La Fille aux licornes, Tome 3 : L'Affrontement de Lenia MAJOR

lafilleauxlicornes3

coupdecoeur

La Fille aux licornes,
Tome 3 : L’Affrontement

de Lenia MAJOR
Talents Hauts,

2012, p. 319

Première Publication : 2012

Pour l’acheter : La Fille aux licornes, Tome 3

 

Lenia Major est une écrivaine française, auteur de littérature pour la jeunesse. Née au pays des pommes, le Calvados, Lenia Major habite désormais en Alsace, au milieu des cigognes. Sa passion des grimoires, des chaudrons bouillonnants et des formules magiques l’ont conduite à exercer le métier de pharmacien. Mais durant les nuits (surtout de pleine lune), Lenia Major aime écrire des histoires qui se terminent bien. Ses personnages préférés ne rentrent pas dans un moule, ne sont pas des héros costauds, mais essaient de tirer parti de leurs faiblesses pour en faire des forces.
Wikipédia.

Tome 1 : La Rencontre
Tome 2 : La Poursuite

A la veille de la cérémonie de licornation d’Ascane, une étrange malédiction s’abat sur le royaume. Accompagnée de la reine d’Ampleterre et aidée par son uni Météor, Ascane réussit à fuir la forteresse avec les licornes.
Parviendra-t-elle à délivrer le royaume des sortilèges du chancelier du Kaltesland ? Il faudra pour cela qu’elle l’affronte en combat singulier.

Qu’il est difficile de rédiger cette chronique aujourd’hui. De 1) parce que j’ai terminé ma lecture il y a plus de quinze jours (non non, je ne suis pas du tout en retard dans la rédaction de mes chroniques…) et de 2) parce que c’est un gros coup de cœur et que j’ai toujours du mal à faire passer mes sentiments enthousiastes (alors que je suis toujours hyper inspirée quand il s’agit de parler d’une daube…). Bref, je vais essayer de faire au mieux et lorsque vous aurez fini la lecture de ces paragraphes un peu confus, vous avez intérêt de vous précipiter chez votre libraire pour vous lancer dans cette série jeunesse !
J’ai apprécié le premier tome qui manquait encore un petit peu de profondeur mais annonçait de belles choses, j’ai beaucoup aimé le deuxième qui m’a offert une belle aventure et la découverte de nouveaux paysages et je suis complètement tombée amoureuse de ce troisième et dernier opus qui, plus mature et développé, propose une intrigue originale et de très belles scènes ! Cette trilogie s’améliore au fil des tomes et termine brillamment… si brillamment que, pour tout avouer, je crois qu’elle me marquera davantage qu’une des sommités de la littérature jeunesse fantasy : la Quête d’Ewilan de Pierre Bottero. C’est vous dire à quel point cette histoire m’a enthousiasmée… et surtout ce dénouement !

Un an après la fin du deuxième tome, Ascane et ses deux amis apprentis licorniers se préparent à célébrer leur cérémonie de licornation. Malheureusement, les ennuis pointent le bout de leur nez… et pas du tout comme je m’y attendais ! En lisant le terme de « malédiction » dans la quatrième de couverture, j’avais une idée bien précise de ce que je pensais trouver dans cet opus mais, au fil des pages, je me suis rendue compte que Lenia Major nous proposait quelque chose de beaucoup plus complexe et original et j’ai été de surprises en surprises ! L’ampleur de la malédiction, ses tenants et aboutissants apparaissent petit à petit et, naïve que je suis, ce n’est qu’en lisant les révélations au fur et à mesure que j’ai compris ce qui se tramait. Je n’ai pas marché, j’ai couru. J’ai été transportée dans L’Affrontement et si j’ai pu reprocher une certaine prise de distance avec les deux tomes précédents, celle-ci a complètement disparu ici. La teneur de la malédiction a déjà été utilisée dans d’autres œuvres (attention, ne surlignez que si vous souhaitez en savoir plus ! dans l’Assassin royal ou dans 28 jours plus tard par exemple) mais ça fonctionne d’autant mieux ici qu’on ne s’y attend pas car sommes en présence d’une série a priori pour enfants. De ce fait, j’ai trouvé ce tome beaucoup plus mature que les précédents, beaucoup plus intense et se rapprochant très fortement d’œuvres de fantasy « adultes ».

