L'Echange de Brenna YOVANOFF

lechange
L’Echange

de Brenna YOVANOFF
(Challenge YA / Jeunesse – 48/24)

Michel Lafon,
2012, p. 332

Première Publication : 2010

Pour l’acheter : L’échange

 

Brenna Yovanoff est douée en jeux vidéos violents et adore parler de zombies… Elle fait partie des trois écrivaines du prestigieux club de littérature fantastique Merry Sisters of Fate, avec Maggie Stiefvater (Frisson) et Tessa Gratton (Blood Magic).

Mackie Doyle n’est pas un humain, même si tous les habitants de la petite ville de Gentry le considèrent comme un des leurs. Voilà seize ans, il a été échangé contre un bébé humain. C’est le prix à payer pour la paix avec le monde d’où il vient : un univers terrifiant où d’obscurs tunnels suintent des eaux pestilentielles, peuplé de morts-vivants et dirigé par une étrange princesse tatouée.
Depuis, Mackie se bat pour survivre, malgré ses allergies mortelles au fer, au sang et aux lieux sacrés. Quand la plus jeune sœur de Tate, la fille qu’il aime, disparaît, il décide de tout faire pour la retrouver, même s’il doit affronter pour cela les plus sinistres créatures. Dans cette descente aux enfers, trouvera-t-il enfin sa véritable place ?

Un vieux landau installé sous des ustensiles de cuisine en fer, eux-mêmes accrochés à la branche d’un arbre isolé dans un paysage brumeux et inquiétant… Avouez, cette illustration attire l’œil. Derrière celle-ci, on découvre que l’histoire se base sur les anciens mythes celtes de « l’échange » des nourrissons dans leur berceau. Voilà de quoi piquer ma curiosité !
L’Echange comporte de bons éléments aussi bien du côté du héros que de l’univers mais également quelques faiblesses de rythme et d’intrigue qui ont fait revoir mes impressions générales à la baisse. Une lecture intéressante et originale, mais pas totalement aboutie, à mon sens.

Les 330 pages de cette histoire reposent entièrement sur les épaules de son héros, Mackie. Mackie (diminutif de Malcolm) 16 ans, n’est pas comme les autres lycéens. Ses yeux noirs et sa peau pâle effraient, mais les adolescents de la ville pourraient s’y accoutumer si le jeune garçon n’avait pas des réactions disproportionnées au contact du sang et des objets métalliques. Porteur d’un secret qu’il ne peut plus supporter, Mackie doit faire semblant, chaque jour, et vivre avec sa culpabilité. Lorsqu’un nouveau nourrisson est enlevé, il ne peut pas rester les bras croisés et nier l’évidence comme le reste de la ville. Sauver cette petite fille sera peut-être le moyen de racheter sa présence en ville ? Ce sera peut-être l’élément qui lui manque pour pouvoir vivre une vie « normale » ?
L’intrigue de L’Echange est entièrement basée sur les agissements du héros après la disparition de cet enfant et sur sa recherche dans les mondes souterrains. Dans l’ensemble, j’ai trouvé cela un peu trop léger et manquant un peu de rythme. Mackie rencontre des gens, fait des découvertes sur sa ville mais le tout, dans une atmosphère assez « cotonneuse ». Comme si Gentry était dans une bulle, que tous les habitants étaient des zombies auxquels on aurait lavé le cerveau… Il semble que Brenna Yovanoff soit une habituée des jeux vidéos et ça ne m’étonne pas, plusieurs fois je me serais crue dans les mines de Silent Hill
Je reste volontairement « floue » mais si vous vous lancez dans cette lecture, vous vous rendrez compte que le flou artistique est de mise. On parvient à rassembler quelques bribes du puzzle au fil des pages mais au final, on reste tout de même assez peu renseignés sur ce qui se passe dans cette ville – Gentry -, sur ses traditions ou sur les monstres qui y vivent… J’ai compris que tous les sept ans, un nourrisson est enlevé de son berceau et remplacé par un enfant-monstre qui, la plus grande partie du temps, ne survit pas au rejet de ses parents adoptifs car, même s’ils font comme si de rien était, comprennent que la créature dans le berceau n’est pas leur enfant. Seul Mackie a survécu à l’échange, grâce à sa grande sœur adoptive Emma qui lui a offert tout l’amour qu’elle possédait malgré son très jeune âge (4 ans au moment de l’échange, si je ne dis pas de bêtises).

