Insaisissable, Tome 1 : Ne me touche pas de Tahereh MAFI

insaisissable
Insaisissable, Tome 1 :
Ne me touche pas

de Tahereh MAFI

Michel Lafon,
2012, p. 382

Première Publication : 2011

Pour l’acheter : Insaisissable, Tome 1

Tahereh Mafi, d’origine iranienne, est née en 1988 dans le Connecticut. Elle vit aujourd’hui dans le comté d’Orange en Californie. Shatter Me (Ne me touche pas) est son premier livre.

 

 

« Ne me touche pas, je lui murmure. Je mens mais ne lui dis pas. J’aimerai qu’il me touche mais ne lui dirais jamais. Des choses arrivent quand on me touche. Des choses étranges. De mauvaises choses. Des choses mortelles. »
Juliette est enfermée depuis 264 jours dans une forteresse pour un accident. Un crime. 264 jours sans parler ni toucher personne. Jusqu’au moment où un gardien vient partager sa cellule. Derrière sa nouvelle apparence, elle le reconnaît : c’est Adam, celui qu’elle aime en secret depuis toujours.

Premier tome d’une nouvelle trilogie qui a fait un carton sur la blogosphère anglophone, Ne me touche pas est arrivée en France grâce à Michel Lafon et semble avoir fait autant d’émules dans notre belle patrie. Contrairement à beaucoup qui se font un malin plaisir de fuir les succès, je suis plutôt du genre à être curieuse et à vouloir tester, pour la science (et parce que la couverture est carrément magnifique… ouais, juste pour ça).
Vu les échos chez de nombreuses blogueuses que j’apprécie beaucoup, j’étais plutôt confiante en entamant cette lecture mais il faut croire que la magie n’a pas opéré chez moi. Je suis toujours déçue de ne pas réussir à accrocher à un ouvrage qui semble rendre heureuse autant de lectrices… y a un truc qui cloche chez moi (enfin, généralement, je suis le mouvement donc ça va, apparemment je suis plutôt « normale ») ?
Bon, je n’ai pas détesté, non non non, ne vous méprenez pas. Mais j’ai mis très longtemps à entrer dans l’histoire et finalement, je n’ai réussi à apprécier que grâce à la deuxième partie. Je reconnais qu’il y a de l’originalité et un beau travail sur le style mais pour tout avouer, une semaine après ma lecture, il ne me reste pas grand-chose… voilà le meilleur témoin pour juger d’une découverte…

Concrètement, ce qui a freiné ma lecture et donc mon enthousiasme, c’est la mise en place de l’histoire et plus généralement, toute la première partie que j’ai trouvé assez… « étrange ». J’ai été déstabilisée par cette première moitié qui est certes, originale objectivement parlant mais qui, malheureusement, ne m’a pas du tout emportée. J’ai l’impression d’être restée très étrangère au destin de l’héroïne, très extérieure et pas du tout impliquée dans tout ce qui pouvait lui arriver. Heureusement, la deuxième moitié du texte m’a fait changer d’avis. Pourquoi ? Je pense que cela tient principalement aux « objectifs ».
Dans la première partie, on ne sait pas trop où on va, et l’héroïne n’a de toute façon, pas envie d’aller quelque part (et si l’héroïne n’a pas d’envies, généralement, moi non plus). Par la suite, on découvre de véritables enjeux, l’action se met en place, l’urgence est bien présente… et la demoiselle a enfin un but dans la vie. Voilà ce que je veux dire par « objectifs » et ce qui me manquait cruellement dans la mise en place de l’histoire. Alors oui, je comprends parfaitement que Tahereh Mafi ait choisi ce « rythme » car avait envie d’offrir les pièces du puzzle au compte-gouttes, et objectivement, je trouve que c’est une bonne idée ; mais je ne sais pas, cette fois, ça n’a pas pris chez moi et j’aurais aimé une entrée en matière moins « floue ».

Outre cette impression de flou artistique, j’ai également eu un peu de mal avec la romance. Je vous promets que je suis une vraie fleur bleue qui adore les histoires d’amour et qui pleure à chaque fois qu’elle regarde Titanic et Moulin Rouge (même si je les connais par cœur, évidemment), mais je trouve que, en général, en Young Adult, les romances sont sans profondeur, sans relief, sans passion… bref, sans ce qui m’accroche et me fait rêver. Et c’est encore une fois le cas dans Ne me touche pas, à mon plus grand regret.
Et le truc le plus extraordinaire (énervant) dans ce genre de bouquins, c’est que les héroïnes, sans rien faire, juste en attendant à leur fenêtre, tombe sur le prince charmant idéal. Ici, Juliette est enfermée dans un asile depuis 264 jours et avant ça, elle a connu des années difficiles mais paf, le premier mec qu’elle croise après sa captivité, c’est évidemment le grand amour. Il y a bien quelques obstacles à leurs retrouvailles mais quand même, ça reste un peu trop fastoche à mon goût (ouais, je suis une sadique, j’aime bien quand les couples doivent affronter plein de trucs avant de pouvoir être réunis…). 17 ans, 3 ans loin de tout contact masculin, première relation amoureuse de sa vie et hop hop hop, le beau gosse gentleman du coin dans les filets. Je veux des cours. Ou alors y a du filtre d’amour dans l’air, c’est ça ? Donnez les recettes ! Pis en plus, si c’est pour avoir l’amour de sa vie près de soi et même pas en profiter (oui, en Young Adult c’est baisers volés entre deux portes mais attention, la main au dessus du t-shirt, pas en dessous… et si par malheur les amoureux sont pris d’une passion incontrôlable, ils sont vite recadrés par les personnages secondaires qui débarquent toujours au « mauvais » moment, comme par hasard… !).

