Les Âmes vagabondes de Stephenie MEYER

les ames vagabondes stephenie meyer le lilvre de poche
Les Âmes vagabondes

de Stephenie MEYER
Editions Le Livre de Poche,
2010, p. 829

Première Publication : 2008

Pour l’acheter : Les Âmes vagabondes

Stephenie Meyer (née Morgan le 24 décembre 1973) est une écrivain américaine. Elle est l’auteur de la Saga du désir interdit (aussi connue sous le nom anglais de Twilight), qui tourne autour de la relation d’une humaine Bella Swan et d’un vampire Edward Cullen. Elle a vendu plus de 18 millions de copies de Twilight dans 37 pays, et plus de 8,5 millions de copies uniquement aux États-Unis. Stephenie Meyer a été classée 49ème dans la liste des 100 personnes les plus influentes du Time Magazine en 2008.

♣ ♣ ♣

La Terre est envahie. L’humanité est en danger. Nos corps restent les mêmes, mais nos esprits sont contrôlés. Melanie Stryder vient d’être capturée. Elle refuse cependant de laisser place à l’être qui tente de la posséder. Quelque part, caché dans le désert, il y a un homme qu’elle ne peut pas oublier. L’amour pourra-t-il la sauver ? Ils n’ont plus le choix : il faut se battre ou mourir.

Avec la déferlante Twilight (la tétralogie, les adaptations cinématographiques, les produits dérivés,…), qui n’a pas encore entendu parler de Stephenie Meyer ? J’ai découvert sa célèbre saga vampirique lors de sa première sortie française, en 2005/2006 et à l’époque, j’avais vraiment accroché à l’histoire de Bella – héroïne à laquelle je n’ai pas eu de mal à m’identifier alors que j’avais aux alentours de 18/19 ans.
Lorsque Les Ames vagabondes (The Host pour le titre original, ce qui signifie « L’Hôte ») a fait son apparition en France en 2008 chez JC Lattès, j’avais très envie de me jeter dessus, pour voir de quoi Stephenie Meyer était capable. Et puis, les mois passant, les années défilant, le phénomène Twilight a fini par me lasser et l’occasion de lire cet autre titre ne s’est jamais présenté, jusqu’à ce jour d’avril où Livraddict nous a proposé un partenariat avec Le Livre de Poche.
Vite, vite, vite ! C’était l’occasion ou jamais de découvrir l’auteure dans une autre histoire et de me faire une nouvelle idée de son « talent », avec quelques années en plus, une plus grande maturité et un peu plus de recul. Je ressors de cette découverte assez mitigée, finalement. J’ai passé un assez bon moment de lecture, mais point de sensationnel, point d’émotions fortes et encore moins de coup de cœur ; et pourtant, après quelques pages étranges, ma lecture s’annonçait plutôt bien… Explications !

Vagabonde est une âme, une petite créature extraterrestre argentée qui ne peut survivre sans un corps hôte. Son espèce s’est multipliée rapidement et a colonisé plusieurs endroits, dont notre jolie planète Terre. Les humains sont, pour la grande majorité, devenus des hôtes pour ces petits « mille-pattes » ; seule une petite poignée d’entre eux, des rebelles, se terrent dans le désert et tentent tant bien que mal de survivre à cette colonisation. Après plusieurs vies dans des hôtes et donc des planètes différentes, Vagabonde est une célébrité chez les âmes, et elle a décidé de s’implanter chez une humaine adulte – Mélanie – rebelle qui s’est faite attraper alors qu’elle tentait de se suicider pour échapper à la capture. Mais voilà, alors que l’esprit de l’hôte est censé disparaître lorsque l’âme s’introduit dans le corps, Mélanie fait de la résistance et n’est pas du tout décidée à laisser son enveloppe corporelle à Vagabonde ! Les deux « âmes » vont devoir cohabiter dans ce corps de jeune femme, pour le meilleur, mais surtout pour le pire !
Les premières semaines dans son nouveau corps se déroulent sans trop de problèmes pour Vagabonde – l’âme docile révélant les informations qu’elle découvre dans les souvenirs de Mélanie, aux « Traqueurs » (des âmes spécialisées dans la capture des rebelles) – mais voilà qu’une nuit, Vagabonde découvre que Mélanie vivait avec deux autres rebelles, son petit frère Jamie et le beau Jared… et l’esprit humain de Mélanie n’a qu’une idée en tête, rejoindre ces deux-là dans le désert ! Vagabonde finit par céder face à la force de persuasion de l’esprit qui cohabite avec elle ; elle s’enfuit et parvient à rejoindre un groupe de rebelles dans le désert. Jared et Jamie sont là eux aussi, mais leur accueil n’est pas celui qu’on attend ; après tout, Vagabonde est une âme – certes dans le corps de l’aimée Mélanie – mais tout de même une de ces extraterrestres qui ont envahi la planète…