brennayovanoffMackie n’a donc pas sa place dans le monde des humains « normaux »… mais ne l’a pas non plus chez ses « vrais » parents puisqu’il n’aurait pas dû survivre ! C’est là que je trouve la narration intéressante. En effet, Brenna Yovanoff offre la parole à son antihéros (qui utilise le « je »), le lecteur est ainsi au plus proche de ses pensées, de ses joies et surtout de ses peines. Outre cette crise « d’identité », Mackie, comme tout bon adolescent qui se respecte, est aussi en crise « hormonale ». Les filles prennent donc pas mal de place dans son univers, mais, contrairement aux histoires où ces demoiselles racontent le récit, le jeune homme évite les niaiseries. Je n’ai, pour autant, trouvé aucun intérêt à ses romances adolescentes, mais elles ne m’ont pas gênée non plus. A mon sens, Mackie est un personnage qui peut parler à bon nombre d’adolescent(e)s  puisqu’il s’attarde sur les peurs et contrariétés liées à cet âge ingrat.
Garçons, filles, adultes, monstres… beaucoup de personnages secondaires gravitent autour du héros. Certains m’ont convaincue, d’autres non. Tate par exemple, la grande sœur de la petite fille récemment enlevée, est sans doute celle qui m’a paru la moins « vraisemblable » de tous, dans ses réactions notamment. Ou alors je n’ai pas du tout réussi à cerner sa personnalité. Dans tous les cas, je n’ai pas réussi à l’apprécier. En revanche, j’ai été émue par l’amour inconditionnel qu’Emma ressent pour ce frère qu’elle a tout de suite accepté. C’est assez fort, le message est beau. Le meilleur ami de Mackie, Roswell, même s’il parle peu, est lui aussi bel et bien présent. C’est un pilier sur lequel le héros peut compter. Côté « monstres », on fait la connaissance de la Morrigane. Grosse surprise lorsque j’ai lu ce nom et surtout lorsque j’ai lu la description de celle qui le porte. Morrigane est une divinité du panthéon celte connue pour sa présence sur les champs de bataille, reconnaissable à son animal totem, le corbeau (ou la corneille). Ici, Brenna Yovanoff a osé « moderniser » cette version pour en faire quelque chose… d’intéressant. Intéressant mais que je ne comprends pas vraiment. Quelle est la finalité de ce choix ? Quel est son but ? Deux autres personnalités des souterrains marquent le lecteur : la Dame et le Coupeur. Malheureusement, nous ne saurons rien sur ces deux-là. J’imagine que l’auteure s’est également inspirée de la matière celte pour les concevoir, mais de quelles personnalités précisément… j’aimerais bien le savoir !

Finalement, le plus gros point négatif de ma lecture réside dans cet aspect « brumeux » qui ne m’a jamais lâchée. Alors oui, cette ambiance « voilée » est propre aux mythes celtes et leur rend justice mais à mon goût, trop de flou tue le flou. Alors peut-être y aura-t-il un second tome pour lever le voile sur certains points ? Ou peut-être pas. La matière est là, elle est intéressante (voire passionnante) mais à trop vouloir faire des mystères, on perd parfois quelques lecteurs en route ; et c’est dommage.

Ecrire un roman, estampillé « jeunesse » qui plus est, sur les traditions celtes liées à ces méchantes « fées » qui enlevaient les enfants au berceau, en voilà une idée originale ! Encore faut-il qu’elle soit menée à bien… Je félicite Brenna Yovanoff pour la mise en scène de son antihéros-narrateur (le vrai point positif de ce livre) mais je regrette qu’elle ait choisi de garder trop de mystères pour elle… Une atmosphère brumeuse c’est bien, mais avec modération !

« La morale de cette histoire est qu’il ne faut pas attirer l’attention. Ne pas avoir de doigts déformés. Ne laisser personne s’étonner de son aptitude à accorder des instruments à l’oreille. Ne pas montrer les élans de son coeur, sinon, dès que quelque chose ne va plus, on risque de se retrouver pendu à un arbre.
Tout le monde a des racines, des origines. Certaines sont juste plus accessibles que d’autres. »

« Dans l’histoire, Emma a quatre ans. Elle sort de sa chambre et traverse le couloir en pyjama. Quand elle touche la petite main entre les barreaux, la chose dans le berceau se rapproche, essaie de la mordre, alors elle retire ses doigts, mais ne recule pas. Ils passent toute la nuit à se scruter dans le noir. Au matin, la chose est toujours tapie sur le matelas aux imprimés d’animaux et la regarde. Ce n’est pas son frère.
C’est moi. »

Merci à Michel Lafon pour cette découverte…

Une pensée sur “L'Echange de Brenna YOVANOFF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dfcdeecd14a1b6b4cce47dd381041736xxxxxxxxxxxxxxxxxxx