taherehmafiJ’arrête là avec cet aspect et passe aux personnages qui, malheureusement, ne m’ont pas non plus vraiment convaincue. A l’image de leur amourette, ils m’ont paru assez creux, sans beaucoup de profondeur. Sympathiques, certes, mais peu marquants.
Juliette est une héroïne intéressante car profondément blessée et marquée par un épisode de son passé qui lui a fait perdre toute estime d’elle-même et toute envie de vivre. Impossible pour elle de toucher d’autres êtres humains sous peine de leur infliger de terribles douleurs… la jeune fille est donc contrainte à la solitude et à la distance. Elle a donc un côté assez touchant mais malheureusement, je n’ai pas réussi à m’attacher à elle car ce n’est pas cet aspect premier qui m’a marquée, mais sa façon d’être « ailleurs » (proche de la folie ?). Ainsi, trop extérieure et ne comprenant pas forcément les agissements (avec Warner notamment) et son comportement un peu « apathique », difficile pour moi de m’identifier ou simplement de faire de Juliette une amie.
Les autres personnages m’ont paru, encore une fois, sans grandes surprises. Le méchant – Warner – n’est pas vraiment charismatique à mon goût et tient plus du fils à papa pourri gâté qui n’en fait qu’à sa tête et développe une obsession déplacée pour un nouveau « jouet ». Adam, le bellâtre, est beau, gentil, fidèle, fort et protecteur. Le prince charmant quoi. Sans défauts. Lisse et fade.
Finalement, ce sont peut-être les personnages secondaires, arrivant dans la deuxième partie, qui ont ma préférence et qui me donnent envie d’en savoir plus en lisant la suite. J’espère que dans celle-ci, les figures principales s’étofferont et apporteront quelques rebondissements…

L’univers « dystopique » mis en place reste assez maigre dans ce premier opus. La faune et la flore disparaissent, les riches humains peuvent se payer tout ce qu’ils veulent tandis que la plèbe doit se contenter de ce qu’elle trouve. Warner lève une armée car il souhaite avoir le pouvoir et le contrôle sur tout et tout le monde et pour se faire, il a besoin d’armes puissantes… telle que Juliette. C’est à peu près tout ce que l’on sait à la lecture des trois quarts du texte… autant dire que c’est assez peu. Et puis, les dernières pages introduisent de nouveaux éléments qui changent la donne et risquent de rendre le tome suivant plus « sportif ». Grâce à eux, je peux dire que cet univers a du potentiel. J’espère simplement que l’auteure saura l’utiliser au mieux et ne se contentera pas de rester en surface…

Le gros point positif de cette nouvelle saga débarquée en France est, sans aucun doute, le style de l’auteure (ou la traduction française, allez savoir !). Tahereh Mafi a opté pour le point de vue interne (le fameux « je » pas mal utilisé, parfois pas toujours à bon escient, dans la Young adult) et c’est une bonne idée à mon sens. Le lecteur peut ainsi mettre plus facilement des mots sur les sensations de Juliette qui retrouve goût à la vie et découvre pour la première fois, ce que c’est que d’être aimée. Même si je n’ai pas été particulièrement sensible à son histoire d’amour, je reconnais que quelques passages sont assez émouvants.
Je n’ai pas le livre avec moi mais il me semble me rappeler que le texte est au présent de narration. J’ai parfois du mal avec cet emploi, mais cette fois-ci, ça ne m’a pas gênée. En effet, l’utilisation du présent permet une immersion un peu plus aisée (même si ça n’a pas été mon cas dans la première partie du texte) et un rythme plus soutenu.
C’est riche et imagé, et parfois même un peu trop car les nombreuses métaphores accompagnent les pensées de Juliette, qui se perd un peu dans un « ailleurs » et qui, alors, me perdait un peu également…


Je me relis et je me trouve assez sévère. Je n’ai, malheureusement, pas su accrocher aux aventures des personnages avant la deuxième partie, ce qui explique mes impressions un peu « négatives » mais la deuxième moitié du texte a su arranger les choses. J’ai certes découvert plusieurs défauts lors ma lecture – notamment un manque de profondeur des personnages, une romance un peu trop facile et un début assez flou – mais je lui reconnais bien volontiers une originalité et surtout, une belle plume. N’hésitez pas à aller lire les chroniques des autres lecteurs, souvent très positives !

« Tuer le temps n’est pas aussi difficile que ça en a l’air.
Je peux me tirer une centaine de chiffres dans la poitrine et regarder saigner les virgules décimales dans le creux de ma main. Je peux arracher les chiffres d’une pendule et observer les aiguilles faire tic, tic, tic, jusqu’à leur dernier tac avant que je m’endorme. Je peux suffoquer quelques secondes simplement en retenant mon souffle. J’ai tué des minutes pendant des heures et personne n’a l’air de s’en inquiéter. »

« Mon manque de retenue me choque, mais je ne suis pas sûre de savoir contenir ce genre d’émotions. Adam me rend avide de choses que j’ignorais pouvoir posséder. »

Merci à Michel Lafon pour cette découverte…

Une pensée sur “Insaisissable, Tome 1 : Ne me touche pas de Tahereh MAFI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

60c20baa4667855223d2b14ff5ffcd64gggggggggggggggggggggggggggggg