Difficile de faire un résumé compréhensible sans trop en dire, donc je vais m’arrêter là. J’ai été très surprise de découvrir (dans le résumé de quatrième de couverture) Stephenie Meyer dans une histoire proche de la science-fiction et c’est avec une grande curiosité que j’ai entamé cette lecture. J’avais hâte d’en apprendre plus sur ces extraterrestres, sur leur mode de vie, sur la façon dont ils ont envahi notre planète,… Et en fait, je suis un peu déçue.
Les idées sont bonnes, mais pas assez développées à mon goût, ou alors, quand elles le sont, j’ai trouvé ça trop peu « vraisemblable », trop « bancal », pas assez poussé… On ne sait pas trop à quel moment est censée se dérouler cette histoire, je pense qu’on peut placer l’intrigue dans un futur plus ou moins proche de nous. Toute la planète est occupée par des extraterrestres, et je cherche encore à comprendre comment les choses se sont passées. On est quand même plus de 6 milliards d’habitants sur Terre, et la colonisation semble s’être faite comme ça, dans un claquement de doigts ! Alors que, Stephenie Meyer le répète assez souvent dans le texte, les âmes sont des espèces de petits « mille-pattes » très fragiles qui ne survivent que très peu de temps en dehors d’un hôte… Alors comment toutes ces bestioles se sont implantées d’un coup sous la peau, derrière le crâne (ce qui m’a rapidement rappelé cet épisode de la première saison de Buffy contre les vampires où des bestioles extraterrestres argentées se collent dans la nuque des habitants de Sunnydale et changent leur personnalité…) de la majeure partie des habitants de la planète… grand mystère ! En plus, pour qu’une telle colonisation ait eu lieue, il faut tout de même que ces extraterrestres soient potentiellement dangereux et agressifs, et encore une fois, tout le long du texte, l’auteure nous répète que les âmes sont altruistes, douces, gentilles, contre les armes et la violence (sauf les « Traqueurs »)… et les rares fois où l’on assiste à une altercation entre humains et âmes, ça ne semble pas très « violent ». Comment les humains ont pu se laisser avoir ?! Ça manque vraiment de vraisemblance, à mon goût. Mais soit, passons.

J’ai malheureusement eu l’impression que derrière cette création d’extraterrestres (création intéressante, je le répète, bien que pas assez développée) et derrière toute cette histoire de rébellion, la seule chose qui compte, c’est le triangle amoureux. En fait, oui, on peut classer ce petit pavé du côté de la science-fiction, mais en fait, le contexte n’est qu’un prétexte à une histoire d’amour pas toujours très bien menée à mon goût
Les premières pages du texte sont obscures, on ne comprend pas très bien dans quel univers on est, qu’est-ce que c’est que cette histoire d’âmes qui ont envahi la planète, où sont les humains ?… Beaucoup de questions qui trouvent des réponses au fil des chapitres. Après une impression de flottement pendant la première centaine de pages, j’ai commencé à avoir de l’intérêt pour l’univers crée par Stephenie Meyer, quand Vagabonde arrive dans la cachette des rebelles et qu’on comprend que quelques humains ont réussi à s’en sortir, je me suis dit : « Chouette ! Ça va bouger un peu ! Les humains vont tenter quelque chose pour récupérer leur planète, on va en apprendre un peu plus sur les faiblesses de ces âmes… ». Ben en fait, non. Une fois Vagabonde chez les rebelles, il n’y a plus qu’une chose qui compte, son (ses) histoire(s) d’amour. Même quand la Traqueuse (l’âme à la poursuite de Vagabonde) ne s’avoue pas vaincue et cherche à tout prix à débusquer les humains, ben il ne se passe rien ! Rien de rien ! C’est un peu la spécialité de Stephenie Meyer ça (en tout cas, c’est la même chose dans les tomes de la saga Twilight), tout le long du livre, on s’attend à une bataille, à une explosion, à une montée d’adrénaline, à quelque chose quoi… et ça n’arrive jamais… les amoureux se retrouvent et tout est bien qui finit bien, point.

