La Liste de Siobhan VIVIAN

la liste siobhan vivianLa Liste
de Siobhan VIVIAN

Nathan,
2013, p. 406

Première Publication : 2012

Pour l’acheter : La Liste

 

Siobhan Vivian est diplômée de l’écriture de scénarios pour le cinéma et la télévision de l’Université des Arts et titulaire d’un MFA d’écriture créative, littérature jeunesse, de l’Université The New School. Elle enseigne l’écriture de la littérature de jeunesse (Writing Youth Literature) à l’Université de Pittsburgh.

La liste nomme 8 filles chaque année. Les 4 plus belles et les 4 plus laides du lycée. Et si votre nom s’y trouvait ?
Une tradition odieuse sévit au lycée de Mount Washington : tous les ans, une semaine avant le bal de début d’année, une liste est placardée dans les couloirs. Personne ne sait qui établit cette liste. Et personne n’a jamais réussi à empêcher qu’elle soit publiée. Invariablement, chaque année, la plus belle et la plus laide des troisièmes, des secondes, des premières et des terminales sont désignées. 8 filles en tout. 8 filles qui se retrouvent sous les projecteurs impitoyables du lycée. 8 filles qui vont voir leur vie brusquement changer… pour le meilleur ou pour le pire ?

 

Si je lis beaucoup de titres Young Adult à tendance « fantastique », j’en lis peu qui se déroulent dans notre monde bien contemporain. Ayant besoin de changements, La Liste arrivait à point nommé et j’espérais beaucoup de notre rencontre…
Malheureusement, cette histoire d’adolescentes n’a pas su toucher l’ancienne adolescente que je suis. Il y a quelques points positifs, c’est certain ; mais j’ai eu tendance à les oublier, un peu trop obnubilée par les « défauts » de l’ouvrage… à commencer par une traduction qui laisse dangereusement à désirer, à mon goût.

Une liste est éditée au début de chaque année scolaire dans le lycée américain de Mount Washington, elle désigne la plus belle et la plus moche de chaque niveau (de la troisième à la terminale), soit 8 jeunes filles. 8 jeunes filles américaines pour illustrer les angoisses, doutes, intérêts et maux de la jeunesse actuelle… de façon évidemment très clichée.
Ainsi, vous n’éviterez pas le fameux clivage entre lycéennes populaires et élèves impopulaires malheureusement trop célèbre aux Etats-Unis (et souvent mis en scène dans les séries télévisées) et tous les problèmes que semblent contenir le lycée d’une petite bourgade tranquille : la bitch en puissance entourée de sa cour de mini-bitches qui ont peur d’elle, la nouvelle un peu has-been mais attirante, la future Reine de promo absolument parfaite et adulée, la rebelle qui ne veut pas faire comme toutes les autres et s’enlaidit pour faire passer un message hautement philosophique sur l‘importance du physique, l’anorexique isolée, la « garçon manqué » très sportive, la moche tête de turc, la jolie idiote écrasée par l’intelligence de sa grande sœur… tout y passe. Il ne manquait plus que la présidente du club d’abstinence enceinte. Je ne doute pas que ces situations existent et soient le lot quotidien d’un endroit rempli de jeunes adolescents bourrés d’hormones (enfin, surtout aux Etats-Unis)… mais je trouve tout de même qu’on accumule un petit peu trop de clichés en 400 pages.

L’auteure a donc pris le parti d’offrir à chacune de ses huit héroïnes, une histoire un peu choc. A croire que dans ce lycée (ou dans n’importe quel lycée américain), les gens « normaux », ça n’existe pas. Et en misant tout sur un seul trait de caractère particulier, c’est difficile d’arriver à des personnages complexes et bien travaillés. Chacune des filles rencontrées ne se résume donc qu’avec un seul adjectif, celui qui fait toute sa personnalité et surtout, celui qui la place dans la micro-société du lycée et qui définit comment les autres la perçoivent. Je trouve que c’est trop « simpliste », pas assez creusé, trop en surface. L’auteure joue la simplicité et c’est dommage.
De toute façon, choisir de mettre en scène huit jeunes filles avec leur « histoire » respective et donc en faire huit héroïnes dans un si petit roman ; c’était, à mon goût, une mauvaise idée. Il était évident que Siobhan Vivian aurait du mal à nous offrir des personnages complexes en si peu de pages. Je pense qu’il aurait été plus sage de diminuer le nombre de figures principales et de développer ainsi davantage celles restant sur le devant de la scène. Les jeunes filles auraient gagné plus de subtilité, auraient été ainsi plus marquantes et donc, peut-être plus attachantes.
Car malheureusement, de ces huit héroïnes, je ne retiens quasiment rien et ne me suis attachée à aucune. Ou peut-être à Danielle, la « moche » du niveau troisième qui, passionnée par la natation se retrouve avec un corps un peu masculin et en subit les conséquences. J’ai aimé sa personnalité, son évolution… et surtout son pied de nez à ses camarades, à la fin du livre. Les autres m’ont plus ou moins laissée de marbre ou, dans le meilleur des cas, m’ont franchement agacée.

siobhan vivianOn suit toutes ces demoiselles plus ou moins jolies sur moins d’une semaine : du jour de l’affichage de la fameuse liste (le lundi) au grand bal de début d’année (le samedi). Toutes réagissent différemment mais finalement, qu’elles soient blondes, brunes, grandes, petites, minces ou enrobées… elles ne pensent qu’à une seule et futile chose : le bal (et surtout : mais quelle robe mettre ?!). Je sais que les adolescentes ont tendance à être un peu superficielles mais je suis un peu déçue que finalement, derrière une idée qui laissait présager une réflexion sur la « beauté extérieure/intérieure » ; l’auteure choisisse de mettre ce bal en avant. C’est quand même un peu déprimant de constater que les jeunes américaines sont complètement obsédées par cet évènement qui marquera toute leur année. Finalement, je suis contente d’avoir grandi dans un lycée français où la popularité de chacun a beaucoup moins d’incidence sur sa vie scolaire et où la compétition est beaucoup moins mise en avant. Ou alors je suis juste tombée sur un lycée sympa ?
Le but de ce livre semble donc être le grand bal de début d’année mais, une fois celui-ci arrivé… il ne se passe pas grand-chose (pour ne pas dire rien). On a suivi les huit adolescentes pendant toute une semaine pour arriver à ce que j’imaginais être LE moment important de l’intrigue et… le dénouement est brutal (voire bâclé), je n’ai pas eu toutes les clefs pour comprendre ce qui allait se passer pour chacune des filles de la liste… Déçue par ces dernières pages.

Malgré tout, je pense que j’aurais pu prendre tout de même un peu plus de plaisir à cette lecture (qui n’est pas si mauvaise que ça, quand même) si la traduction n’avait pas été si… mauvaise. Je pense que le problème vient de la traduction puisque la langue anglaise me semble moins compliquée au niveau des temps… et c’est vraiment du côté de la concordance des temps que le bât blesse.
Déjà, un récit rédigé au passé composé, ça me gêne. Je sais que ça apporte un côté un peu plus oralisant et dynamique que le passé simple/imparfait mais… Cela dit, certains textes contemporains utilisant cette narration sont bien écrits. J’aurais pu m’y faire ici, si mes cheveux ne s’étaient pas dressés sur ma tête à chaque fois qu’un personnage raconte un évènement passé. Parce que, si je ne dis pas de bêtise (mais je ne crois pas), si la narration principale se fait au passé composé, il faut employer un temps « antérieur » lorsque l’on relate une situation « antérieure » à cette narration… le plus-que-parfait, par exemple. Ce qui n’est pas du tout le cas dans la traduction de La Liste. Ainsi, lorsqu’un personnage nous raconte un évènement antérieur, il reste au passé composé… et j’ai butté à chaque fois. Au bout d’un moment, ça m’agaçait tellement qu’automatiquement, je faisais le changement dans ma tête.
Et n’oublions pas les nombreuses coquilles rencontrées pendant la lecture : l’utilisation du mauvais prénom, le manque fréquent de ponctuation (les phrases ne se terminent plus par des points dorénavant, c’est le vide sidéral). Je suis tatillonne, je sais ; mais venant d’une maison d’édition qui a pignon sur rue, un travail aussi peu professionnel me fait vraiment criser. Je lis des textes de « petites » maisons infiniment plus travaillés, qu’il s’agisse du fond et de la forme. Pourtant, les moyens à disposition sont sans doute moindres…

Je n’ai pas passé un moment totalement désagréable avec cette Liste qui, je pense, saura plaire aux jeunes lecteurs (en plein dans la période difficile de l’adolescence) ; mais les défauts relevés dans cette chronique auront eu raison de mon enthousiasme. Dommage, il y avait de l’idée.

Merci à Nathan pour cette lecture…

17 pensées sur “La Liste de Siobhan VIVIAN

  • 24 janvier 2016 à 20 h 12 min
    Permalink

    Moi aussi j’ai été gênée par les erreurs de concordance de temps, mais globalement j’ai bien aimé le livre. L’auteure a voulu traiter un type de « réaction » par personnage, et ne les a donc pas beaucoup approfondies. Personnellement j’ai bien aimé la fin, l’essentiel a été dit et le livre se conclut sur une image qui permet en plus une ouverture intéressante

    Répondre
  • 8 août 2014 à 16 h 37 min
    Permalink

    Je suis  » rassurée  » de savoir que je ne suis pas la seule à avoir relevé des coquilles au fil de la lecture. Il y a pourtant la dite liste en 4ème de couverture qui permet de s’y retrouver à chaque fois mais c’est à la lecture qu’on s’y perd ( l’exemple de  » la plus jolie fille de troisième  » au lieu de seconde )
    Dommage l’histoire est plutôt originale et prenante. J’espère que ces coquilles ne perdront pas nos ados au milieu des pages…

    Répondre
  • Ping : Premières publications | Bazar de la Littérature

  • Ping : Titres (L – Z) | Bazar de la Littérature

  • Ping : Auteurs (M – Z) | Bazar de la Littérature

  • 11 mai 2013 à 14 h 56 min
    Permalink

    Ce roman me tentait bien mais j’avoue que ton billet a un peu douché mon enthousiasme. Je le garde quand même dans ma wish-list mais je pense que je me laisserais tenter uniquement si je le trouve en biblio ou d’occaz !

