VOYAGE EN IRLANDE – Y aller, se déplacer

 

En mai prochain, ce sera mon quatrième séjour en Irlande, je commence donc à connaître quelques petites choses et j’avais envie de vous en faire profiter. D’autant plus qu’à chaque fois, j’ai vécu des expériences assez différentes : Wwoofing au milieu du pays (en 2012), road trip en voiture tout autour de l’Irlande (en 2014), voyage solo en bus (en 2017).

J’ai donc testé plusieurs façons de voyager en Irlande et c’est ce dont je vais vous parler aujourd’hui.

 

♣♣♣

 

Première étape : arriver en Irlande !

A chaque fois, j’ai pris l’avion avec la compagnie nationale Aer Lingus mais je sais que, selon votre ville de départ, vous pouvez voyager avec RyanAir, Air France, EasyJet… et peut-être d’autres pour arriver à Dublin (la capitale de la République d’Irlande), Cork ou Belfast (capitale de l’Irlande du Nord).

Vous pouvez également rejoindre l’Irlande par voie maritime grâce à des « ferries » qu’il faut attraper sur les cotes du Nord de la France. Mais n’ayant jamais testé ce moyen, je m’abstiendrai de tout commentaire.


Acheter ses billets sur le site Aer Lingus

La première fois, l’utilisation du site peut paraître un peu obscure. Oui la recherche basique est simple mais ensuite, pour le choix des tarifs, des options et des bagages à ajouter, ce n’est pas si évident (en tout cas, on peut douter plus d’une fois d’avoir fait le bon choix).

Il existe trois tarifs chez Aer Lingus (Eco, Plus, Avantage) et évidemment, plus vous payez plus vous avez d’options comprises.

Exemple de tarifs pour un billet d’avion sur le site Aer Lingus (3 options).

Personnellement, j’ai toujours voyagé en « Eco » et, ayant toujours pris mes billets au moins deux ou trois mois à l’avance (parfois encore plus tôt), j’ai réussi à avoir des tarifs compris entre 70 et 85€ l’aller (donc entre 140 et 170€ l’aller-retour pour le Lyon-Dublin). A noter que dans l’option « Eco », vous n’avez qu’un bagage cabine (à savoir un petit sac qui ne doit pas excéder 10kgs). Si vous souhaitez ajouter un bagage en soute, il va falloir payer un supplément par vol. De mon côté, j’ai opté (en septembre dernier et pour le futur séjour) pour un bagage soute de 15kgs qui me coûte 70€ l’aller-retour (35€ l’aller). Si vous prenez un sac de 20kgs, c’est 80€ l’aller-retour (40€ l’aller)… et vous pouvez encore monter mais évidemment, plus c’est lourd plus c’est cher ! Si vous souhaitez choisir votre siège, là aussi c’est en supplément.

Le tarif « Plus » comprend d’office un bagage soute de 20kgs, le choix du placement dans l’avion et un embarquement prioritaire. Mais la différence de prix avec l’option « Eco » est assez élevée (au moins 50 ou 60€) donc à vous de voir si la possibilité de choisir votre place et l’embarquement justifie ce prix. Personnellement, je préfère entrer dans les derniers (moins je suis dans l’atmosphère pressurisée de l’avion, mieux je me porte) et je fais avec le siège que l’on me propose (même si j’avoue que la dernière fois, au milieu de l’avion, au milieu de la rangée, j’étais particulièrement mal… et ayant quasi fait un malaise, je pense que j’aurais été beaucoup plus à l’aise – beaucoup moins oppressée – si j’avais pu être côté couloir mais bon… on fait avec et le trajet Lyon – Dublin ne dure que 2 heures !).

