Quatre filles et un jean, Tome 5 : Pour toujours de Ann BRASHARES

Quatre filles et un jean,
Tome 5 : Pour toujours
de Ann BRASHARES

Gallimard Jeunesse,
2012, 432 p.

Première Publication (vo) : 2011


Pour l’acheter : Quatre filles et un jean, Tome 5


Ann Brashares, née en 1967, est une écrivaine américaine d’ouvrages pour la jeunesse. Elle est particulièrement connue pour sa série Quatre filles et un jean. (Wikipédia)

♣ Tome 3 ♣ Tome 4 ♣


♣ ♣ ♣


Carmen, Lena, Tibby et Bridget ont seize ans dans le premier tome. Elles sont toutes les quatre nées à Berthesda, dans l’Etat de Washington, entre la fin août (Lena est née un peu en avance sur la date prévue) et la mi-septembre, dans un intervalle de dix-sept jours précisément. Très différentes les unes des autres, elles sont pourtant les meilleures amies du monde et partagent toutes leurs joies et leurs peines. Un jean magique symbolise leur amitié et deviendra le témoin privilégié de leurs aventures estivales, jusqu’au dernier volet, qui laisse les quatre filles au seuil de leur vie d’adulte. C’est l’heure des grandes questions et, parfois, des déceptions. Mais une chose est sûre : avec ou sans le jean, leur amitié restera éternellement dans le bleu.


Ce cinquième et dernier tome est sorti de nombreuses années après le quatrième, de façon assez inattendue. Entre les deux, une ellipse narrative de dix ans pour les quatre héroïnes. Nous les quittions alors qu’elles avaient 19 ans, nous les retrouvons à l’aube de leur 30 ans.
Je crois que j’ai bien fait d’attendre autant d’années (6 ans) pour découvrir ce dernier opus car mon âge coïncide un peu plus avec celui des quatre filles, c’est donc plus facile de s’identifier (ce que j’avais eu un peu de mal à faire dans le tome 4, par exemple). Et j’ai été très émue.

Les quatre amies ont bien grandi mais elles se sont un peu perdues de vue au fil des années. Le téléphone et les mails sont là pour tenter de minimiser un petit peu la distance mais chacune a une vie bien remplie (ou pas) et les contacts s’estompent. Malgré tout, la promesse de retrouvailles organisées par Tibby les enthousiasment toutes ; c’est donc avec beaucoup de plaisir qu’elles s’envolent pour quelques jours de vacances en Grèce. Sur place, un drame les touche de plein fouet.
Après la joie de la réunion c’est la stupéfaction qui, à nouveau, les sépare. Chacune va vivre différemment la douleur de la perte et le deuil, chacune de son côté… mais l’amitié reprendra le dessus et leur permettra de dépasser la souffrance pour réapprendre à vivre et à aimer.

Ann BRASHARES, portrait trouvé sur Gallimard Jeunesse.

Ann Brashares utilise le même principe narratif que dans les tomes précédents. Chacune des quatre filles est traitée, d’un point de vue externe, selon l’alternance des chapitres. Aucune des quatre ne prend vraiment le dessus, toutes ont leur place et les lecteurs peuvent s’attacher à chacune d’entre elles. J’avais mes préférées dans les tomes précédents mais cette fois, je suis bien incapable de les départager. Toutes m’ont beaucoup émue et m’ont surprise à plusieurs reprises.
Lena est peut-être celle qui m’a un peu « déçue » : j’ai eu un peu de mal à accepter son apathie, son enlisement dans une vie fade et déprimante dont Kostos reste le fantôme inaccessible. J’avais envie de la secouer pour qu’elle ouvre les yeux et prenne enfin sa vie en main. Au contraire, Carmen, Tibby et Bridget ont su me surprendre positivement. Carmen semble avoir tout pour être heureuse : la célébrité, l’argent, l’amour, le confort… et pourtant ! Elle sait se remettre en question et attraper sa chance quand elle passe. Tibby a suivi son grand amour en Australie où ils ont construit une vie simple mais non dénuée de malheurs. Bridget m’a fait beaucoup de peine, la jolie blonde sportive semble tellement perdue et au bout de ses forces dans ce tome…

Vous l’aurez compris, beaucoup d’épreuves attendent les quatre filles (et les lecteurs) dans ce cinquième et dernier tome. Sortez les mouchoirs parce que l’autrice n’épargne rien à personne. Le rebondissement en Grèce m’a laissée pantoise, je ne m’y attendais pas. Pas plus qu’à la suite des événements.
J’ai envie de faire le parallèle avec le livre (et l’adaptation) PS : I love you (écrit par Cecelia Ahern) qui, bien que complètement dramatique, nous laisse sur une impression positive. Comme toutes ces œuvres « doudou » qui nous font du bien, malgré tout. C’est dur, terriblement émouvant, pas très drôle mais souvent très tendre.

C’est étrange de devoir dire au revoir à ces quatre filles que j’ai eu l’impression de voir grandir au fil des années. Elles sont devenues comme des amies auxquelles je m’étais beaucoup attachée. Les voir souffrir, pleurer, rire, aimer, évoluer… c’est un peu comme ci je le vivais moi aussi. C’est donc avec énormément d’émotions que j’ai découvert le dernier volet de leurs aventures et avec encore plus d’émotions que j’ai tourné la dernière page.


Vous avez aimé ? Dites-le !

Une pensée sur “Quatre filles et un jean, Tome 5 : Pour toujours de Ann BRASHARES

  • 17 septembre 2018 à 18 h 17 min
    Permalink

    J’avais eu un petit coup de coeur pour ce roman ! Un très beau final, très émouvant !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous avez aimé ? Dites-le !

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://bazardelalitterature.com/2018/09/17/quatre-filles-et-un-jean-tome-5-pour-toujours-de-ann-brashares">
YouTube
Instagram