Sea, sex… & Sean de Cathy YARDLEY

sea, sex and sean yardley
Sea, sex… & Sean
de Cathy YARDLEY
Harlequin (Red Dress Ink),
2013, p. 371

Première Publication : 2005

Pour l’acheter : Sea, sex… & Sean

Diplômée d’histoire de l’art, Cathy Yardley se plait à dire que sa carrière d’écrivain a été une surprise totale ! Après une entrée en fanfare dans la collection Red Dress Ink avec Aller simple pour Los Angeles, elle revient avec une histoire de Californienne délurée juste comme on les aime.

 

Toute Californienne digne de ce nom sait tenir sur une planche de surf. Sauf moi, Allison Robbins ! Le seul truc sur lequel j’ose tester mon équilibre, ce sont mes stilettos. Normal : mon trip c’est plutôt réunions à rallonge et pause café express. Je ne vous raconte pas le stress ! Jusqu’au jour où j’ai eu une crise d’angoisse en plein milieu d’une présentation. Résultat : mon boss m’a mise au repos forcé et mon médecin m’a prescrit… des séances de surf. Rien de tel pour se détendre, a-t-il assuré. Se détendre ? Facile à dire quand le moniteur est un grand blond aux yeux verts et au physique de demi-dieu ! Sean – c’est le prénom du demi-dieu – a beau être ultra zen, il met en surchauffe tous mes capteurs sensoriels. Pas besoin de vous faire un dessin : je suis amoureuse. A votre avis, est-ce que la reine des plannings serrés et des pronostics de résultats, bref une fille comme moi, a des chances d’intéresser un mec aussi cool que Sean ? En tout cas, je tente ma chance !

Lorsque j’ai découvert cet ouvrage dans l’enveloppe envoyée par la maison, je dois avouer que j’étais plus que sceptique. Je ne suis pas une grande lectrice de chick-lit, genre que j’apprécie généralement assez peu car je trouve les héroïnes souvent cruches et inintéressantes, plus passionnées par leurs nouveaux escarpins que par la dernière analyse d’un historien d’art… Et moi j’aime pas les escarpins ! Bref.
Quand j’ai lu le titre et vu l’illustration de couverture (jolie mais typiquement girly), je me suis dit que ça partait très très mal. Mais l’été étant là, j’ai fait une entorse à mes habitudes… et j’ai passé un excellent moment ! Je me suis surprise à adorer Allison l’héroïne (en laquelle je me suis beaucoup reconnue) et j’avoue bien volontiers que, littérairement parlant, c’est beaucoup mieux que ce à quoi je m’attendais ! Je pense que j’aurai dorénavant beaucoup moins d’appréhension à ouvrir un livre de la collection Red Dress Ink et me tournerai volontiers vers elle, à l’occasion !

CathyYardleyJe redoutais de tomber sur une héroïne matérialiste, stupide et plus intéressée par la mode que par la paix dans le monde… et je me suis finalement énormément attachée à Ally. Deuxième fille d’une fratrie de trois, la presque trentenaire veut à tout prix décrocher sa promotion avant la dizaine fatidique, persuadée qu’ainsi, ses bourreaux de travail de parents seront enfin fiers d’elle… alors elle ne se ménage pas ! Journées de boulot interminables, heures supplémentaires quotidiennes… et du stress, du stress, du stress ! Parce que la vie d’une working girl est loin d’être idéale et qu’il est difficile de jongler entre la carrière (les collègues et patrons ne font aucun cadeau) et la vie privée (encore faut-il avoir le temps d’en avoir une !). Après une réunion encore plus stressante que d’habitude, Allison est à bout, elle craque… et finit aux urgences.
Refusant les médicaments proposés par le médecin pour lutter contre ses crises de panique, elle n’a pas d’autres choix que de trouver un hobby pour se détendre. Après un essai en peinture, poterie et danse du ventre, elle est bien obligée de se rendre à l’évidence : elle est nulle ! Et bien loin de la détendre, ces activités dans lesquelles elle n’excelle pas et se rend ridicule… la font encore plus stresser !
Elle tente alors le tout pour le tout en franchissant la porte d’une vieille boutique de surf (bien cotée sur internet) et se heurte pour la première fois à Sean, surfeur trentenaire cool et détendu qui refuse de servir cette femme d’affaires sous prétexte qu’elle n’a pas le bon état d’esprit pour faire du surf. Notre héroïne va insister et va avoir gain de cause…
Ce sera l’occasion, pour les deux héros, d’aller un peu plus loin que leurs préjugés et de découvrir des personnalités plus complexes que « la working girl overbookée et imbuvable » et « le beau gosse surfeur tellement détendu qu’il semble sans avenir ». Ces deux figures opposées vont compter l’une sur l’autre à un moment clef de leur vie, malgré toutes les difficultés rencontrées.

