoire se rapprochent du lecteur et deviennent de plus en plus nettes, jusqu’au gros plan et la découverte du visage du narrateur… qui comblera les plus jeunes !
Ces belles peintures accompagnent un texte court mais pertinent. Les phrases descriptives sont brèves, remplies de vocabulaire intéressant (comme je vous l’expliquais plus haut). La narration se fait donc à la première personne du singulier : le narrateur nous explique ce qu’il voit, et ce qu’il ressent, immobile sous la neige de l’hiver qui ne cesse de tomber. Si les illustrations n’avaient pas été là, le lecteur n’aurait eu aucun mal à s’imaginer les scènes et à faire appel à ses sens, l’ensemble est très visuel. Lié aux images de Sylvie Serprix, le texte est carrément percutant.

sylvie serprix tout blanc

Vous l’aurez compris, j’ai aimé ce bel album. Joli livre par bien des aspects (le format, la qualité des feuillets, des illustrations et des couleurs), mais aussi album qui permettra des échanges avec les plus jeunes, je pense. Enseignants et parents pourront l’utiliser comme base pour parler de l’hiver, des vêtements que l’on porte à cette occasion, des couleurs que l’on voit à cette saison… et également lancer des petites hypothèses au sujet de l’identité du narrateur et de la nature de la tache rouge qui apparait dans le paysage… Ludique et instructif, j’adhère ! Je suis donc persuadée que Tout blanc ravira petits et grands !

Un grand merci à Casterman pour ce beau moment !

Une pensée sur “Tout blanc de Marie-Sabine ROGER, illustré par Sylvie SERPRIX

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8ca35bee1bab6bc428c8a3b90c9e5b77___________