Night School, Tome 2 : Héritage de C. J. DAUGHERTY

nightschool2Night School,
Tome 2 : Héritage

de C. J. DAUGHERTY

Robert Laffont (Collection R),
2012, p. 400

Première Publication : 2012

Pour l’acheter : Night School, Tome 2

 

C. J. Daugherty avait vingt-deux ans quand elle a vu un cadavre pour la première fois. Bien qu’elle ait cessé de rapporter des faits divers tragiques dans les journaux afin d’éditer des livres de voyage, elle n’a jamais perdu sa fascination pour ce qui conduit certains individus à commettre des actes horribles. Et pour le genre de personnes qui essaient de les arrêter. La série Night School est le fruit de cette fascination.

Tome 1

Humiliée de devoir la vie sauve à d’autres qu’elle-même, Allie Sheridan finit par rejoindre en automne les rangs de la très sélective Night School. Commence alors le véritable apprentissage aux côtés du troublant Carter et du sulfureux Sylvain…
La société secrète combine cours de self-défense aux cadences infernales et entraînement à la survie digne des commandos d’élite. À Cimmeria, les pensionnaires doivent s’exercer à vivre comme les impitoyables personnages de pouvoir qu’ils sont appelés à devenir : politiciens de haute volée, PDG de multinationales ou conseillers de l’ombre.
Et le message de la Night School est clair : pour pouvoir dominer le monde, il faut renoncer à toute vie privée et se dévouer corps et âme à l’Organisation. Mais que faire quand l’amour et la mort s’invitent au bal des menteurs ?

 

Je crois que si je ne devais conseiller qu’un seul des titres de la Collection R publiés depuis janvier dernier, ce serait le premier tome de Night School. Malgré quelques défauts, cette introduction bien menée m’avait vraiment convaincue. Autant vous dire que j’attendais ce deuxième tome avec une très très grande impatience. J’allais enfin retrouver l’ambiance particulière de l’école de Cimmeria, les mystères entourant Allie l’héroïne et l’inévitable triangle amoureux…
Alors, verdict ? Et bien je suis un peu déçue. J’ai certes dévoré ce tome, aussi vite que le précédent, mais j’y ai trouvé quelques défauts et surtout, je ressors de ma lecture avec un sentiment d’inachevé, sensation que je n’avais pas éprouvée auparavant.

Héritage – sous-titre de ce second opus – démarre sur les chapeaux de roues ! Allie est poursuivie dans les rues de Londres et échappe de justesse à ses poursuivants. Que s’est-il passé depuis que nous l’avons quittée à la fin du premier tome ? Les réponses à cette question arrive petit à petit, au fil des pages. Malgré tout, alors que l’on pourrait croire que l’héroïne est en sureté une fois la porte de son école franchie, la tension ne faiblit pas, les mystères se multiplient et les questions affluent. Il y a une taupe dans l’école, enseignants, membres du personnel et élèves, tous sont soupçonnés de comploter avec l’ennemi. Pour découvrir l’identité du coupable, les adhérents à la très mystérieuse Night School s’entrainent quotidiennement et ont pour ordre d’ouvrir l’œil et de questionner leurs semblables… Et pour cette nouvelle rentrée scolaire, alors que l’automne pointe le bout de son nez, Allie est introduite dans le cercle fermé de cette confrérie secrète.
On découvre donc, enfin, ce que c’est que cette Night School et ce que trafique les élèves lors de leurs réunions quasi quotidiennes. Mais, une réponse donnée… trois questions qui débarquent. Si les mystères entourant cette confrérie sont plutôt bien levés, d’autres naissent et s’épaississent au cœur de Cimmeria pour au final, lorsque l’on a tourné la dernière page, rester en suspens. Alors oui, c’était déjà le cas avec le tome précédent, mais la frustration m’avait alors paru beaucoup moins importante. Car ici, j’ai vraiment eu l’impression que l’auteure avait coupé son texte en deux, ne nous offrant dans ce deuxième opus, que la première partie de ce qui aurait pu être un tome complet. Je ne sais pas si je suis claire, mais je me suis vraiment sentie comme lorsque je lis un tome de La Roue du temps de Robert Jordan (les tomes français correspondent en fait à la moitié d’un tome original…), en présence d’une introduction menant à l’élément-clef… qui clôt le tome en question. Et de là nait le sentiment d’avoir été légèrement floué sur la marchandise. Dans Héritage, C. J. Daugherty ne pousse pas le bouchon si loin mais quand même, le véritable élément marquant/clef/charnière intervient dans les derniers chapitres, apportant avec lui son lot d’interrogation qui ne connaissent, évidemment, aucune réponse. Il faudra donc attendre la suite pour en apprendre plus… et sans doute être une nouvelle fois baladé pendant 400 pages. Mais on aime ça.