Je n’ai jamais envisagé le tarif « Avantage » donc je suis bien en peine de vous en parler…

Lors du retour en août 2014, nous avions atterri à Genève (en Suisse) parce que le tarif était plus avantageux et parce que le retour Genève-Lyon était possible en voiture grâce à la famille de l’une de nous. Mais je vous conseille de comparer les tarifs selon les villes de départ, parfois il vaut mieux mettre un peu plus cher dans le billet d’avion mais partir plus près de chez vous, plutôt que devoir ajouter des frais d’hôtel et de train/bus/covoiturage pour arriver jusqu’à l’aéroport choisi. Sincèrement, la multiplication des changements/étapes multiplie la fatigue et l’angoisse (imaginez, vous loupez le train ou il est annulé ?!) et ne me paraît pas franchement plus économique.


Petit aparté

Je vis près de Clermont-Ferrand mais je prends l’avion à Lyon car il n’y a pas de vol entre Clermont et l’Irlande. Il faut donc que j’ajoute aux frais : le déplacement jusqu’à Lyon, puis la navette jusqu’à l’aéroport Saint-Exupéry et selon l’heure de départ, un hébergement (mais c’est toujours plus avantageux en terme de tarifs/temps que si je prenais l’avion à Paris).
Ayant vécu 11 ans à Lyon, j’ai encore des ami(e)s là-bas qui peuvent m’héberger gratuitement donc ce n’est pas un problème. Sinon, en septembre, j’ai fait en sorte de prendre l’avion en fin de journée, j’ai donc quitté mon chez moi auvergnat très tôt dans la matinée pour enchaîner train/navette/avion.

A noter que les bus Flixbus proposent de nombreux trajets entre Clermont les Salins et Lyon Perrache et si vous vous y prenez assez tôt, vous vous en sortirez pour 5€ l’aller.
Autre bon plan, si vous réservez en ligne votre-aller retour au moins deux mois avant votre vol, vous pouvez gagner environ 5€ sur la navette Rhône-Express qui relie la gare de la Part-Dieu à l’aéroport (comptez donc 20,80€ l’aller-retour, pour un adulte avec le tarif réduit internet au lieu de 25,90€). Attention, si vous prenez le billet dans la navette (ni sur internet, ni aux distributeurs), c’est 4€ supplémentaire l’aller… donc 18,70€ pour 30 minutes de voyage !!!

 

♣♣♣

 

Deuxième étape : se déplacer en Irlande !

L’Aéroport de Dublin est grand mais plutôt sympathique et bien indiqué (en tout cas quand on arrive et qu’on veut sortir… dans l’autre sens, c’est un peu plus sport !). Le passage de la douane est ultra-rapide, il y a de nombreux box et il suffit de montrer sa pièce d’identité (ou son passeport si vous en avez un). Il vous faut ensuite attendre votre bagage soute sur les tapis roulants. Là encore, c’est bien indiqué et plutôt rapide.

Une fois vos valises récupérées, plusieurs choix s’offrent à vous :

1 – vous souhaitez rejoindre le centre ville de Dublin en bus

2 – vous souhaitez directement partir dans une autre ville également en bus

3 – ou vous souhaitez aller récupérer une voiture de location


1 – Pour rejoindre le centre de Dublin

Je vous conseille très sincèrement les navettes spéciales (Airlink) mises en place qui ne coûtent pas très chères et qui sont faciles à repérer et confortables (en terme de place pour vous asseoir – il y a un étage ! –, en terme de fréquence – toutes les 15 minutes de 5h du mat’ à minuit environ – et de temps pour rejoindre le centre).

Selon votre destination dans la capitale, il vous faudra choisir entre le 747 et le 757. Attention, ne vous trompez pas car la première ligne relie la gare Heuston (donc au sud-est en passant par Temple Bar), l’autre va vers Camden (donc au sud-ouest, en passant aussi par Temple Bar !).

L’aller vous coûtera 7€ si vous l’achetez sur place (6€ si vous le prenez en ligne) et l’aller-retour sera à 12€ (10€ si vous achetez sur internet). Comptez environ 30 minutes pour arriver vers la Liffey, le fleuve (donc le centre), selon la circulation évidemment.