StephenieMeyerLe point positif chez Stephenie Meyer, c’est sa façon de décrire les sentiments de ses personnages. C’est fort et assez émouvant. Il suffit d’être un peu fleur bleue pour être sensible à l’histoire d’amour de Vagabonde/Mélanie ; l’auteure nous apporte également de jolis sentiments et de beaux moments d’émotions. Il y a un petit message derrière (ce n’est pas parce que deux êtres ne sont pas de la même « espèce » qu’il ne peut pas y avoir de l’amitié, une entente et de l’amour), et un peu d’espoir également.
Cependant, c’est loin d’être « subtil » et c’est particulièrement moralisateur. Je me suis souvenue des quelques critiques faites à Stephenie Meyer au sujet de sa religion (elle est mormone) et surtout au fait que les principes de celle-ci se retrouvent dans ses histoires. Encore une fois, point de sexe ici. Ç’a beau être la « fin des temps », les humains se font rares et on s’aime, mais comme je ne suis qu’une jeune fille de 17 ans et que toi tu en as 26, c’est pas bien du tout d’aller plus loin que les simples baisers ! Sincèrement, j’ai peine à y croire…
Comme j’ai peine à croire à certaines réactions et agissements de personnages, Jared et Kyle entre autres. Le premier, à la découverte de Vagabonde, se comporte invraisemblablement ; quant au second, pendant 700 pages il déteste les âmes, tentant même plusieurs fois de tuer Vagabonde, et… pouf, le voilà qui devient tout gentil tout beau. C’est un peu ce que je reproche à l’auteure (et pas seulement ici), ce besoin impérieux de faire finir les choses bien. En plus d’avoir un côté « niais », ce n’est pas du tout plausible ! C’est se contredire et forcer les choses, juste pour que les héros se marient, vivent heureux et aient beaucoup d’enfants… J’ai beau aimer d’amour les contes de fées, c’est dommage d’en arriver là alors que le contexte et l’intrigue de départ annonçaient de belles choses !

Me voilà bien amère, mais pour atténuer un peu tout ça, j’avoue tout de même que j’ai passé un assez bon moment de lecture avec cette histoire d’amour dans un contexte de science-fiction. Ça se lit vraiment très bien, les pages défilent rapidement, sans trop de longueurs, les chapitres sont assez courts (ils comportent tous un titre qui nous indique un peu ce qu’on va trouver) et se terminent souvent de façon à nous pousser à lire un peu plus ; je suis sûre que beaucoup se « contenteront » de cette histoire d’amour et des beaux sentiments qui en découlent. Il y a encore quelques années, c’est aussi ce que j’attendais d’un livre, qu’il me distrait et me mette un peu de « baume au coeur ». Aujourd’hui, j’attends plus. Comme quoi, j’ai vraiment grandi et, dorénavant lorsque je découvre une histoire, je veux un univers développé intelligemment, une intrigue amenée subtilement et une fin à la hauteur…
Pour terminer sur un point positif et original, j’ai apprécié le choix de l’auteur qui a décidé de donner la « parole » (la narration se fait à la première personne du singulier) à Vagabonde. Le lecteur découvre l’histoire à travers les yeux d’une âme extraterrestre, c’est assez ingénieux, il fallait y penser. Vagabonde/Mélanie se révèlent alors attachantes (j’avoue qu’au début, les deux m’agaçaient, mais j’ai assez vite revu mon jugement les concernant) ; de même pour quelques autres personnages tels que Ian, Jamie, Jeb,… et on se plaît à suivre leur quotidien dans ces grottes aménagées.

Ainsi, si vous n’êtes pas trop exigeants (ne vous attardez pas trop sur les détails), si vous voulez juste passer un bon moment de lecture sans prise de tête, avec de beaux sentiments et une fin heureuse, alors oui, vous pouvez vous lancer dans ce conte de fées sauce science-fiction ; vous aimerez.

 

 

4 pensées sur “Les Âmes vagabondes de Stephenie MEYER

  • Ping : Titres (A - K) - Bazar de la Littérature

  • 16 mars 2015 à 14 h 13 min
    Permalink

    J’ai lu ce livre il y a déjà un certain temps et j’avais beaucoup aimé ! bon par contre, le triangle amoureux était de trop, comme toujours ! Dans l’ensemble, j’ai aimé, mais je te rejoins sur le fait que l’auteur ne va pas assez en profondeur. Le sujet est vraiment super interessant, et j’aurai aimé en savoir plus sur l’invasion et les envahisseurs…

    Répondre
  • 16 mars 2015 à 12 h 28 min
    Permalink

    L’une de mes première lecture avec Hush Hush ^_^

    Répondre
  • 15 mars 2015 à 22 h 32 min
    Permalink

    Ton avis m’a fait réfléchir.
    J’ai lu ce livre il y a quelques années (2/3 ans) car à sa sortie, après Twilight, je l’avais boycotté. Et j’en avais fait un coup de coeur, sans même parler des histoires d’amour : les idées et questions que soulèvent l’auteur dans ce livre étaient bonnes et j’avais bien aimé sa façon de l’écrire.
    Néanmoins, à la lecture de ton avis, tu m’as fait découvrir un pan du livre que j’avais inconsciemment laissé de côté (tout le côté « invasion » : comment ils y sont parvenus ? comment n’a-t-on pas pu s’en défendre ? ) et ces manques dans les explications. A l’époque ça ne m’avait pas choquée mais avec du recul, c’est vrai que le livre aurait pu être plus fourni à ce niveau.

    Très bon avis 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

d00f986decb9ee882a366be5b01d1f99E