Le Requiem d'un Soupir de Tiffany SCHNEUWLY

le requiem d'un soupir
Le Requiem d’un Soupir
de Tiffany SCHNEUWLY
Val Sombre Editions
2012, p. 189

Première Publication : 2011

Pour l’acheter : Le Requiem d’un Soupir

 

Tiffany Schneuwly est une auteure fribourgeoise. Elle écrit depuis son plus jeune âge. Elle participe à plusieurs concours littéraires régionaux. Elle décide alors d’aller plus loin en envoyant sa toute première histoire à des maisons d’éditions. Et c’est ainsi que l’aventure commence…

Son Site

 

♣ ♣ ♣

Une inspiration…une expiration…un soupir…
La vie de Mercedes se résume à cela. A 19 ans, elle souffre d’un asthme sévère et ne peut profiter de sa vie comme elle le souhaite.
Voyant qu’elle passe à côté de toutes les expériences qu’elle devrait vivre durant son adolescence, une étrange petite fille va venir à sa rencontre afin de lui apprendre à profiter de sa vie.
L’asthme est une maladie commune, mais pas moins grave pour autant. Découvrez l’histoire d’une jeune fille qui se bat pour survivre, pour soupirer son requiem…

C’est en novembre dernier, au salon Fantasy en Beaujolais, que j’ai craqué pour ce court roman, aidée par Magali qui n’a eu de cesse de me tenter… mais je ne regrette pas mon achat car avec cette lecture, j’ai vécu un moment toute en émotion.
Cela dit, si je peux me permettre, je trouve tout de même le prix de l’ouvrage assez élevé pour le nombre de pages (et donc le temps de lecture). Malgré tout, une partie des bénéfices est reversé à la Ligue Pulmonaire Fribourgeoise donc chaque lecteur/acheteur en profite pour faire une bonne action… 😉

Mercedes, jeune fille de 19 ans, est la narratrice principale de ce court roman. Le lecteur suit donc le quotidien de cette lycéenne, quotidien qui pourrait être tout à fait banal si Mercedes n’était pas atteinte d’un asthme sévère qui lui pourrit la vie. Déclenché alors qu’elle n’avait que 14 ans, la maladie l’handicape. Hors de question pour elle de vivre les activités « normales » d’une jeune fille de son âge, la peur de la crise étant trop présente. Et c’est sans compter sur la culpabilité qui lui bouffe la vie car à cause d’elle, ses parents – et notamment sa mère – se font du souci et mettent leur vie en pause. A quoi bon persévérer et s’ouvrir aux autres ? Pourquoi leur infliger ce satané asthme, toujours tapi dans un coin, qui gâchera forcément tout ce qu’ils entreprendront ? Mercedes a fait une croix sur tous les plaisirs de l’adolescence : pas de sorties, peu d’amis et encore moins de petit-ami. Elle ne veut pas être un poids pour les autres, elle a honte.
Et voilà qu’une petite fille étrange entre dans sa vie. Au début soupçonneuse, notre héroïne ne se laissera pas vraiment approcher et puis, au fil des rencontres au coin de la rue, Mercedes finira par accorder sa confiance à la gamine et à écouter ses conseils. Ainsi, grâce à elle, elle tentera de reprendre goût à la vie et laissera ses camarades l’approcher. Elle participera à quelques soirées, prendra plaisir à faire les magasins pour se pomponner et se laissera même séduire par un sympathique jeune homme… en bref : elle connaîtra la vie qu’une jeune fille de 19 ans s’attend à vivre.

Sous des airs un peu « naïfs », cette histoire permet à chaque lecteur de vivre, donc de comprendre et de mettre des mots sur, l’épreuve de l’asthme. Chacun connaît dans son entourage plus ou moins proche, une personne asthmatique ; mais je pense que peu d’entre nous (et je m’inclus dans le lot) se rendent réellement compte des conséquences d’une telle maladie et de la violence de celle-ci. Ayant moi-même des tendances asthmatiques en cas de gros efforts (genre la danse irlandaise… aheum), j’étais à mille lieues d’imaginer les épreuves subies par ceux atteints d’un asthme violent.
Et cette violence, chaque lecteur la ressentira à travers les mots de la narratrice et se trouvera complètement impuissant face aux situations décrites. Tiffany Schneuwly touche par la justesse de ses propos et la lecture devient véritablement émouvante, poignante. L’émotion, c’est la grande force de ce Requiem d’un soupir. J’ai plus d’une fois eu une petite boule dans la gorge et j’ai même failli verser une petite larme, lors de la scène avec le prof de maths et tous les autres élèves.

tiffany schneuwlyEn achetant Le Requiem d’un soupir, je m’attendais presqu’à une histoire fantastique (le livre est d’ailleurs souvent classé dans ce genre sur les bases de données) mais je me suis vite aperçue qu’il n’en était rien. Les touches de fantastique sont vraiment minimes (je pense qu’on peut les attribuer à la présence de la petite fille mystérieuse) et je suis heureuse que Tiffany Schneuwly n’ai pas forcé cet aspect. Elle a seulement voulu « adoucir » la gravité de la situation et de l’histoire de son héroïne en y apportant un élément « surnaturel », mais ce n’est pas ce qu’il faut retenir pour qualifier ce livre. Non, à mon sens, ce petit roman est un vrai roman contemporain, prenant place dans notre société moderne et mettant en scène des personnages – et notamment une héroïne – très actuels. Les thèmes abordés sont ceux généralement propres aux adolescents, ajoutez-y simplement la variante « asthme ». Je ne suis généralement pas friande de littérature contemporaine, préférant largement voyager en imaginaire ou dans le passé… mais Tiffany Schneuwly m’a convaincue ici.

Les chapitres sont courts, offrant ainsi une bonne dynamique de lecture. Le choix de la narration à la première personne du singulier permet au lecteur de se sentir au plus près de l’héroïne et de vivre les scènes fortes avec encore plus d’intensité.
J’ai été surprise par le style, que j’ai pu qualifier de « naïf » dans une vidéo mais pas « naïf » dans un sens péjoratif. Plus dans le sens « candide ». J’ai été un petit peu désappointée au début (j’accorde tout de même pas mal d’importance à la plume) mais finalement, au vu de la personnalité de la narratrice, c’est un bon choix. Mercedes a certes grandi vite à cause de sa maladie, mais elle est également restée, à côté de ça, assez « enfantine » puisqu’elle n’a vécu aucune des situations traversées par les adolescents « normaux ». Un style en accord avec le personnage narrateur, donc.

L’autre élément qui m’a surprise, positivement parlant, c’est le dénouement. Je n’en parlerai que très vaguement pour ne pas vous spoiler et vous gâcher la surprise, mais j’ai été étonnée par la tournure des évènements. Je ne m’attendais pas du tout à ça, mais je suis contente que l’auteure ait osé choisir cette fin qui offre une nouvelle intensité à l’ensemble.

Un roman court mais intense, bourré d’émotions. Le lecteur ne peut que s’attacher à Mercedes, cette jeune héroïne qui, grâce à l’apparition d’une fillette mystérieuse, va reprendre goût à la vie et tenter de dépasser cet asthme qui l’a trop souvent mise à l’écart.

Une pensée sur “Le Requiem d'un Soupir de Tiffany SCHNEUWLY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

c0fd36993454b2c5f6e6e968bf5c5433%%%%%%%%%%%%%%