Bus Airlink, navette aéroport. Dublin, Irlande.

Les numéros des bus sont bien indiqués à l’avant de ceux-ci (de toute façon, quand vous sortez de l’aéroport, vous descendez d’un étage, c’est sur le premier quai il me semble) et à l’intérieur, je crois me souvenir que des panneaux lumineux (ou des écrans ?) et une bande sonore indiquent les arrêts à venir. Donc vraiment, c’est facile.

Il existe d’autres bus – ceux de la ville – qui desservent l’aéroport, qui sont je crois me souvenir (mais ça date de 2012 donc ça a sans doute changé depuis) moins chers mais qu’il est moins évident de trouver en sortant de l’aéroport et qui, une fois à l’intérieur, vous laissent dans le flou total (pas d’indication – ni visuelle ni auditive – des prochains arrêts). Heureusement, et c’est un peu la marque de fabrique de l’Irlande, le chauffeur s’arrête à l’arrêt que vous lui avez indiqué en montant lorsque vous avez payé votre billet (prévoir de la monnaie !) et l’annonce pour vous appeler si vous oubliez de sortir ! ^^

Je n’ai pas testé le réseau bus/tram de la ville de Dublin mais le prix varie selon la distance que vous parcourez, il me semble (selon le nombre d’arrêts). Si vous restez plusieurs jours, il vaut peut-être mieux acheter des pass week end ou semaine (je crois que ça existe). J’ai toujours bougé dans Dublin à pied (en dehors de la navette aéroport) et à moins que vous alliez d’une extrémité à l’autre de la ville, ce n’est pas si grand donc ça se fait sans trop de soucis en se baladant.


2 – Pour rejoindre directement d’autres villes irlandaises

Je n’ai pas encore testé cette façon de faire dans ce sens-là (par contre j’ai plusieurs fois relié Galway à l’aéroport de Dublin le jour du départ de l’avion) donc je ne sais pas encore où se situent les arrêts de bus dans le sens des départs (mais là encore ça doit être assez bien indiqué… au pire, il y a toujours quelqu’un à qui demander son chemin !).

Au départ de l’aéroport, vous avez donc le choix entre plusieurs compagnies de bus : Bus Eireann et Citylink, entre autres (ce sont les deux que j’ai pu tester). Bus Eireann c’est la compagnie nationale qui va un peu partout en Irlande et qui propose, par exemple, un trajet Express (environ 3h30) entre l’aéroport de Dublin et Galway pour environ 20€.

De manière générale, si vous ne louez pas de voiture, le bus c’est la meilleure façon de bouger en Irlande, surtout si vous allez dans des coins paumés car le réseau de train n’est pas du tout développé en dehors des grandes villes (Sligo, Galway, Cork…). Par contre le train (Irish Rail) est assez agréable et pas franchement excessif en terme de prix. Là encore, si vous réservez votre billet en avance sur internet, vous pouvez avoir des prix intéressants mais si les voyages en bus ne vous gênent pas, ils reviennent moins chers (sur les longues distances) et ne prennent pas franchement plus de temps.

Bus Eireann.

Vous pouvez faire des simulations de déplacements sur les sites des Bus Eireann (attention, ça ne fonctionne pas si vous cherchez un trajet avec trois mois d’avance… on vous dit que ça n’existe pas !) et Citylink. Je vous conseille de comparer les deux compagnies car sur certains trajets (notamment les courts, d’une petite ville à l’autre), Citylink est beaucoup plus avantageux… mais la compagnie ne relie pas énormément de villes irlandaises (c’est intéressant dans le Connemara mais elle ne passe pas dans le Donegal par exemple).

Encore une fois, si vous réservez en ligne à l’avance, vous pouvez avoir des prix (et vous êtes prioritaire au moment des heures de pointe, le chauffeur fait d’abord monter ceux qui ont réservé)… sinon, si vous achetez le billet en montant dans le bus, pensez à avoir la monnaie !

