Les Filles d’Ennismore de Patricia FALVEY

Les Filles d’Ennismore
de Patricia FALVEY

Belfond,
2019, 416 p.

Première Publication (vo) : 2017

 

Pour l’acheter : Les Filles d’Ennismore

 

Née en Irlande du Nord, Patricia Falvey vit à Dallas, aux États-Unis. Après une longue carrière dans la finance, elle s’est tournée vers l’écriture de romans ayant pour décor sa terre natale. Premier de ses romans à être publié en France, Les Filles d’Ennismore est son troisième ouvrage.

 

♣ ♣ ♣

 

Irlande, début du XXe siècle.
À huit ans, Rosie croise le chemin de Victoria, la jeune héritière du domaine d’Ennismore. Celle-ci s’ennuie et voit en la fille d’un métayer, l’amie dont elle rêve tant. Au grand dam de sa mère, elle arrive à convaincre son père de partager ses heures de leçon avec Rosie. Au fil des années, leur amitié grandit. Mais à 17 ans, Victoria quitte Ennismore pour Dublin afin de faire son entrée dans le monde, laissant Rosie déchirée entre les aspirations de ces années d’éducation aristocrate et sa modeste position. Elle est bientôt contrainte d’accepter un poste de domestique au domaine. Servir une famille qu’elle a côtoyée pendant dix ans est d’autant plus douloureux que Rosie est amoureuse depuis toujours du frère de Victoria, Valentin.


Alors que le point fort des Filles d’Ennismore semble être sa comparaison élogieuse avec Downton Abbey, c’est pour ma part son contexte historique qui a piqué ma curiosité. L’histoire du pays est particulièrement utilisée dans les romans écrits par des auteur.ice.s irlandais.e.s mais les traductions françaises ne sont pas aussi nombreuses que je le souhaiterais. Alors lorsqu’une est publiée, je ne me fais pas prier !

L’amitié entre une domestique et une fille de bonne famille

C’est l’histoire de Róisín et de Victoria.
Róisín (à prononcer « rochine ») est née dans une famille de paysans irlandais. Une petite chaumière dans laquelle brûle la tourbe, de nombreux frères et sœurs et une seule perspective d’avenir : devenir, comme sa sœur aînée, domestique à Ennismore, la grande propriété d’à côté.
Victoria est la fille des landlords, les propriétaires terriens anglais, ceux qui possèdent le fermage de la famille de Róisín. Elle vit dans une grande demeure un peu froide, entourée d’adultes qui ne s’occupent pas d’elle, passant le temps à utiliser ses nombreux jouets. Sa seule inquiétude sera de faire un beau mariage en ce début de XXe siècle. Si possible avec un riche anglais, pour perpétuer les traditions et la richesse de la famille.
Les deux petites filles n’ont rien en commun et pourtant, par la force des choses, elles vont devenir amies. C’est Victoria qui en a l’idée, elle veut que Róisín lui tienne compagnie en classe et s’instruise en même temps qu’elle. En dehors de la salle d’étude, les deux petites filles reprennent chacune leur statut social mais entre les cahiers, elles grandissent dans un semblant d’égalité.

Dublin et l’émancipation féminine au début du XXe siècle !
Patricia FALVEY

Si les années passées ensemble les rapprochent, la future entrée de Victoria dans « le monde » scellera leurs différences. Róisín, fière et têtue irlandaise refuse de s’humilier en devenant la suivante de son amie. Elle a reçu une instruction, elle a goûté au monde de son amie, jamais plus elle ne pourra être une simple domestique !
Méprisée par les familles riches, moquée par son entourage proche, Róisín n’a plus sa place nulle part. Elle fuit à Dublin et trouve sa voie dans la rébellion irlandaise, auprès de la ligue gaélique alors que Victoria s’émancipe de plus en plus de cette société noble dans laquelle elle ne croit plus.
En ces temps troubles, alors que le Titanic a sombré et que la Première Guerre Mondiale fait rage, le nationalisme irlandais grandit. Les Pâques sanglantes se préparent. Róisín et Victoria y prendront part, chacune à leur manière… Mais peut-être pas chacune dans leur camp ?

La montée du nationalisme irlandais dans la capitale

Même si j’aurais aimé beaucoup plus de détails sur ce sujet qui me passionne tant (le conflit entre l’Irlande et le Royaume-Uni), je suis tout de même ravie par cette lecture.
On y découvre un pan de l’histoire européenne méconnue en France. L’histoire de l’occupation anglaise, des inégalités de classes (l’extrême pauvreté des fermiers irlandais obligés de payer des loyers effarants aux propriétaires anglais), de la montée du Sinn Fein jusqu’aux coups d’éclats de l’IRA… le tout grâce aux vies de deux héroïnes courageuses et prêtes à tout pour leurs convictions.
Alors certes, c’est parfois un peu facile et forcé (il se passe évidemment exactement ce qu’il doit se passer, notamment en terme de rencontres fortuites au milieu des rues de Dublin) ; certes des histoires d’amour pas forcément très réalistes se glissent là-dedans… mais c’est l’occasion de découvrir la grande Histoire irlandaise à travers les petites histoires de personnages crédibles créés de toutes pièces.

Les Filles d’Ennismore est un roman historiquement documenté offrant des personnages qui nous émeuvent et auxquels on peut facilement s’attacher. Je ne sais pas si Patricia Falvey a écrit d’autres histoires dans un contexte irlandais mais si c’est le cas, je n’hésiterai pas à m’y plonger.

Vous avez aimé ? Dites-le !
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error

Vous avez aimé ? Dites-le !

RSS
Follow by Email
Facebook
YouTube
Instagram