Auras, Tome 1 : Le Supplément d’âme de Jean LAUDIC

CouvertureAURASv4c.inddAuras, Tome 1 :
Le Supplément d’âme

de Jean LAUDIC

Editions Viatao,
2010, p. 446

Première Publication : 2010

Pour l’acheter : Auras, Tome 1

Passionné de fiction, Jean Laudic est l’auteur de plusieurs pièces de théâtre et de nombreuses nouvelles, dont plusieurs primées et lues à l’antenne sur France Inter. Parfaitement bilingue, c’est sur la côte espagnole qu’il s’est caché pour écrire le premier tome de cette trilogie, dont le théâtre est la ville de Séville. Son expérience des milieux ésotériques lui permet de donner une tonalité vécue à ce roman qui explore  sous un jour nouveau les méandres de l’âme, des auras, des vies passées, de la réincarnation…

♣ ♣ ♣

Mère de famille sans histoires, Isabelle voit sa vie basculer lorsque sa sœur Marianne, médecin en quête de thérapies nouvelles, lui propose une régression dans ses vies passées.
Qui est ce Miguel de Gainza, surgi d’un palais andalou pour leur lancer un étrange avertissement : « Vous faites fausse route, ce monde n’est pas ce que vous croyez ! Vous nous mettez tous en danger… » ? La quête de la vérité entraînera les deux femmes à travers l’Espagne, sur les traces d’un complot où se joue l’avenir de l’humanité. Et si l’Église s’était trompée sur la nature de l’âme ?

Pour commencer, c’est grâce à Florence que j’ai pu découvrir et recevoir ce livre ; je la remercie. Le nom de Jean Laudic m’était totalement inconnu avant la proposition de ce partenariat, je suis donc heureuse d’avoir fait sa connaissance avec le premier tome de sa trilogie consacrée aux auras.
J’avoue être sortie de cette lecture un peu mitigée. En ce qui concerne le fond, les idées sont bonnes, sans aucun doute ; c’est plutôt au niveau de la forme que quelques petites choses m’ont dérangée. N’oublions pas qu’il s’agit d’un tome d’introduction à une trilogie, il faut le temps que les choses se mettent en place… et, malgré mes quelques réserves, je serais tout de même curieuse de découvrir ce que nous réserve l’auteur pour la suite…

Suite à une régression orchestrée par sa grande sœur – Marianne – et l’ami et collègue de celle-ci – Gilles – pour la convaincre de la véracité de ces choses ; Isabelle doit faire face à l’invasion subite et inquiétante des souvenirs de sa vie passée. Dans celle-ci, elle s’appelait Miguel de Gainza, vivait en Espagne, propriétaire d’une riche demeure… jusqu’à ce que son ami d’enfance – Angel Martinez de Toya – le tue. Sur les traces de cette ancienne identité espagnole, les deux sœurs françaises vont devoir affronter la réincarnation d’Angel et toute une organisation secrète bien décidée à sauvegarder les secrets amassés au sujet de l’âme et des auras…

J’étais très curieuse, je l’avoue, de découvrir tout ce que Jean Laudic avait à nous apprendre sur les auras, la réincarnation et l’âme humaine… J’aime assez lorsque les ouvrages tendent un peu vers l’ésotérique, et si l’auteur ajoute le côté thriller à son texte, alors me voilà emballée. Les idées, le sujet de base sont donc particulièrement intéressants à mon goût et j’ai apprécié le fait de découvrir petit à petit, les réponses à certaines questions… et d’autres interrogations ! De ce côté-là, rien à redire. De même, j’ai trouvé le rythme général intéressant, l’enquête et les évènements qui la constituent plutôt bien menés. Mais, parce qu’il y a un mais, je n’ai pas non plus trouvé le rythme haletant. J’ai certes pris du plaisir à cette lecture, ce n’était pas une corvée, c’était agréable ; mais je n’étais pas non plus avide de tourner les pages pour découvrir le grand secret, les grandes révélations que l’auteur avait à nous faire. Il manque, à mon goût, un petit quelque chose, un élément déclencheur pour créer une vraie attente, un vrai suspense.