L’autre avantage de ces bus régionaux (pas les lignes express), c’est que sur simple demande polie au chauffeur, vous pouvez être déposé un peu n’importe où sur le chemin… par contre il ne faut pas être pressé car si vous vous retrouvez à 17h dans le bus qui ramène tous les lycéens chez eux, le chauffeur peut se retrouver à faire 20 arrêts au lieu de 10… ce qui rallonge un peu la durée du voyage.

Bus Eireann propose des « pass » qui peuvent être avantageux. Je pense tester ça au mois de mai car je risque de bouger pas mal, ce sera donc plus simple d’avoir un pass qui me permettra de voyager 8 jours en illimité dans n’importe quel bus de la compagnie plutôt que de prendre les billets un par un, en sachant qu’un aller-retour dans la même journée peut rapidement monter à 30/40€ pour 3 heures de voyage. Je vous parlerai de ces pass quand je reviendrai, si c’est le choix que je fais.


3 – Louer une voiture (le permis français est accepté)

En 2014, nous avons fait le choix de louer une voiture pour faire le tour de l’île. Je serais bien en peine de vous parler des détails de la transaction car je n’ai pas été celle qui a payé (enfin, j’ai remboursé ma part plus tard) et qui a conduit. Je peux juste vous dire que nous sommes passés par Hertz (nous avions réservé en amont sur le site) mais qu’il existe d’autres compagnies de location basées à l’aéroport de Dublin.

Pour les rejoindre, une navette vous attend à l’aéroport et vous conduira directement jusqu’aux « boutiques » situées plus loin. Tout est prévu pour faciliter la vie des touristes, vraiment.

L’état des lieux « d’entrée » a été très rapide et je ne vous parle pas de celui de « sortie »… nous stressions au moment de rendre la voiture (qui avait été un peu rayée à cause de la végétation luxuriante irlandaise) mais je me souviens très bien de la remarque de l’employé qui est venu faire les « vérifications ». Il s’est approché, a appuyé sur l’arrière de la voiture et nous a sorti quelque chose du genre « Elle a ses 4 roues, elle roule… c’est bon, vous pouvez y aller !« . Le zen à l’irlandaise.

Louer une voiture vous permettra d’accéder aux plus petits patelins et aux coins les plus reculés, quand vous voulez, sans vous soucier des horaires de bus. C’est le gros point positif. Par contre il faut pouvoir assumer la conduite à gauche, le prix de la location et le prix de l’essence (qui, si je me souviens bien, était quand même un peu élevé l’été 2014). Donc à privilégier quand vous partez à plusieurs pour partager les frais.

ça passe… !

Conduire sur les routes irlandaises est un peu sport… ce n’est pas tant la conduite à gauche qui effraie, mais plutôt l’étroitesse des routes ! Quelques autoroutes et grandes voies existent dans le pays mais celui-ci est tout de même bien préservé et qui dit grands espaces naturels dit petites routes entourées de végétation et donc avec une visibilité qui laisse largement à désirer. Ce qui m’a marquée c’est que les irlandais ont de grosses bagnoles et qu’ils roulent à 80 sans hésitation. En face, dans notre petite citadine, plus d’une fois nous avons cru que nous ne pourrions pas nous croiser en toute sécurité… alors nous roulions à 40 ! Mais si généralement ça passe, il ne faut pas avoir peur de se frôler. Quand je dis frôler, c’est même carrément le rétro dans les buissons à certains endroits car, autre particularité des routes irlandaises : il n’y a pas de fossé et donc pas de bas côté… la végétation est à portée de main.

Bon, sinon, sur les grands axes, vous aurez peut-être la surprise de constater des voies de secours (comme sur nos autoroutes) mais qui sont utilisées par toute une faune extraordinaire : cyclistes, joggeurs, piétons, promeneurs de chiens, anciens qui discutent, tracteurs un peu trop lents… bref, c’est la foire mais tout le monde cohabite parfaitement bien.