    Répondre
    • 12 mai 2013 à 9 h 33 min
      Permalink

      D’autres ont beaucoup aimé… tu sais que je suis une grosse ronchon Evy alors tu peux peut-être tenter. 🙂

      Répondre
  • 9 mai 2013 à 20 h 51 min
    Permalink

    De mon côté je m’attendais tellement à quelque chose d’archi caricaturé et cliché que finalement, j’ai été agréablement surprise. Quand je te lis, je vois en effet que toutes ces filles sont clichés mais en lisant je les ai trouvées attendrissantes pour certaines, émouvantes et elles évoluent pour certaines, donc bonne lecture même si je vois ce qu’on peut reprocher, car moi aussi ça me tue la recherche de la robe parfaite pour un bal… c’est un monde à part l’Amérique 😛 Mais j’avoue que le public cible c’est vmt les ados ados et comme je lis rarement ce genre, ce petit retour dans le temps ne m’a pas déplu.
    Pour les fautes, j’ai lu le manuscrit en épreuves non corrigées et jme suis dit que tout ça serait corrigé pour la version finale, mais si ce n’est pas le cas ouich ! Ca a tendance à me faire criser aussi… J’ai envoyé toutes les fautes relevées pour Merlin et je ne suis même pas sûre qu’on ait lu mon mail…

    Répondre
    • 12 mai 2013 à 9 h 36 min
      Permalink

      Oh oui, l’Amérique c’est vraiment un monde à part ! En ce moment je regarde les épisodes de So you think you can dance version US et c’est fou comme les américains arrivent à rendre une émission de danse intense et grand spectacle alors que les français surjouent et finissent par proposer des trucs un peu ridicules… Bref.
      Je ne suis pas sûre qu’ils aient lu ton mail… ni même qu’il y ait eu des changements entre les épreuves et la version définitive ! Je suis un peu choquée qu’une aussi grosse maison soit si peu soigneuse au niveau de ses publications. A côté de ça, des petites maisons qui possèdent moins de moyens et moins de personnel publient des textes de grande qualité… Comme quoi !

      Répondre
  • 9 mai 2013 à 18 h 15 min
    Permalink

    Mon avis, moins développé, rejoint le tien

    Répondre
    • 12 mai 2013 à 9 h 37 min
      Permalink

      Je vais voir ton avis ! Mais je suis rassurée de voir que je ne suis pas la seule à avoir relevé des défauts !

      Répondre
  • 9 mai 2013 à 17 h 33 min
    Permalink

    C’est un livre qui me tente beaucoup mais j’avoue que ton avis me refroidit un peu, surtout du point de vue des coquilles. Si il peut arriver qu’une faute échappe à l’attention du relecteur, il y a quand même des limites et c’est quelque chose qui a tendance à m’horripiler lorsque qu’il y en a plusieurs ! Du coup, je pense à me tourner vers la version anglaise (car c’est sûr, s’il y a des fautes, je ne les verrais pas :P).

    Répondre
    • 9 mai 2013 à 17 h 36 min
      Permalink

      Il y a des avis beaucoup plus enthousiastes, je suis une vieille ronchon, c’est bien connu ! ^^
      Tu as moins de risques avec la version anglaise je pense, notamment pour ce problème de concordance des temps.

      Répondre
  • 9 mai 2013 à 17 h 28 min
    Permalink

    Je suis plus indulgente que toi sur ce coup-là. Je pense que c’est un livre écrit pour les ados et qu’ils y trouveront sûrement plaisir vu le sujet. Mais d’accord avec toi sur l’écriture. Moi ce qui me rebute le plus, c’est la narration au présent. Je n’aime vraiment pas ça.

    Répondre
    • 9 mai 2013 à 17 h 35 min
      Permalink

      Tu as raison, c’est clairement un livre pour les ados. Cela dit, je lis aussi des livres pour la jeunesse (moins de 12 ans) et je les trouve souvent beaucoup plus intéressants et mieux menés qu’un livre comme celui-ci.
      Je pense que beaucoup pensent que la narration au présent est plus simple… ce qui est faux. C’est beaucoup plus difficile à maîtriser que la narration au passé… et quand ce n’est pas maîtrisé, ça se sent tout de suite ! ^^

      Répondre
  • 9 mai 2013 à 17 h 25 min
    Permalink

    Un roman qui me fait énormément envie depuis sa publication en VO. Ton avis me refroidit un peu, je l’avoue.

    Répondre
    • 9 mai 2013 à 17 h 33 min
      Permalink

      Il y a d’autres avis plus enthousiastes, si ça peut te rassurer. Celui d’Argali, apparemment. 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

b4d7403135d39044df3a8f0fe2a9fca0qqqqqqqqqqqqqqqqqq