La Nuit au Moyen Age de Jean VERDON

nuitmoyenage
La Nuit au Moyen Age
de Jean VERDON
Hachette Littératures,
Pluriel Histoire,
2003, p. 286

Première Publication : 1994

Pour l’acheter : La Nuit au Moyen Age

Jean Verdon, ancien professeur d’histoire médiévale à l’université de Limoges, a publié de nombreux ouvrages dont notamment, dans la même collection, Le Plaisir au Moyen Age (1997).

  

L’homme d’aujourd’hui a domestiqué la nuit grâce à l’électricité. Mais qu’en est-il de la vie de l’homme médiéval à la ville ou à la campagne, quand l’obscurité règne du coucher au lever du soleil ?
Riche en anecdotes, cet ouvrage raconte ce qui se passe la nuit, au temps où seule la chandelle lutte contre l’obscurité. La nuit, on craint le diable, les brigands, les revenants, les sorcières et les loups-garous. Rixes, homicides, conspirations, adultères et viols ne sont pas rares. Le travail nocturne, bien qu’interdit, existe. On se distrait : il y a les veillées, les chahuts, les feux de joie, les tavernes et les fêtes qui ne s’achèvent qu’avec le jour. L’auteur décrit aussi le lit, la chambre, les vêtements de nuit, le sommeil et les remèdes contre l’insomnie, les rêves. Mais la nuit est surtout propice à la spiritualité : il est recommandé de prier tard le soir, quand tout est calme. Les règles monastiques comportent des cérémonies nocturnes et une mystique affirme qu’il faut traverser la nuit (nuit des sens, nuit de l’esprit) pour atteindre la lumière, Dieu.

 

Les romans c’est bien, mais il y a un moment où il faut savoir être sérieuse et plonger le nez dans une étude pour avancer ses recherches de Master. Pour ceux qui l’ignorent, j’ai choisi de me pencher pour mon Master 1 d’Histoire de l’Art, sur la représentation de la nuit au moyen Age, en travaillant aussi bien sur les textes de l’époque que sur les images (sur n’importe quel support). Cette étude de Jean Verdon est ma base et la base de n’importe qui s’intéressant au sujet qui est, ma foi, passionnant et bien plus vaste qu’on pourrait le penser de prime abord.

Jean Verdon traite du sujet en trois grandes parties : « Satan ou la nuit horrifique », « L’Homme ou la nuit apprivoisée » et « Dieu ou la nuit sublimée ». Chacune de ces trois grandes parties et bien évidemment divisées en plusieurs sous-parties ; mais c’est là que j’ai trouvé le premier point négatif de cet ouvrage : bon sang ce que c’est brouillon ! Les sous-parties ne sont pas annoncées clairement, il y a juste des titres en majuscule qui se baladent entre les paragraphes ; c’est assez déstabilisant, car on ne sait jamais où l’on se situe par rapport au plan général donc, à mon goût, on retient moins bien les différentes idées avancées !

180pxPsautierdeParis435vLes différents sujets traités sont intéressants, notamment celui sur les fantasmes nocturnes avec les sorcières, revenants, loups-garous,… Par contre, la dernière partie m’a plus ou moins ennuyée ; ce n’est pas parce qu’elle traite du côté religieux du sujet (car tout ce qui touche aux religions m’intéresse beaucoup), mais surtout car elle illustre le second défaut de l’étude du spécialiste : l’énumération ennuyeuse. En effet, Jean Verdon passe la majeure partie de son texte à citer des sources ou des exemples. Certes, c’est assez passionnant, mais c’est également très lourd à lire, surtout que plusieurs fois, l’auteur passe d’une situation à une autre sans prévenir (sans retour à la ligne et aliéna, par exemple).

Ce n’est évidemment pas un ouvrage qui se dévore comme un roman, il vaut mieux prendre son temps sous peine d’indigestion, mais le style est tout de même très abordable. Il n’y a absolument aucune difficulté de vocabulaire ou de compréhension.
Je regrette l’absence d’illustration dans le texte. Des miniatures, des peintures, des sculptures,… auraient été à mon sens, plus parlantes et auraient « égayé » le texte (et m’auraient été bien utiles pour mon sujet de Master, il faut l’avouer !). Il faut se contenter de la toute petite miniature de la couverture pour avoir une idée et un appui « visuel ».

Des points négatifs avec cet ouvrage, mais également des points positifs, notamment grâce aux nombreuses informations qui nous sont ici révélées, que ce soit en ce qui concerne les activités nocturnes dans les villes, les différentes visions accordées à ces moments-là, ou encore le mobilier nocturne. J’ai même appris qu’au Moyen Age, ils avaient déjà inventé une sorte de clic-clac à roulettes, pour les invités ou le transport (chez les familles riches bien sûr)! Qui l’eut cru !?

 

Une pensée sur “La Nuit au Moyen Age de Jean VERDON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

e4f3aca612f71f34da5e425e5e119d7b||||||||||||||||||||||||||||||||