Mort sur le Nil de Agatha CHRISTIE

mort sur le nilMort sur le Nil
de Agatha CHRISTIE

Le Masque,
1992, p. 320

Première Publication : 1937

Pour l’acheter : Mort sur le Nil

Agatha Christie (1890-1976) est la reine incontestée du roman policier classique. Elle publie son premier roman en 1920 et sa prodigieuse production littéraire fait d’elle l’un des auteurs les plus lus à travers le monde.

Quoi de plus reposant et tranquille qu’une croisière sur le Nil ? Sauf quand on retrouve à bord le corps de Linnet Ridgeway tuée d’une balle dans la tête. Linnet avait tout pour elle, jeunesse, beauté, richesse… tout jusqu’à ce qu’elle perde la vie !
Parmi les passagers, tous sous le choc d’une telle découverte, se trouve Hercule Poirot, le célèbre détective belge. Et voilà que justement il se rappelle avoir entendu un homme dire au sujet de la victime : « Je poserai bien mon pistolet contre sa tempe et j’appuierai sur la gâchette ! »
Mais cette déclaration, si elle n’est pas anodine, ne fait pas forcément de vous le coupable idéal.

Alors que j’avais prévu un petit planning pour cet été, quelques titres inattendus se sont glissés dans mes lectures… Mort sur le Nil fait partie de ceux-là ! Avec plus de 80 textes à son actif, Agatha Christie a été plus que prolixe… et je suis loin d’avoir tout découvert puisque je crois que je n’ai lu, jusque là, que… quatre de ses romans ! Je sais ce qu’il me reste à faire…
L’auteure fait partie de ces valeurs sûres qu’on lit régulièrement et dont on ne se lasse pas. Vous ne savez pas quoi lire ? Vous avez une panne de lecture ? Vous n’avez pas le moral ? Allez, un petit Agatha Christie (avec une tasse de thé ! Héhé !) !
Mort sur le Nil ne détrône pas Les Dix petits nègres car je l’ai trouvé moins étonnant, j’ai été moins surprise par la résolution de l’affaire. Malgré tout, cela reste une enquête menée de main de maître par le célèbre Hercule Poirot !

Ce qui m’a surprise dans cette histoire, c’est que le meurtre (et donc l’enquête à proprement parler) ne commence qu’après une grosse centaine de pages. Le lecteur ne s’ennuie pas pour autant, puisqu’il profite de ce premier gros tiers du texte pour bien entrer dans l’histoire, pour s’approprier les lieux du crime et surtout, pour faire connaissance avec les nombreux personnages.
Parce qu’une des spécialités d’Agatha Christie, c’est de mettre en scène une enquête dans un endroit fermé (un huis clos) où évoluent une bonne dizaine de personnages qui pourraient tous, potentiellement, être le coupable. On pourrait appréhender le nombre et se dire, en parcourant les premières pages, qu’on arrivera jamais à reconnaitre qui est qui et quel est son rôle précis dans l’intrigue… mais c’est là que le génie de l’anglaise intervient puisque, malgré la quantité de figures, parvient à les rendre toutes uniques, sans non plus tomber dans le cliché. Bien sûr, chacune est visuellement et socialement reconnaissable (on lie très vite des adjectifs et caractéristiques à chaque patronyme) mais, je trouve qu’on ne tombe jamais dans le trop manichéen.

C’est donc après nous avoir minutieusement présenté les personnages ayant embarqué sur ce bateau de croisière remontant le Nil, qu’Agatha Christie place l’instant clef. De ce fait, lorsqu’Hercule Poirot commence à mener l’enquête, le lecteur peut, ayant autant de cartes en main que lui, tenter de résoudre l’affaire à ses côtés. Les interrogatoires se succèdent dans ce huis clos, apportant tour à tour de nouvelles informations, de nouveaux indices… et de nouvelles questions relatives à des « affaires secondaires ». Finalement, tout le monde possède des alibis mais également un mobile pour expliquer le crime. Alors qui est derrière tout ça ?

death on the nile 1978Malgré toutes les pièces du puzzle sous nos yeux, difficile de résoudre le mystère. Ce que j’aime particulièrement lorsque je lis Agatha Christie, c’est que tout s’explique simplement, par la logique… encore fallait-il y penser en remettant les indices dans l’ordre !
Pourtant, ici et contrairement aux trois autres livres de la Dame déjà lus, j’avais une idée du nom du coupable très rapidement et évidemment, du mobile qui allait avec. Soit mon esprit s’aiguise, soit le mystère est moins grand dans cette Mort sur le Nil… En revanche, comme d’habitude, je n’avais aucune idée du comment l’assassin avait pu en arriver là malgré son alibi imparable !
Et ce n’est que dans les toutes dernières pages que la révélation tombe et qu’Hercule Poirot résout l’intrigue principale (ainsi que les petites histoires secondaires). Toujours très fort ce détective belge !

Difficile de vous en dire plus sans reprendre la quatrième de couverture qui est déjà bien assez explicite… et sans vous révéler plus de choses qu’il n’en faudrait ! Je finirai donc en insistant sur le fait que, malgré la relative complexité qui peut transparaitre d’une enquête proposée par Agatha Christie (notamment dans le nombre toujours assez élevé de personnages et de liens qui unissent chacun d’entre eux… révélant souvent des affaires secondaires !), Mort sur le Nil, comme ses autres romans, se dévore !
Les chapitres sont courts (ce titre en comporte 31 pour 320 pages dans cette ancienne édition du Masque en poche) et chacun apporte son lot de révélations… et de nouvelles questions ! On en lit donc un et l’on se sent obligés d’en lire encore un, oh et puis encore un… et ainsi de suite ! Les pages défilent très rapidement, notre cerveau se met en route, on pèse les indices, on tente des hypothèses… mais rien à faire, il faut aller jusqu’au bout, jusqu’à la toute dernière page, pour avoir le fin mot de l’histoire et toute l’explication – toujours donnée avec théâtralité – par Monsieur Poirot !
L’histoire est surtout constituée de dialogues (très souvent savoureux et toujours plein d’indices !) mais pourtant, les descriptions plus rares suffisent à poser le décor et l’atmosphère qui serviront le lieu du crime et l’enquête qui suivra.

Avec peu de mots (les romans sont plutôt courts), Agatha Christie parvient sans peine à nous offrir des intrigues qui tiennent la route de A à Z. Dialogues et descriptions sont si bien dosés qu’on parvient à se retrouver sans peine dans une enquête qui met pourtant en scène une dizaine de personnages et leurs relations souvent inextricablement entremêlées. Pour réfléchir, mais aussi pour se détendre et être sûr de passer un excellent moment… testez un Agatha Christie, c’est toujours très habilement mené !

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=irRY6mEaQzg&w=560&h=315]

 

Image : Affiche du film de 1978. Je n’ai vu ni cette adaptation, ni celle de 2004 (cf la vidéo).

 

Une pensée sur “Mort sur le Nil de Agatha CHRISTIE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

96c0d6eaba73565b0d81c3fa046f3d19JJJJJJJJJJ