Carnet intime d'un vampire timide, Tome 2 : Prince des Ténèbres de Tim COLLINS

carnetintimedunvampiretimide-copie-1
Carnet intime d’un vampire timide,
Tome 2 : Prince des Ténèbres
de Tim COLLINS
(Challenge YA/Jeunesse – 38/24)
Hugo et Compagnie,

2012, p. 234

Première Publication : 2011

Pour l’acheter : Carnet intime d’un vampire timide, Tome 2

 

Tim Collins, né en 1975 à Manchester, vit aujourd’hui à Londres. Il a déjà publié onze livres, vendus à plus de 100 000 exemplaires en Grande Bretagne, et traduit en 20 langues.

Carnet intime d’un vampire timide, Tome 1

 

 

Dans le deuxième tome de son carnet intime, Nigel commence une nouvelle année scolaire en étant un des élèves les plus populaires de l’école. En plus, il a enfin une petite amie, après plus de 80 ans de célibat ! Malheureusement, ce bonheur ne dure pas et sa vie va être perturbée par l’arrivée d’un nouvel élève, Jason…
Celui-ci va s’empresser de lui voler Chloé, sa petite amie et Nigel cherchera à se venger. Mais plus il apprendra de choses sur ce Jason, plus il sera troublé. Qui est exactement ce nouveau camarade de classe ? Et Nigel arrivera-t-il à reconquérir Chloé ?

 

Souvenez-vous, le premier tome lu il y a quelques mois (à la fin de l’année 2011) m’avait beaucoup plu et m’avait fait passer un très bon moment. J’étais donc très contente de retrouver le « jeune » Nigel pour de nouvelles aventures et j’étais assez curieuse de découvrir quels ennuis lui avait préparés Tim Collins.
Si j’ai pris  plaisir à suivre les pensées de Nigel, la plupart du temps très amusantes, l’intrigue de ce tome m’a semblé moins aboutie et le charme de la nouveauté n’a pas pu atténuer cette impression comme il avait pu le faire pour le premier tome. C’est donc un bon moment de détente et de rigolade mais quand même un poil en deçà du précédent.

Dans le premier tome, l’intrigue n’était déjà pas le point fort du livre, mais elle apportait tout de même une sorte de mini enquête, de mini mystère. Malheureusement, ce n’est pas le  cas dans Prince des Ténèbres que j’ai donc trouvé un peu « plat » par moments.
Le principal intérêt réside dans l’apparition de deux nouveaux personnages dans la vie du héros : Jason et « Grand-père ». L’identité du premier n’apporte aucune surprise puisqu’on peut la deviner dès la description physique du personnage. En revanche, je pensais que le deuxième arrivant offrirait son lot de rebondissements et de secrets… mais non. Et c’est bien dommage !

carnetintimedunvampiredessinIl ne faut donc pas chercher le positif dans l’intrigue et le déroulement de l’histoire, plutôt convenus et sans réelle surprise, mais bien dans la personnalité de Nigel et dans les écrits de ce héros hors du commun.
Je crois que ses réflexions m’ont davantage fait rire que dans le tome précédent ! Il a le cheminement de pensées d’un adolescent de 15 ans peu populaire dans son lycée, combiné avec les références « culturelles » et quotidiennes d’un vampire d’une centaine d’années ! On pourrait croire que la sagesse le guette… mais pas du tout ! Il semble bloqué au plus mauvais âge : problème d’intégration au lycée, rivalité et chagrin amoureux, incompréhension des parents, petite sœur exaspérante… tout y passe ! L’épisode de la fugue a été un grand moment de rire dans ma lecture et je le garde en tête !

Vous l’aurez compris, le point fort c’est la plume de Tim Collins et l’aspect journal intime choisi pour cette saga. Non seulement le lecteur est au plus proche des pensées du héros – ce qui offre de bons moments de rigolade – mais la lecture est, en plus, très aérée et agréable – les entrées quotidiennes très courtes remplacent les chapitres habituels.
L’auteur a, en plus, comme dans le premier tome, pris soin d’illustrer son texte de dessins un peu naïfs, dignes d’un adolescent de 15 ans un peu pataud (on pourrait croire qu’un vampire centenaire aurait pris des cours de dessin pendant son siècle d’existence, mais Nigel semble plus « doué » avec le maniement des mots… la preuve avec le manuscrit très « tendance » – vampire séduisant et jeune fille innocente – qu’il envoie à une maison d’édition !). Ces illustrations habillent l’ensemble et le rendent agréable à parcourir des yeux.

J’ai souri plus d’une fois à la lecture des pensées de Nigel – le vampire centenaire bloqué à ses 15 ans avec tous les soucis que l’adolescence implique – et si l’intrigue m’a un peu déçue par son manque de surprises, je pense que je pourrai changer d’avis avec le troisième tome qui s’annonce assez… différent !
Pour les lecteurs de l’âge de Nigel… et pour les autres aussi !

« Je sais que cela peut avoir l’air misogyne, mais j’ai plus de 100 ans alors je pense que je peux me permettre une ou deux idées réactionnaires.
Quoi qu’il en soit, je suis plutôt progressiste par rapport à d’autres vampires. Vous devriez entendre papa après quelques pintes de sang. Il m’a raconté une fois que c’était bien mieux du temps où les vampires étaient autorisés à avoir sept fiancées ! J’aimerais l’entendre dire ça quand maman est là. »

« 1H DU MAT
Peux pas écrire. Dois continuer à courir.

1H30
Je ne veux pas mourir ! J’ai tant de raisons de vivre ! Je n’ai même pas encore ouvert la deuxième île sur Grand Theft. »

Merci aux éditions Hugo et Compagnie pour cette jolie découverte…

 

Une pensée sur “Carnet intime d'un vampire timide, Tome 2 : Prince des Ténèbres de Tim COLLINS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cfdfee42e7f280e44baf21124477a612qqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqq