Le Souffle des ténèbres de Frédéric LIVYNS

lesouffledestenebres
Le Souffle des ténèbres

de Frédéric LIVYNS
Val Sombre éditions,

2012, p. 139

Première Publication : 2012

Pour l’acheter : Le Souffle des Ténèbres

Frédéric Livyns est né le 02 juin 1970 à Tournai (Belgique). Il se passionne très tôt pour la littérature fantastique et de science-fiction. Il s’adonne ensuite à l’écriture dans des registres tels que la poésie, le roman noir ou le fantastique que ce soit sous forme de romans ou de nouvelles. L’auteur vit actuellement en Belgique avec sa compagne et ses enfants.

Les Contes d’Amy

Bryan et Suzy décident de faire un voyage en Bretagne afin d’échapper à un douloureux souvenir et de se ressourcer. Sur place, ils découvrent les ruines d’un vieux château qui n’est mentionné dans aucun guide touristique et dont les villageois superstitieux rechignent à parler. Animés par la curiosité, ils entreprennent alors de s’y rendre et vont, bien malgré eux, réveiller la force maléfique qui y sommeillait. Quel est donc le secret de cet étrange village que Bryan ne connaît qu’à travers les récits de son grand-père ?
Entre légendes bretonnes et fantastique contemporain, l’auteur nous entraîne dans une spirale infernale.

Pour découvrir la plume et l’univers de Frédéric Livyns, j’ai décidé de commencer par Le Souffle des ténèbres. J’avais envie d’un court roman et l’idée de suivre un couple de personnages dans notre Bretagne mystérieuse et pleine de légendes me tentait énormément.
Ce titre n’est pas exempt de défauts mais je ressors de ma lecture avec une impression positive et suis globalement satisfaite de celle-ci. Quasiment quinze jours après avoir tourné la dernière page, je garde encore quelques scènes en tête ; voilà la preuve que Le Souffle des ténèbres ne m’a pas laissée indifférente !

Pour tout vous avouer, alors que je dois rédiger cette chronique, je ne me souviens absolument pas du patronyme des personnages principaux (encore moins des secondaires) mais à vrai dire, les figures peuplant ce titre ne sont pas la chose à retenir, à mon goût (après un coup d’œil à la quatrième de couverture, je redécouvre qu’ils s’appellent Bryan et Suzy). Bien que j’aie pris plaisir à suivre leur découverte de ce petit village breton et des ruines du célèbre château local, ce ne sont pas des personnages auxquels on s’attache vraiment. On les suit comme on suit les personnages d’un film, derrière une caméra, derrière un écran. Une certaine distance est instaurée dès le début mais c’est grâce à eux que l’on découvre tout le reste… et tout le reste, dans ce cas, c’est l’histoire qui entoure les ruines du Château Noir et surtout, l’ambiance bien particulière qui règne dans le village.