Parce que oui, il faut bien reconnaître que l’auteure maitrise bien le suspense et sait mener son lecteur par le bout du nez jusqu’au bout de ses écrits. Les pages se tournent, on en veut toujours plus… un bel exemple de page-turner. J’ai bien aimé la construction narrative, et notamment ce premier chapitre qui plonge le lecteur directement dans l’action. On retrouve ensuite un schéma légèrement similaire au premier tome : les premiers chapitres se déroulent en dehors de Cimmeria puis Allie réintègre l’école et les cours commencent apportant leur lot de complications toutes estudiantines. Entre scènes d’action et flirt, Allie ne sait plus où donner de la tête.

Avec ce deuxième tome, c’est également l’occasion de revenir sur le triangle amoureux qui semble tant plaire aux auteurs de young adult… Et c’est là que le bât blesse. Allie ne sait effectivement plus où donner de la tête. Sylvain ou Carter, son cœur balance… et ce que c’est agaçant ! Je ne spoilerai pas ceux qui n’ont pas lu le premier tome, mais sachez que dans celui-ci, le comportement de Sylvain laisse carrément à désirer mais Allie semble vite oublier cette broutille (à sa place, le type, je lui balance un coup de pied bien placé mais bon, faut croire que les jeunes filles n’ont plus les mêmes réactions aujourd’hui, n’est-ce pas Arcaalea ?) et vas-y que je t’aime moi non plus. Malheureusement, l’amoureux officiel – Carter – n’est jamais bien loin, et voir sa dulcinée flirter avec un abruti ne lui plait pas des masses. Ce qui se comprend parfaitement. Indécise et blessante, Allie se révèle assez insupportable lorsqu’il s’agit de sa vie amoureuse. Heureusement, elle possède d’autres côtés sympathiques et touchants.
L’évolution de sa relation avec Carter étant ce qu’elle est, celui-ci est un peu relégué au second plan et je trouve ça très dommage. C’est un personnage qui m’intriguait beaucoup dans le premier tome et c’était sans doute celui que je préférais. Je trouve que ce jeune homme a du potentiel, potentiel qui n’est définitivement pas exploité ici. En revanche, C. J. Daugherty joue une nouvelle fois assez bien avec le suspense, car avec tout ce qui se passe à Cimmeria, on en vient à soupçonner tout le monde… et pourquoi pas le gentil et amoureux Carter ?
Quant à Sylvain, je dois reconnaître que si je ne l’aime pas, il se révèle avoir bien plus de relief que Carter. Beaucoup plus mis en avant ici, on découvre un peu plus de choses sur lui et il nous fait douter… Gentil qui s’ignore ? Espion cherchant à amadouer l’héroïne ? Le mystère reste entier !

Je ne cesse de le répéter depuis le début de cette chronique et j’en remets une nouvelle couche : le point fort de C. J. Daugherty c’est sa maitrise du suspense qui lui permet de nous offrir, une nouvelle fois, un page-turner. Le mystère est tellement palpable que le lecteur ne peut s’empêcher d’avoir envie et besoin surtout, de lire la suite ! Ajoutez à cela une plume (une traduction ?) plus qu’agréable et fluide, et vous comprenez maintenant pourquoi les 400 pages ne tiennent pas deux jours.
En revanche, j’ai eu l’impression cette fois-ci, d’avoir un peu plus de mal à m’imaginer les différentes scènes et décors. L’ensemble reste assez imagé pour que le lecteur voie le film défilé sous ses yeux, mais ça m’a paru moins évident que lors de ma lecture du premier tome où j’étais vraiment transportée à Cimmeria, complètement imprégnée par le décor et l’atmosphère particulière de l’école. C’est, me semble-t-il, moins mis en avant, moins perceptible ici. Mais j’insiste, Héritage est un second tome qu’on dévore sans s’en rendre compte.

Bien qu’un peu en dessous du premier à mon goût, ce deuxième tome confirme le talent de C. J. Daugherty lorsqu’il s’agit de mettre en place un suspens insoutenable. Je regrette un peu la frustration ressentie en tournant la dernière page, les questions restant un peu trop nombreuses à mon goût et n’ai pas toujours réussi à supporter l’indécision amoureuse d’Allie mais d’autres personnages prennent du relief et le peu de réponses apportées ici appellent rapidement la suite, que je lirai, évidemment !

 

 

Le book trailer du premier tome !

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=JS-UnSaT77U]

 

Merci à la Collection R pour cette découverte !

 

7 pensées sur “Night School, Tome 2 : Héritage de C. J. DAUGHERTY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2b3e4fc8b1f511bb75e46419e119f009jjjjjjjjjjjjjj