L’Eveil des Chimères de Eric AMON

L’Eveil des Chimères
de Eric AMON

Editions Leha,
2017, 448 p.

Première Publication : 2017

 

Pour l’acheterL’Eveil des Chimères

 

♣ ♣ ♣

 

Qui a dit que les monstres n’avaient pas d’âme ? Dans un monde dominé par les humains, où la magie est à peine plus qu’un soupir, les créatures mythiques de l’ancien temps (sphinx, minotaure, manticore, hydre, faune…) essaient tant bien que mal d’exister. Dans cet univers imaginaire et extraordinaire, quand elles ne sont pas simplement considérées comme de pures fictions, elles passent désormais aux yeux des hommes pour des monstres.
Le sont-elles toutes vraiment ?


Première publication de l’auteur Eric Amon, L’Eveil des Chimères est un « roman » surprenant qui mérite qu’on s’y attarde mais en prenant le temps, avec la concentration adéquate.

A part la référence aux créatures mythiques, je n’avais aucune idée de ce que j’allais trouver dans ce livre. Je ne connaissais pas le fil rouge et ne savais donc absolument pas à quoi m’attendre.
Première surprise, et de taille : la limite entre le recueil de nouvelles et le roman est mince. Un peu à la manière de l’excellent Janua Vera de Jean-Philippe Jaworski, L’Eveil des Chimères propose un assemblage d’historiettes (de nouvelles) qui prennent toutes place dans le même univers et dans lesquelles on retrouve certains éléments communs qui les relient les unes avec les autres (la référence à une ville, à un personnage déjà rencontré…). L’accumulation de portraits enrichit l’univers et offre une belle diversité de héros. J’ai vraiment eu l’impression de me promener dans un monde parfaitement construit, avec sa géographie, son histoire… et sa mythologie. Et ça, c’est un sacré bon point.

Eric AMON, portrait trouvé sur la page Facebook des Editions Leha.

A cette première surprise scénaristique s’ajoute une originalité purement formelle qui là encore, m’a paru intéressante… mais peut-être un peu difficile à appréhender. Chaque « nouvelle » mettant en scène un personnage (une chimère) différent, la voix de celui-ci n’est donc pas toujours la même. Le vocabulaire, les tournures de phrases… mais aussi la forme du récit qui change carrément de genre selon le narrateur. Je m’explique.
Certaines histoires prennent la forme de petites nouvelles en prose, avec des paragraphes de descriptions, des passages de dialogues. Bref, du classique. Et parfois, pour d’autres « nouvelles », une forme presque théâtrale se révèle dans les dialogues (le nom des intervenants est en début de ligne, suivi des « : » et de la réplique). Le monologue intérieur est aussi utilisé par d’autres chimères, nous proposant même des récits fragmentés dont les chapitres ne semblent pas être dans l’ordre. A nous d’assembler ?

L’assemblage d’un puzzle, c’est, il me semble, le principe de ce texte. Alors c’est fascinant, souvent passionnant… mais un peu ardu à appréhender, et que c’est dense ! J’ai d’ailleurs eu un peu de mal avec certains passages descriptifs qui m’ont semblé un peu forcés dans le style, presque ampoulés. Ce qui gêne la lecture.
J’aime beaucoup les belles plumes travaillées, avec un beau vocabulaire et de jolies tournures de phrases… mais il ne faut pas en oublier la fluidité pour le lecteur. Un équilibre difficile à trouver qu’Eric Amon a touché du doigt de nombreuses fois dans son Eveil des Chimères, pour finalement retomber dans ses travers. Ce ne sont que des maladresses, ce n’est qu’une question d’ajustement… pour un premier roman, il y a déjà un beau potentiel !

A noter qu’un petit jeu se met en place au début de chaque nouvelle : il s’agit pour le lecteur de découvrir, grâce à quelques indices, quelle est la nature de la chimère qui nous raconte son histoire. La résolution du mystère se fait plus ou moins vite (parfois c’est vraiment bien joué, notamment la très courte nouvelle avec les cyclopes) mais si vous n’avez pas l’envie de deviner ou la patience, vous pouvez toujours jeter un oeil à la fin de chaque histoire, une jolie illustration vous y attend.

Faune, minotaure, sphinx, méduse, cyclope, manticore… autant de créatures qu’Eric Amon nous proposent ici de redécouvrir. De l’intérieur. Puisque chacune d’elles prend la parole pour nous livrer un portrait, souvent dramatique, parfois émouvant ; avec une voix et donc une narration qui est propre à chacune. L’univers mis en place est très riche, très documenté et de ce fait assez passionnant. Malheureusement, la plume parfois un peu forcée m’a fait décrocher et m’a empêchée d’être aussi réceptive et donc émue par des histoires qui auraient pourtant mérité toute mon attention. Mais Eric Amon est un jeune auteur à suivre, sans aucun doute !

 

Merci aux éditions Leha !

a

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous avez aimé ? Dites-le !

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://bazardelalitterature.com/2018/04/21/leveil-des-chimeres-de-eric-amon">
YouTube
Instagram