fredericlivynsParce que oui, ce qu’il faut retenir du Souffle des ténèbres et ce que je retiens aujourd’hui, c’est bien l’ambiance très lourde et angoissante qui entoure le petit village de Munoz. Dès son arrivée à l’auberge, le couple ressent une certaine hostilité des villageois. Ceux-ci, pas forcément très ouverts aux étrangers et au progrès en général, gardent quelques secrets et ont une peur bleue des ruines du château. Mais évidemment, personne ne veut en parler. Et évidemment, Bryan et Suzy (enfin, surtout Bryan), poussés par la curiosité, n’en font qu’à leur tête.
J’ai vraiment énormément apprécié cette atmosphère saturée de non-dits, de méfiance et de mystères, portés par la légende du château qui aurait appartenu à la fille de Gilles de Rais (vous savez, le premier tueur en série pédophile généralement lié à un commerce avec Satan et plus souvent connu sous le pseudonyme « Barbe Bleue »…). Des évènements étranges se passent dans le coin, le couple commence à vivre quelques expériences assez angoissantes et on se demande bien ce qui se passe et quel est le lien avec ces fameuses ruines noires… Ne pas savoir, être dans le doute, angoisser sur ce qui attend les personnages principaux à la page suivante… ça me plaît. Un peu trouillarde, je marche très bien et ces ambiances bien pesantes fonctionnent parfaitement sur moi. Et même si ça me donne des cauchemars, j’aime bien être emportée ainsi.
Malheureusement, et c’est là l’un des défauts du Souffle des ténèbres, les doutes sur l’aspect fantastique de l’histoire sont vite levés et l’explication surnaturelle est (trop) vite apportée. Le roman est très (trop) court et implique donc des raccourcis, ce que je trouve vraiment dommage. Le texte aurait vraiment gagné en qualité avec une cinquantaine voire une centaine de pages de plus. Faire monter la tension et la maintenir beaucoup plus longtemps (un peu comme dans La Vallée des disparus de Bente Porr, qui m’a beaucoup marquée grâce à son atmosphère pesante, similaire à celle du livre de Frédéric Livyns, mais maintenue sur la quasi-totalité du texte) et développer un peu plus le dénouement qui m’a semblé assez expéditif. Encore une fois, cette fin n’est pas du tout ce que je retiendrai de ma lecture mais autant la faire durer un peu.

Et si j’insiste sur l’ambiance et si c’est ce qui m’a le plus marquée, c’est grâce aux scènes mises en place par Frédéric Livyns. Les descriptions m’ont convaincue plus d’une fois et m’ont donné des frissons dans le dos plus d’une fois également ! Je salue le style de l’auteur qui m’a totalement embarquée dans ce petit village de Bretagne et je ne regarderai plus jamais mon reflet dans le miroir de la même façon… Quant aux petites filles, après The Grudge et The Ring, je ne les aimais déjà plus, mais là… Bref. Des scènes bien flippantes ajoutées à une atmosphère déjà bien lourde, c’est bon, je marche et je signe.
Je noterai juste quelques répétitions de termes dans certaines phrases, qui m’ont un peu fait buter, mais rien de grave, c’est juste un petit détail pour chercher la petite bête.

Pour que ce livre frise la perfection, il ne manque que quelques dizaines de pages supplémentaires. Celles-ci permettraient de maintenir plus longtemps le doute et la tension et pourraient offrir un dénouement un peu plus développé. Si vous voulez plonger dans l’ambiance pesante et angoissante d’un petit village breton paumé au milieu de nulle part, tentez la lecture du Souffle des ténèbres, vous devriez y trouver votre compte !

Merci à Frédéric Livyns pour cette découverte…

5 pensées sur “Le Souffle des ténèbres de Frédéric LIVYNS

  • 16 novembre 2016 à 10 h 29 min
    Permalink

    For et vakkert hus – og stemningsfulle bilder..Du formidler sÃ¥ godt stemningen at det føles nesten som man sitter der selv..Her var det virkelig virkelig koselig 🙂

    Répondre
  • Ping : Le Songe d’Adam de Sébastien PEGUIN | Bazar de la Littérature

  • Ping : Auteurs (A – L) | Bazar de la Littérature

  • 21 février 2013 à 9 h 24 min
    Permalink

    Je suis très tentée par ce livre ! Ton avis me donne vraiment envie de le découvrir. Seulement, est-ce que le château est souvent représenté dans le livre ? J’aime beaucoup les châteaux forts, les ruines… Et sinon, ce n’est pas un livre jeunesse ?

    Répondre
    • 21 février 2013 à 9 h 47 min
      Permalink

      Ce n’est pas du tout un livre jeunesse, c’est un titre très adulte au contraire. Il n’y a pas énormément de scènes dans le château même, mais on sent toujours sa présence, il est toujours en toile de fond.
      J’espère que ces réponses te donneront envie de le découvrir. 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

035c198e97a910e55eb7221d8b6c1b1b"