A force de réflexion, je me suis dit que ce petit manque venait peut-être des personnages auxquels je ne me suis pas vraiment attachée. J’ai fini par être touchée et me sentir plus ou moins proche de Marianne, mais il a fallu du temps, car au début, elle m’agaçait plus qu’autre chose ! Je trouve la plus grande partie des personnalités trop caricaturales, l’ensemble en devient maladroit. Pour étayer ce ressenti, je donnerai l’exemple de Camille, la grosse dure sous les ordres de Marc, qui, du haut de son 1m60 (et encore, avec 10cm de talons !), veut tuer tout le monde, tout le temps… Elle est juste antipathique, mais aussi et surtout trop… trop ! C’est également le cas des « soeurs » du couvent de Santa Clara qui, certes, ne sont pas de « vraies » sœurs ; mais tout de même, leurs comportements et réactions sont vraiment… invraisemblables ! Enfin, du côté des personnages un peu trop manichéens, on retrouve Christophe, le mari borné et insupportable d’Isabelle qui semble, tout au long du récit, n’être là que pour se disputer avec sa belle-sœur ! Cependant, deux figures m’ont paru plus travaillées, plus complexes : Marc et son petit frère Agustin. Le premier se révèle être le « grand méchant », mais il n’est pas seulement méchant, il y a quelque chose de plus. Quant au second, on apprend à le connaître, ce qui le rend assez « attachant ». Je dirais que dans l’ensemble, les réactions, interventions et comportements ne sont pas toujours naturels, ce qui m’a souvent « choquée » ; un peu comme si on suivait le jeu de mauvais acteurs, vous voyez ce que je veux dire ?

Si les personnages et leur personnalité auraient mérité d’être un peu plus travaillés, je félicite Jean Laudic pour ses recherches concernant l’intrigue, bien sûr ; mais aussi et surtout le contexte de celle-ci. On sent que l’auteur connaît les lieux qu’il décrit et c’est un plaisir de suivre les descriptions qu’il fait des lieux dans lesquels évoluent ses personnages : châteaux, églises, ou tout simplement les rues d’une ville espagnole… On voyage entre le présent (le XXIe siècle) en France et en Espagne, et les passés des différents personnages : la vie antérieure d’Isabelle en tant que Miguel de Gainza, l’enfance d’Agustin et de son frère aîné. L’auteur ne nous propose pas de simples flash-back mais préfère nous faire découvrir ces souvenirs à travers des textes (le livre écrit par Miguel de Gainza, par exemple), ou à travers le récit d’un personnage. Il n’y a donc aucun problème dans l’intégration de ces souvenirs, offerts au compte-goutte ; c’est bien maîtrisé.

Venons-en au point qui m’a sans doute le plus gênée lors de ma lecture et qui explique, en grande partie, mon avis « mitigé » : la forme. Je le reconnais, ce premier tome se lit bien (on ne s’arrache pas les cheveux pour comprendre, c’est fluide), là n’est pas le problème. Jean Laudic fait passer ses hypothèses et théories assez facilement, et pourtant, tout ce qui touche à l’âme, aux auras et à la réincarnation, bref, au mystique, est plutôt « compliqué » ; mais il s’en sort très bien. Là où j’accroche moins, c’est au niveau des dialogues. Ils sont certes nombreux, mais ce n’est pas tellement leur nombre qui m’a gênée, mais plutôt la teneur de ceux-ci. Teneur qui accentue énormément le côté caricatural / mauvais acteurs des différents personnages. Une nouvelle fois, je l’ai surtout ressenti lorsque Camille était dans les parages, et lorsqu’elle se retrouve en présence des « soeurs » du couvent de Santa Clara. Quelle vulgarité ! Pour Camille, passe encore (quoique…), mais est-ce vraiment vraisemblable dans la bouche de femmes qui se font passer pour des sœurs ? C’est vraiment trop exagéré, trop… trop ! Encore une fois ! C’est dommage, les dialogues mériteraient d’être revus et légèrement corrigés ; ça ne pourrait que donner plus de poids à certains personnages, fluidifier encore plus la lecture et rendre l’ensemble plus vraisemblable !
Un dernier mot sur l’objet en lui-même : l’illustration de la couverture me semble très bien choisie, attrayante, mystérieuse,… tout ce qu’il faut pour capter l’attention et retenir le regard ! 

Vous l’aurez compris, du bon et du moins bon pendant cette lecture, mais je suis contente d’avoir découvert les théories de Jean Laudic concernant la couleur des auras, la réincarnation, les âmes… et je pense continuer cette trilogie, à l’occasion ! Merci, à nouveau, à Florence pour l’envoi de ce titre !

Une pensée sur “Auras, Tome 1 : Le Supplément d’âme de Jean LAUDIC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

e3e0549b58a2622b510646430d644b56\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\