Je vous le disais plus haut, j’ai adoré Allison car je me suis beaucoup reconnue en elle. Je trouve que Cathy Yardley nous offre-là une figure très actuelle avec des problématiques très contemporaines. Ce n’est en effet un secret pour personne que le travail à un certain niveau peut être très stressant et qu’il peut être carrément source de problèmes pour les femmes qui souhaitent occuper un poste à hautes responsabilités. Outre sa situation, c’est surtout le caractère de notre héroïne qui m’a plu et m’a parlé. Très perfectionniste et exigeante avec elle-même, elle se met un stress supplémentaire dans toutes les situations du quotidien et ne sait pas lâcher prise. Me reconnaissant parfaitement dans cette description, je ne pouvais qu’apprécier suivre la demoiselle.
Heureusement, le beau surfeur Sean va l’aider à lâcher prise en lui prouvant que le travail ne fait pas tout et qu’il vaut mieux accepter le fait de ne pas pouvoir maîtriser toutes les situations. Sous ses airs de gamin zen, Sean se révèle être bien plus que ça et a, lui aussi, quelques problèmes d’ordre professionnel à régler. Il serait peut-être bon d’avancer et de lâcher une situation de facilité qu’il entretient depuis seize ans !

Sous des airs de romance légère, Cathy Yardley revient sur des problèmes du quotidien : gérer vie professionnelle vs vie privée (surtout en tant que femme moderne), choisir entre le travail désagréable bien payé et la passion qui ne rapporte rien… Même si je ne suis ni working girl dans une agence de pub, ni surfeuse californienne, ces thèmes m’ont parlé et trouveront un écho chez bon nombre de lectrices, je pense !
Côté romance non, c’est finalement assez banal. On sait dès le début comment ça va se terminer et l’on se doute des obstacles que le couple devra franchir… mais malgré tout, on tourne les pages avec plaisir et intérêt, tour à tour heureux et exaspéré par les scènes entre les deux héros. Il n’y a pas énormément de rebondissements surprenants mais les situations successives sont bien menées et mettent en scène des figures secondaires intéressantes. Celles-ci ont leur importance pour l’intrigue et m’ont plus ou moins plu… avec un petit coup de cœur pour Claire, la vieille tante BCBG d’Allison qui, sous des airs stricts, n’est pas née de la dernière pluie !

surf girl school cathy yardleyLes chapitres courts s’enchainent, les pages se tournent, Ally et Sean se séparent et se réconcilient, font des choix pas toujours judicieux… Le rythme est bon et j’ai trouvé l’intrigue bien ficelée (enfin, tout est relatif, ce n’est pas non plus un Agatha Christie, soyons clairs !)… mais la brièveté du dénouement m’a un peu déconcertée. Je suis d’accord pour dire qu’il n’y avait pas grand-chose de plus à ajouter mais j’ai tout de même trouvé la fin précipitée et je n’aurais pas été contre 20 ou 30 pages de plus en compagnie des deux héros.

Quand on pense à Harlequin, on pense généralement aux scènes de sexe un peu kitsch… mais ici, rien de tel ! Alors oui, il doit y avoir une ou deux scènes un peu plus intimes pas forcément hyper bien menées (il faut un sacré talent pour offrir des scènes du genre qui ne virent pas au ridicule) mais je les ai trouvées peu présentes et finalement assez peu importantes par rapport au reste, donc elles ne m’ont absolument pas gênée.
En revanche, j’ai trouvé le texte, en général, assez bien écrit. Ce n’est évidemment pas de la grande littérature et on est loin d’une richesse de vocabulaire et de style à la Jane Austen, mais c’est tout à fait acceptable et agréable à lire. Côté dialogues/descriptions, là aussi c’est pas mal et bien mené. Une bonne surprise que celle de la forme !

Je partais avec des a priori négatifs, persuadée que je n’allais apprécier ni l’héroïne ni l’intrigue… et me voilà finalement conquise par les deux ! Allison m’a plus de A à Z, j’ai apprécié tous les thèmes abordés par Cathy Yardley derrière l’histoire d’amour et même celle-ci m’a semblé crédible ! J’ai, qui plus est, été agréablement surprise par la qualité du texte (les Harlequin n’étant pas vraiment connus pour leurs qualités littéraires) et si le dénouement ne m’avait pas paru si précipité, j’aurais fait de cette lecture un coup de cœur ! J’ai ouvert l’ouvrage à reculons… je l’ai presque refermé avec regret !

Merci à Harlequin pour la découverte !

 

12 pensées sur “Sea, sex… & Sean de Cathy YARDLEY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0afadcc71931042656a90dfea2f11eb29999999