De façon générale, les routes irlandaises bien qu’étroites et parfois dangereuses (encore une fois attention à la visibilité), sont bien partagées par tous ceux qui les utilisent. Les irlandais sont habitués à croiser des marcheurs (donc à se déporter) et à subir, avec le sourire, les véhicules (animaux) lents qui peuvent encombrer les voies. J’ai souvenir d’un « embouteillage » sur la Wild Atlantic Way, sur une petite route pas assez large pour doubler, la colline à gauche, le précipice à droite, un scooter lent et une quinzaine de voitures coincées derrière lui… et pas un coup de klaxon, tout le monde a pris son mal en patience jusqu’à la possibilité de doubler ou d’accélérer.

Prenez votre temps, admirez le paysage et souriez !

 

♣♣♣

 

Pense-bête

  • La carte nationale d’identité suffit pour entrer en République d’Irlande ; depuis le Brexit, je ne sais pas ce qu’il en est pour l’Irlande du Nord (qui, je vous le rappelle, fait partie du Royaume-Uni !).

  • Les bouteilles d’eau doivent être jetées avant de passer le contrôle… mais les gourdes en plastique (genre de sport) sont autorisées si elles sont vides. Vous n’aurez plus qu’à les remplir dans les toilettes, une fois le contrôle passé. Ce qui évite de devoir acheter une bouteille d’eau dans les boutiques de l’aéroport (perso, même pour deux heures d’avion, je ne peux pas me passer de ma bouteille d’eau) !
  • Le permis français est reconnu si vous souhaitez louer une voiture directement sur place, ce qui sera sans doute plus simple car le volant sera du bon côté (oui, en Irlande ON ROULE A GAUCHE !).

  • En république d’Irlande, vous payez en euros et vous suivez des kilomètres ; en Irlande du Nord, vous passez en livres (c’est cher !!!!) et en miles.

  • En campagne, si vous marchez, n’oubliez pas de saluer d’un signe de main (et même d’un « Hello ! »), les autres piétons et les voitures que vous pourrez croiser. En Irlande, les gens sont chaleureux et ce n’est pas un mythe.

  • En République d’Irlande, toutes les indications (les panneaux) sont d’abord écrites en gaélique irlandais (irish) et en dessous en anglais. Eh oui, l’irlandais est la langue nationale bien qu’elle ne soit plus parlée que par un quart des irlandais (surtout sur la cote ouest, dans le Connemara et dans le Donegal).

 

5 pensées sur “VOYAGE EN IRLANDE – Y aller, se déplacer

  • Ping :[BILAN] Mars 2018 ⋆ BAZAR DE LA LITTERATURE

  • 4 mars 2018 à 15 h 52 min
    Permalink

    Merci Maureen, pour toutes ces infos, je rêve d’aller en Irlande, de m’y installer, l’accueil des Irlandais est légendaire, on sait les Irlandais tellement sympas, le savoir vivre et la chaleur humaine ne sont pas des vains mots là-bas.
    Perso, c’est la côte est de l’Irlande qui me tente, Drogheda, du coté de Newgrange, la colline de Tara, les comtés de Louth et de Meath.
    Je suis Auvergnate aussi, c’est donc plus simple de passer par Lyon, mais je connais bien Paris puisque j’y ai vécu plus de 20 ans, je passerai peut-être par Paris. (1H30 de vol pour Dublin).
    Tout plein de bisous

    Répondre
  • 3 mars 2018 à 11 h 52 min
    Permalink

    Merci pour toutes ces infos, c’est très intéressant. J’espère aller en Irlande un jour.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous avez aimé ? Dites-le !

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://bazardelalitterature.com/2018/02/28/voyage-irlande-y-aller-se-deplacer">
YouTube
Instagram