L’action n’est pas la seule à s’intensifier puisque les personnages gagnent encore en profondeur et leurs relations se développent en parallèle. Je ne me suis pas vraiment attachée davantage aux deux camarades apprentis licorniers d’Ascane mais, en revanche, j’ai le sentiment d’avoir beaucoup mieux perçu et compris cette dernière. Déjà courageuse et déterminée auparavant, elle gagne ici en maturité et sait parfaitement quelle attitude adopter (c’est même d’ailleurs parfois un peu trop « facile », mais c’est l’héroïne alors bon, elle a le droit d’être forte et imbattable !). Je l’aime bien cette petite Ascane et je pense qu’elle incarne une figure forte et intéressante à suivre pour les plus jeunes lecteurs.
Mais, outre ces personnages déjà rencontrés auparavant et qui continuent à évoluer, Lenia Major nous propose de nouvelles figures assez charismatiques. Je pense notamment à Aylette, la très jeune femme du roi Jorgan, qui ne paye pas de mine dans les premières pages. Jeune adolescente propulsée dans une aventure à des milliers de kilomètres de ce qu’elle a l’habitude de vivre, choyée et gâtée dans son château, elle se révèle plus forte qu’on pourrait le croire… Tout ce qui entoure son évolution m’a fait sourire plus d’une fois et j’aime assez le « message » transmis aux jeunes filles qui pourront lire cette histoire.

Dans L’Affrontement, on pourrait regretter que les licornes ne soient plus vraiment l’intérêt principal de la lecture. Un peu mises à l’écart, même si toujours indispensables (notamment le troupeau des licornes sauvages dirigé par Météor, l’uni d’Ascane), il est vrai qu’on insiste un peu moins sur leurs capacités. Elles laissent un peu la place aux créatures touchées par la malédiction mais ça ne m’a pas dérangée ; c’est vraiment en réfléchissant pour écrire cette chronique que je me suis rendue compte de leur plus grande discrétion.
Dans le même ordre d’idée, je me suis également aperçue que, contrairement au deuxième tome qui entrainait le lecteur dans de nouvelles régions et donc à la rencontre de nouveaux peuples, cet opus ne s’aventure pas très loin des remparts de la forteresse. Toute l’action se déroule dans la forêt et la campagne entourant le QG des héros et pourtant, jamais je n’ai ressenti un manque ou la déception de ne pas aller faire un tour plus loin. Lenia Major sait en effet tirer partie du décor assez riche qu’elle a mis en place et j’ai trouvé l’utilisation plutôt talentueuse. Comme quoi, pas besoin de partir dans un grand périple qui traverse terres et océans pour proposer une aventure divertissante et enthousiasmante !

Enfin, je ne répèterai pas ce qui a déjà été dit pour les tomes précédents au sujet de la plume de Lenia Major. Je précise juste que ce tome a gagné cent pages par rapport au précédent qui n’en comptait qu’un peu plus de 200. Encore une fois, ma lecture a été très fluide et très agréable : assez abordable pour les plus jeunes sans être simpliste. Les descriptions sont suffisantes pour dépeindre les scènes que je n’ai eu aucun mal à imaginer dans ma petite tête. Les dialogues sont quant à eux, ni trop nombreux ni trop rares et apportent parfois quelques petites touches d’humour bienvenues. Mention spéciale aux interventions des habitants de la montagne qui, adoptant un registre particulier, se démarquent facilement des autres aventuriers et apportent elles aussi (les interventions) une richesse supplémentaire au texte. Je déplore une dernière fois l’absence d’alinéas, mais ce n’est qu’un détail qui n’entache en rien la qualité du texte.

Un troisième opus qui clôt magistralement cette trilogie jeunesse qui a su me séduire de plus en plus au fil de ses tomes. Intrigue originale, personnages principaux plus attachants, figures secondaires charismatiques forment une dernière aventure intense et maîtrisée d’un bout à l’autre. Je conseille plus que jamais cette petite série aux jeunes lecteurs débutants comme aux dévoreurs de livres !

Merci à Talents Hauts pour cette découverte…

5 pensées sur “La Fille aux licornes, Tome 3 : L'Affrontement de Lenia MAJOR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

06e952a5afe55f6c109ef63c7b15f19fPPPPPPPPPPPPPPPPPPP